À travers un tram « capote » et une fresque murale, les élus et le SMTC marquent leur engagement dans la lutte contre le Sida et la sérophobie.

Un “tram capote” et une fresque pour la journée mondiale contre le Sida

Un “tram capote” et une fresque pour la journée mondiale contre le Sida

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Fresque contre la sérophobie, « tram capote »… Les élus grenoblois, en lien avec de nombreuses associations et le SMTC, ont tenu à signifier leur engagement au sein de la journée mondiale de lutte contre le Sida, et leur solidarité à l’égard des campagnes de prévention ou d’information sur la maladie.

 

 

« On ne va pas vaincre le Sida en allu­mant des cierges ! » Telle est la pro­fes­sion de foi d’Emmanuel Carroz, adjoint à la ville de Grenoble en charge de l’Égalité des droits et de la vie associative.

 

En cette jour­née mon­diale de lutte contre le VIH, le mes­sage porté par la muni­ci­pa­lité se veut clair : « Notre rôle en tant qu’é­lus, c’est de per­mettre que l’in­for­ma­tion aille vers les gens. Il faut aller vers les per­sonnes peut-être plus éloi­gnées des soins ou des cam­pagnes de pré­ven­tion. On vain­cra le Sida en par­lant de fel­la­tion, de sodo­mie… Il ne faut pas avoir honte de sa vie sexuelle, mais il faut savoir se pro­té­ger, pro­té­ger ceux que l’on aime ou que l’on ren­contre », insiste ainsi Emmanuel Carroz.

 

Un tram capote pour un objectif Zéro Sida © Florent Mathieu - Place Gre'net

Un tram capote pour un objec­tif zéro Sida © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Pour mieux per­mettre à l’in­for­ma­tion de cir­cu­ler, dans tous les sens du terme, un « tram capote » sillonne les voies du réseau Tag. D’un blanc crème orné de pré­ser­va­tifs de toutes les cou­leurs, celui-ci affiche dif­fé­rents slo­gans parmi les­quels, le plus voyant et le plus ambi­tieux : « Objectif zéro Sida ».

 

Une opé­ra­tion en lien avec le SMTC, la Semitag, ou encore l’as­so­cia­tion Aides, Sida info ser­vice, le plan­ning fami­lial et de nom­breux autres acteurs de la pré­ven­tion et de l’accompagnement.

 

 

 

Des préservatifs distribués dans le tram

 

 

C’est la deuxième année que ce tram aux cou­leurs de la lutte contre le Sida est mis en cir­cu­la­tion, avec une nou­veauté pour cette édi­tion 2016 : « Avec les asso­cia­tions, explique le pré­sident du SMTC Yann Mongaburu, nous avons choisi d’al­ler encore un peu plus loin en dis­tri­buant des pré­ser­va­tifs, ce petit objet fou, si cou­rant, que cer­tains veulent faire recu­ler dans son usage. » Les pré­ser­va­tifs seront ainsi dis­tri­bués à l’in­té­rieur du tram mais aussi sur le mar­ché de Noël.

 

Yann Mongaburu ne man­quera pas au pas­sage de fus­ti­ger cer­taines atti­tudes « réac­tion­naires ». Notamment chez les maires qui ont fait inter­dire la cam­pagne de pré­ven­tion du VIH orga­ni­sée par le minis­tère de la Santé, au motif que celle-ci repré­sen­tait des couples homo­sexuels. « Un relent homo­phobe grave et condam­nable », juge Emmanuel Carroz.

 

Les élus - ici Éric Piolle et Emmanuel Carroz – affichent leur soutien à la campagne d'Aides © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les élus – ici Éric Piolle et Emmanuel Carroz – affichent leur sou­tien à la cam­pagne d’Aides. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Le pré­sident du SMTC note pour sa part qu’au­cun édile de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise n’a demandé cette cen­sure. « Nous sommes dans un ter­ri­toire engagé contre les dis­cri­mi­na­tions et pour la santé publique », affirme-t-il.

 

Et les élus gre­no­blois de signi­fier éga­le­ment leur sou­tien à la cam­pagne d’Aides, dont les pho­to­gra­phies – magni­fiques – de Matthieu César se veulent encore plus expli­cites, et ont même valu à l’as­so­cia­tion de voir sa page Facebook cen­su­rée quelques heures, suite à des plaintes d’in­ter­nautes. Une cam­pagne qui ne sera dif­fu­sée qu’en ligne mais ne figu­rera pas dans les lieux publics, après avoir été reto­quée par l’ARPP.

 

« Une désa­gréable sur­prise, pour Emmanuel Carroz. Du point de vue de beau­coup, cette cam­pagne d’Aides est tout sauf cho­quante ! » L’adjoint à l’é­ga­lité des droits iro­nise en outre sur les cam­pagnes de publi­cité pré­sen­tant « des femmes nues ou à moi­tié nues pour vendre des yoghourts » qui, elles, semblent ne cho­quer personne.

 

 

 

Une fresque de 39 mètres de long

 

 

Au « tram capote » s’a­joute, en cette jour­née du 1er décembre, l’i­nau­gu­ra­tion d’une fresque dédiée à la lutte contre la séro­pho­bie. Éric Piolle en dénouera lui-même le ruban, rouge natu­rel­le­ment, à l’i­mage du sym­bole de la lutte contre le Sida.

