Pic de pollution aux particules fines : Grenoble abaisse la vitesse… Lyon, non

sep article

Internationaux de France de patinage du 1er au 3 novembre 2019 à Grenoble

Mercredi 7 décembre, deuxième jour de pic de pollution aux particules fines sur l’agglomération grenobloise. Du coup, le nouveau dispositif de lutte contre les épisodes polluants, mis en place depuis le 1er novembre 2016, enclenche sa première vitesse.

 

 

Dès ce mercredi, la vitesse est réduite de 20 km/h sur les voies où elle est d’ordinaire supérieure à 90 km/h et abaissée à 70 km/h sur les autoroutes A51, A480, A48 entre les péages de Vif et Voreppe et A41 entre la Carronnerie et le péage de Crolles.

 

Sur le territoire de la Métropole mais aussi le Grésivaudan et le Voironnais, l’automobiliste est donc appelé à lever le pied. Voire à covoiturer, opter pour les transports en commun, le vélo ou la marche à pied. Sans y être beaucoup poussé à la roue… Pour le ticket unique dans le tram ou le bus, il faudra attendre le cinquième jour de pollution. La gratuité ? Le septième jour.

 

 

Sensibiliser… avant de verbaliser

 

L’idée est donc, avant de frapper au porte-monnaie, de continuer de sensibiliser. Avant d’interdire et de verbaliser. Dès le 1er janvier 2017, les véhicules les plus polluants, diesel essentiellement, interdits de circuler lors des pics de pollution dès le cinquième jour de pollution, seront mis à l’amende.

 

Une semaine maintenant que la région est touchée par cet épisode de pollution aux particules fines, essentiellement issues du trafic automobile et du chauffage urbain. Et certains secteurs comme le nord Isère, le bassin lyonnais ou la vallée de l’Arve, plus que d’autres. Alors que l’agglomération grenobloise se donne encore un mois pour tester son nouveau dispositif, la lutte contre les pics de pollution n’est pas ce qu’il y a de plus coordonné…

 

A Lyon, pas de restrictions de circulation ni de gratuité dans les transports en commun. Dans la vallée de l’Arve, la vitesse sur le réseau autoroutier est, quant à elle, abaissée à 110 km/h du 1er novembre au 31 mars.

 

 

commentez lire les commentaires
4669 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. « essentiellement issues du trafic automobile et du chauffage urbain »
    Non, pas le chauffage urbain, réseau de chauffage collectif qui fonctionne avec des centrales dédiées, réglées et épurées, mais bien le chauffage individuel au fuel ou au bois dans des chaudières non performantes…

    sep article
  2. Rappelons que « particules fines » c’est de la novlangue pour « suie », oui la même qui est générée par votre cheminée et votre chaudière à gaz ou à mazout.

    Ce pic de pollution est beaucoup plus dû au chauffage qu’aux véhicules, mais il est raisonnable de faire baisser la vitesse car les particules fines émises par le chauffage et les véhicules se cumulent.

    Mais soyons clairs: ce pic est causé par le chauffage, pas par la circulation qui elle relativement reste constante. Qu’on ne vienne pas tirer des conclusions erronées en mettant tout sur le dos de l’automobile, qui certes émets des particules fines mais n’est pas la cause de ce pic.

    sep article