Nouvelle action choc des défenseurs de la cause animale à Grenoble

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

EN BREF – L’association Cause animaux libres Isère (Cali) a organisé ce samedi 29 octobre une nouvelle action « happening » pour les droits des animaux et la sensibilisation du public à la souffrance animale. L’occasion d’une rencontre amicale avec des personnes soucieuses du sort des animaux et de leur bien être.


 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Une ving­taine de per­sonnes de tous âges, pla­cées par groupes de deux se tour­nant le dos, l’en­semble for­mant une file indienne, arborent dans le plus grand silence des affiches dont le moins qu’on puisse dire est qu’elles sont édi­fiantes.

 

Certaines, sou­vent très crues, montrent sans détours et sans fausse pudeur des scènes de souf­france ani­male. Juste à côté, sur l’une des faces du stand d’in­for­ma­tion, un graf­feur, Sens, est occupé à peau­fi­ner l’i­mage d’un panda à l’aide de bombes de pein­tures dont l’o­deur pique le nez.

 

C’est ainsi que les béné­voles de l’as­so­cia­tion Cause ani­maux libres Isère (Cali) ont choisi d’in­ter­pel­ler paci­fi­que­ment les pas­sants, cir­cu­lant ce samedi 29 octobre aux abords de la fon­taine de la place Grenette.

 

Sous la hou­lette de la très dyna­mique Lydie Visona, sa pré­si­dente, cette asso­cia­tion orga­nise régu­liè­re­ment depuis plus d’un an sur Grenoble des hap­pe­nings, sou­vent très spec­ta­cu­laires, de sen­si­bi­li­sa­tion sur la souf­france et les droits des ani­maux.

 

 

 

« J’ai vu une vidéo sur Internet, c’est horrible, inadmissible ! »

 

 

« Le but c’est que les gens voient sur nos affiches les images qu’ils ne peuvent pas voir à la télé­vi­sion. L’envers du décor de l’a­li­men­ta­tion avec les abat­toirs, le foie gras, la pêche, celui de l’ha­bille­ment avec la four­rure ou le cuir ou encore les loi­sirs avec les cor­ri­das, les del­phi­na­riums ou encore les zoo… », explique Lydie Visona.

 

Lydie Visona, présidente de l'association Cali. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Lydie Visona, pré­si­dente de l’as­so­cia­tion Cali. © Joël Kermabon – Place Gre’net

De fait, un cer­tain nombre de per­sonnes s’ar­rêtent, qui devant un des binômes de mili­tants por­teurs d’af­fiches, d’autres devant le stand où se trouve, à leur dis­po­si­tion, toute une docu­men­ta­tion sur la cause ani­male. On peut d’ailleurs sur­prendre, en ten­dant l’o­reille, quelques com­men­taires indi­gnés, voire vin­di­ca­tifs.

 

« Ah oui, j’ai vu une vidéo sur Internet, c’est hor­rible, inad­mis­sible ! », s’in­digne une pas­sante devant l’une des affiches mon­trant des scènes d’a­bat­toirs sans conces­sions.

 

« La plu­part des gens ne sou­haitent pas que des êtres inno­cents souffrent inuti­le­ment. Pour cela, il existe de nom­breuses alter­na­tives et actions pos­sibles pour tous. Mais sou­vent, la vérité est cachée et on reste vic­time de dés­in­for­ma­tion », regrettent amè­re­ment les mili­tants. Pour autant, rien n’est perdu, les idées feront leur che­min et, ils en sont convain­cus, « s’in­for­mer c’est déjà agir ».

 

 

 

Amener à une réflexion sur les modes de vie et de consommation

 

 

S’il s’a­git de faire réagir des pas­sants, tout du moins ceux qui s’ar­rêtent, le hap­pe­ning a rem­pli ses objec­tifs. Cependant, beau­coup passent leur che­min, indif­fé­rents, mon­trant le che­min qui reste à par­cou­rir pour réveiller les consciences. C’est bien là le constat de Lydie Visona, qui tem­père cepen­dant. « Il y a les gens qui font sem­blant de ne pas voir, d’autres qui sont inté­res­sés mais de toutes façons, d’une manière ou d’une autre, ça inter­pelle les gens. Ça les amène à une réflexion sur leur mode de vie et de consom­ma­tion », se ras­sure-t-elle.

 

Des affiches sans concessions. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Des affiches sans conces­sions. © Joël Kermabon – Place Gre’net

C’est aussi pour l’as­so­cia­tion l’oc­ca­sion de dis­cu­ter, d’ex­pli­quer sans relâche son com­bat et ainsi de ral­lier de nou­veaux adhé­rents, de nou­veaux béné­voles à la cause ani­male.

 

Quant au choix d’i­mages choc, il est tota­le­ment assumé par les mili­tants.

 

« Si on pou­vait ne mon­trer que des ani­maux qui vivent leur vie d’a­ni­maux dans la nature, en liberté, on le ferait. Malheureusement, ce n’est pas le cas, donc nous mon­trons l’en­vers du décor », explique la pré­si­dente de l’as­so­cia­tion. Et d’a­jou­ter, « C’est de notre devoir de défendre les espèces vivantes vul­né­rables et d’informer la popu­la­tion sur les alter­na­tives sans souf­france ani­male ! »

 

 

 

Dire non aux cirques avec animaux

 

 

Le graffeur Sens. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le graf­feur Sens. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Bien déci­dés à sai­sir toutes les occa­sions pour agir et faire entendre leur voix, les mili­tants ne sont pas à court d’i­dées. Lydie Visona nous fait ainsi part des pro­chaines actions que l’as­so­cia­tion entend mener à très court terme. Tout par­ti­cu­liè­re­ment celle qui concerne les ani­maux de cirque.

 

 

 

Joël Kermabon

 

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
3760 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.