Ecocis (ex-Vertaris) en redressement judiciaire… et une procédure au pénal pour son dirigeant

sep article



DÉCRYPTAGE – Le tribunal de commerce a placé l’entreprise Ecocis, basée à Voreppe, en redressement judiciaire plutôt que de la retirer des mains de son dirigeant Martin Gruschka. Une décision dénoncée par des observateurs et délégués du personnel qui risque, selon eux, de tuer l’entreprise. D’autant que ce dernier est sous le coup d’une procédure pénale…

 

 

 

Ecocis

En 2012, Vertaris ferme et licen­cie 120 sala­riés. En 2013, le Pays voi­ron­nais rachète l’u­nité de désen­crage du site pour per­mettre sa réin­dus­tria­li­sa­tion (1,5 mil­lion d’eu­ros). En mars 2014, le site est racheté par le groupe Springwater, via sa filiale Delion pour 5,4 mil­lions d’eu­ros. En sep­tembre 2015, Springwater s’as­so­cie à BPI et crée Ecocis. 33 mil­lions d’eu­ros devaient être appor­tés au pro­jet.

Chaque jour compte pour le deve­nir de l’entreprise Ecocis (ex-Vertaris) située à Voreppe et endet­tée à hau­teur de 9 mil­lions d’eu­ros. Mais la situa­tion pié­tine. L’usine est au chô­mage tech­nique depuis fin août. « Les sala­riés sont tou­te­fois pré­sents sur le site afin d’entretenir le maté­riel, d’empêcher le vol » indique Bruno Vignot, délé­gué syn­di­cal et repré­sen­tant du per­son­nel.

 

En jeu : l’avenir de 58 sala­riés ainsi que celui d’une entre­prise à la pointe de l’économie cir­cu­laire, qui fabrique et com­mer­cia­lise de la pâte à papier à par­tir de vieux papiers. Son diri­geant Martin Gruschka, pré­sident de la société d’investissement Springwater Capital, a laissé mani­fes­te­ment pour­rir la situa­tion, en dépit des alertes et témoi­gnages appor­tés par les sala­riés auprès du tri­bu­nal de com­merce depuis plu­sieurs mois…

 

Or que décide, le 18 octobre der­nier, le juge du tri­bu­nal de com­merce ? De pla­cer l’entreprise Ecocis en redres­se­ment judi­ciaire et de nom­mer un admi­nis­tra­teur judi­ciaire*, mis­sionné pour conseiller son diri­geant à redres­ser la barre. Cette période d’observation peut durer au mini­mum six mois. Une très mau­vaise nou­velle pour les sala­riés et le Pays voi­ron­nais, pro­prié­taire du site, qui demandent deux choses : un plan de ces­sion d’activité immé­diat ou une liqui­da­tion judi­ciaire et, sur­tout, un nou­veau diri­geant cré­dible. « Un repre­neur a déjà fait demi-tour, voyant la tour­nure que pre­nait le dos­sier », se désole Bruno Vignot.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
6493 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.