 

Située bou­le­vard Gambetta, à proxi­mité de la Caserne de Bonne, la fresque de 39 mètres réa­li­sée par le duo d’ar­tistes Ekis et Boye uti­lise la méta­phore de la nata­tion syn­chro­ni­sée pour mieux par­ler de lutte contre les discriminations.

 

Ekis et Boye, artistes urbains © Florent Mathieu - Place Gre'net

Ekis et Boye, artistes urbains qui ont réa­lisé la fresque bd Gambetta. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Les artistes le confient : ils avaient hésité à repré­sen­ter des mili­taires, Caserne de Bonne oblige, mais ont fina­le­ment jugé la proxi­mité avec la pis­cine Jean Bron plus ins­pi­rante. Plus par­lante au plus grand nombre, également.

 

 

 

Un combat de trente ans

 

 

« Les repré­sen­ta­tions conti­nuent de faire des ravages et l’ob­jec­tif fixé par l’Onu pour les quatre ans qui viennent, c’est de par­ler des choses tran­quille­ment, pour chan­ger les repré­sen­ta­tions, et pour que ceux qui se savent malades puissent se soi­gner cor­rec­te­ment », note Éric Piolle à l’oc­ca­sion de cette inauguration.

 

Séance d'inauguration, en présence des artistes © Florent Mathieu - Place Gre'net

Séance d’i­nau­gu­ra­tion, en pré­sence des artistes. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Un « com­bat de plus trente ans », sou­ligne-t-il encore. « Nous sommes enga­gés et déter­mi­nés, élus contre le Sida, dans une période où l’on voit bien qu’au­cun com­bat contre les stig­ma­ti­sa­tions n’est gagné. C’est notre rôle, notre res­pon­sa­bi­lité, de por­ter haut ce débat dans l’es­pace public, c’est comme cela que l’on change les choses. »

 

Et le maire de Grenoble n’ou­bliera pas de tacler au pas­sage le Conseil régio­nal Auvergne – Rhône-Alpes et son « désen­ga­ge­ment » dans le Fonds soli­da­rité Sida Afrique, pour lequel la Ville de Grenoble a déblo­qué lors de son der­nier conseil muni­ci­pal une aide excep­tion­nelle de 10 000 euros.

 

 

 

Florent Mathieu

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La justice ordonne la suspension de l'arrêté organisant les piétonnisations Place(s) aux enfants sur Grenoble
La justice ordonne la suspension de l’arrêté organisant les piétonnisations Place(s) aux enfants sur Grenoble

FIL INFO — Le tribunal administratif de Grenoble ordonne à la Ville de Grenoble la suspension de l'arrêté organisant les piétonnisations siglées Place(s) aux enfants. Lire plus

Conseil métropolitain : le groupe Une métropole d’avance demande au gouvernement de déclarer « l’état d’urgence climatique »

FOCUS - Le groupe Une métropole d'avance (Uma) a formulé un vœu demandant au gouvernement de déclarer l'état d'urgence climatique lors du conseil métropolitain de Lire plus

Place(s) aux enfants: nouvelles polémiques autour de la piétonnisation de plusieurs rues à Grenoble
Place(s) aux enfants : nouvelles polémiques autour de la piétonnisation de plusieurs rues à Grenoble

FOCUS - Alors que la Ville de Grenoble vient de présenter (de nouveau) le déploiement du dispositif Place(s) aux enfants, la colère contre la piétonnisation d'une dizaine Lire plus

Fermeture d'Esclangon: Grenoble coupe-t-elle les ponts avec la Ville de Fontaine et la Métropole?
Fermeture d’Esclangon : Grenoble coupe-t-elle les ponts avec la Ville de Fontaine et la Métropole ?

FOCUS - La décision de la Ville de Grenoble de ne pas rouvrir, comme attendu, le pont Esclangon dans son sens Grenoble-Fontaine provoque la colère Lire plus

Les colonnes Morris estampillées JCDecaux de retour à Grenoble sept ans après leur disparition
Les colonnes Morris estampillées JCDecaux de retour à Grenoble sept ans après leur disparition

FOCUS - Sept ans après leur disparition, les colonnes Morris JCDecaux refont leur apparition dans le paysage urbain grenoblois. De quoi susciter l'ironie du groupe Lire plus

Jugement du Tribunal administratif sur la piétonnisation de la rue Cuvier: une validation, ou un camouflet?
Jugement du tribunal administratif sur la piétonnisation de la rue Cuvier : une validation ou un camouflet ?

FOCUS - Saisi par un commerçant, le tribunal administratif de Grenoble a rendu son jugement sur la question de la piétonnisation de la rue Cuvier. Lire plus

Flash Info

|

19/01

0h33

|

|

18/01

15h20

|

|

18/01

11h19

|

|

18/01

10h31

|

|

17/01

19h34

|

|

17/01

12h10

|

|

17/01

10h52

|

|

15/01

13h56

|

|

14/01

20h48

|

|

14/01

16h22

|

Les plus lus

Le groupe d'opposition Société Civile veut rendre publiques les données sur la sécurité du réseau Tag

Flash info| Le groupe d’opposition Société Civile veut rendre publiques les données sur la sécurité du réseau Tag

Éric Piolle présentait ses voeux à la presse ce 13 janvier 2022. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Abonnement| Éric Piolle envisage un stationnement plus cher pour les SUV et de la vidéo-verbalisation en centre-ville

Le festival Magic Bus revient sur l'Esplanade pour sa 21e édition en 2022. © Retour de scène

Culture| Festival Magic Bus : après l’anneau de vitesse en 2021, retour sur l’Esplanade en 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin