Procès en appel du Postillon : le jugement mis en délibéré au 30 janvier

sep article

Le journal satirique, condamné le 26 septembre dernier pour injures et diffamation envers Christophe Ferrari, maire de Pont-de-Claix et président de la Métro, et sa directrice de cabinet à la mairie Yvelyne Denat, avait fait appel. Il comparaissait ce lundi 28 novembre devant la Cour d’appel de Grenoble qui devait reconsidérer les faits.

 

 

Le Postillon avait été condamné en pre­mière ins­tance à ver­ser 2 000 euros d’amende dont 1 000 euros avec sur­sis. S’ajoutaient à cette pre­mière somme 2 000 euros de dom­mages et inté­rêts pour Yveline Denat et 1 500 euros de dom­mages et inté­rêts pour Christophe Ferrari. Le tout com­plété par une autre amende de 1 200 euros pour cha­cun des plai­gnants, au titre des frais de jus­tice.

 

 

Ni les plaignants, ni leur défenseur n’étaient présents

 

Quant à cette audience d’ap­pel, Vincent Peyret, le rédac­teur en chef du Postillon estime « en toute “objec­ti­vité”» qu’elle s’est bien dérou­lée. Et pour cause, puisque « la par­tie adverse n’était pas là – ce qui sim­pli­fie beau­coup les débats », explique la rédac­tion du Postillon sur son site. De fait, ni les plai­gnants ni leur défen­seur n’é­taient pré­sents à l’au­dience. « Me Supplisson a dit à notre avo­cat qu’il n’a­vait pas été pré­venu et Christophe Ferrari et Yveline Denat, bien qu’ils aient accusé récep­tion de leur convo­ca­tion, ne se sont pas pré­sen­tés non plus. C’était éton­nant, je ne com­prends pas bien quel est leur but », s’in­ter­roge, quelque peu cir­cons­pect, Vincent Peyret.

 

Ce der­nier, dans une courte ana­lyse des débats de cette audience d’ap­pel, estime que  les juges se sont mon­trés beau­coup plus curieux qu’en pre­mière ins­tance. « Ils nous ont vrai­ment posé des ques­tions sur le fond. Notamment sur les rai­sons qui nous avaient poussé à écrire l’ar­ticle en cause, qui nous avait contac­tés, com­ment nous avions enquêté, notre bonne foi… », énu­mère le jour­na­liste. Et d’a­jou­ter : « C’était bien plus satis­fai­sant et moins expé­di­tif que la der­nière fois. »

 

 

Une ligne de défense inchangée

 

« Pour notre part, nous n’a­vons pas changé de ligne de défense. Notre avo­cat a démonté le pre­mier juge­ment en arguant que juri­di­que­ment cela ne tenait pas », relate Vincent Peyret. Notamment en sou­li­gnant que le manque d’objec­ti­vité assi­milé à de la par­tia­lité, qui avait été repro­ché au Postillon lors du pre­mier pro­cès, ne pou­vait être retenu. De quoi don­ner un tour plus séman­tique aux argu­ments de l’a­vo­cat du Postillon que nous résume Vincent Peyret. « Il s’a­gis­sait de démon­trer qu’il y a eu une méprise entre l’ob­jec­ti­vité et la par­tia­lité dans le sens où, si nous sommes par­tiaux comme tous les jour­na­listes, nous sommes objec­tifs parce que nous nous sommes appuyés sur des faits dont nous avons apporté toutes les preuves », décrypte le rédac­teur en chef.

 

Le juge­ment a été mis en déli­béré au 30 jan­vier 2017.

 

JK

Hexagone
commentez lire les commentaires
2360 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.