De gauche à droite : Philippe Candegabe, secrétaire général FO Ville de Grenoble et Sid Hamed Beldjenna , ancien policier municipal FO. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Un ex-poli­cier muni­ci­pal menace de faire une grève de la faim pour être réintégré

Un ex-poli­cier muni­ci­pal menace de faire une grève de la faim pour être réintégré

FOCUS – Un ancien poli­cier muni­ci­pal révo­qué en 2011 demande à cor et à cri sa réin­té­gra­tion au sein de la police de la ville de Grenoble qui l’a muté au ser­vice hygiène suite à la perte de son agré­ment. Ni plus ni moins qu’une mise au pla­card pour le qua­dra­gé­naire qui envi­sage une nou­velle grève de la faim s’il n’ob­tient pas gain de cause. La Ville pointe de son côté, la mau­vaise volonté de l’intéressé.

Curieux spec­tacle ce matin du 22 sep­tembre pour les agents qui repre­naient le tra­vail à l’hô­tel de ville de Grenoble. Ils ont ainsi pu aper­ce­voir une tente Quechua ins­tal­lée devant les esca­liers menant au par­vis. Sur un pan­neau proche, des affi­chettes : « Policier muni­ci­pal mis aux oubliettes », « Toujours pas réin­té­gré au sein de la police muni­ci­pale mal­gré un juge­ment favo­rable à l’agent ».

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Debout près de la tente, Sid Hamed Beldjenna, un ancien poli­cier muni­ci­pal syn­di­qué à Force ouvrière (FO), révo­qué il y a déjà plus de cinq ans par l’an­cienne muni­ci­pa­lité socia­liste. Et une seule per­sonne à ses côtés – aucun autre poli­cier muni­ci­pal n’é­tant pré­sent –, Philippe Candegabe, secré­taire géné­ral FO Ville de Grenoble.

Après moult démarches et recours judi­ciaires, Sid Hamed Beldjenna comp­tait sur cette nou­velle action pour enfin être réin­té­gré dans ses fonctions.

« Ils m’ont dit qu’ils pre­naient le dos­sier en charge, qu’ils feraient le nécessaire »

Voilà en effet plus de cinq ans que l’an­cien poli­cier muni­ci­pal cherche à être réin­té­gré dans son ancien poste. Le qua­dra­gé­naire avait été mis à pied, sans salaire, pen­dant vingt-quatre mois en 2011 pour avoir répondu à une inter­view sans avoir fait état de sa qua­lité de repré­sen­tant syn­di­cal ainsi que pour une alter­ca­tion avec une col­lègue de travail.

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« J’ai déjà fait en mars 2014 une pre­mière grève de la faim qui a duré vingt-et-un jours, durant laquelle j’ai ren­con­tré le futur maire Éric Piolle. Tous ceux qui sont actuel­le­ment dans la majo­rité muni­ci­pale étaient alors venus m’as­su­rer de leur sou­tien », explique Sid Hamed Beldjenna, qui ne cache pas son amertume.

Et de pour­suivre. « Une fois élus, ils m’ont dit qu’ils pre­naient le dos­sier en charge, qu’ils allaient faire le néces­saire et même m’in­dem­ni­ser. Moi, j’y ai cru et j’ai arrêté ma grève de la faim », affirme-t-il.

« Aujourd’hui, je me sens trahi parce que, depuis qu’ils ont été élus, je suis au ser­vice d’hy­giène et salu­brité en qua­lité d’agent tech­nique, dans l’at­tente de ma réin­té­gra­tion. » Rien de moins qu’une « mise au pla­card », assor­tie « d’une impor­tante baisse de mes reve­nus », sou­ligne Sid Hamed Beldjenna.

« La Ville avait jus­qu’au 12 juillet pour revoir sa position »

Une posi­tion jugée inte­nable par le poli­cier muni­ci­pal qui a engagé un recours devant le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif. Lequel a rendu son juge­ment au mois d’a­vril 2016. « Le tri­bu­nal a estimé que le déta­che­ment au ser­vice d’hy­giène était illé­gal et que c’é­tait un abus de pou­voir. Il a donné trois mois à la Ville, qui avait jus­qu’au 12 juillet pour revoir sa posi­tion », explique Sid Hamed Beldjenna, selon lequel la muni­ci­pa­lité a fait appel de cette décision.

De gauche à droite : Philippe Candegabe, secrétaire général FO Ville de Grenoble et Sid Hamed Beldjenna , ancien policier municipal FO. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Philippe Candegabe, secré­taire géné­ral FO Ville de Grenoble et Sid Hamed Beldjenna , ancien poli­cier muni­ci­pal FO. © Joël Kermabon – Place Gre’net

L’ancien poli­cier muni­ci­pal dit ne pas com­prendre le chan­ge­ment de com­por­te­ment de la mai­rie. D’autant qu’il aurait même retrouvé, selon ses dires, son agré­ment de poli­cier muni­ci­pal suite à une condam­na­tion du pré­fet de l’Isère pour retrait illé­gal d’a­gré­ment. « Je veux juste qu’on me rende ma vie, mes fonc­tions, celles pour les­quelles j’ai passé un concours », reven­dique-t-il. « Pour l’ins­tant, je plante ma tente pour aler­ter. Cela fait vingt-quatre mois que je patiente avec une baisse de salaire de 600 euros par mois, mal­gré des déci­sions de jus­tice qui me sont favo­rables », explique Sid Hamed Beldjenna. Qui n’é­carte pas l’é­ven­tua­lité d’une nou­velle grève de la faim.
 

« Nous lui avons fourni les meilleures condi­tions possibles »

Pierre Mériaux. © Séverine Cattiaux

Pierre Mériaux. © Séverine Cattiaux

C’est un tout autre son de cloche à la Ville de Grenoble. Cette der­nière réfute les accu­sa­tions de mise au pla­card por­tées par l’an­cien poli­cier. « Nous lui avons fourni les meilleures condi­tions pos­sibles pour qu’il puisse réin­té­grer la col­lec­ti­vité. Il a choisi une autre voie, c’est très dom­mage mais sa res­pon­sa­bi­lité est pleine et entière », répond Pierre Mériaux, conseiller muni­ci­pal délé­gué à la montagne.

Ce der­nier, qui rem­place pour l’oc­ca­sion et au pied levé Maud Tavel, la conseillère muni­ci­pale délé­guée au per­son­nel et l’ad­mi­nis­tra­tion géné­rale, tient à remettre les pen­dules à l’heure et pré­cise la démarche de la Ville sur ce dossier.

Joël Kermabon

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

De gauche à droite : Rida Ghalloudi (Sages), Mathieu Tovenatti (Ogic), Savinien De Pizzol, (agence Dumétier), Isabelle Peters, première adjointe de la Ville de Grenoble et Margot Belair, déléguée à l'Urbanisme lors de la présentation du projet de réhabilitation des Volets Verts de l'Abbaye. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Réhabilitation de la cité des Volets verts : « Nous nous bat­trons jusqu’au bout contre ce projet ! »

REPORTAGE - La Ville de Grenoble organisait, mercredi 22 mai 2024, une réunion publique d'information sur la réhabilitation de la cité des Volets verts dans Lire plus

Le comité local Attac 38 donne le coup d'envoi à une nouvelle campagne appelant à taxer les plus riches
Le comité local Attac 38 lance une nou­velle cam­pagne appe­lant à taxer les plus riches

FLASH INFO - Des militants du comité local Attac 38 se sont donné rendez-vous devant l'hôtel des impôts de Grenoble, avenue Rhin-et-Danube, jeudi 23 mai Lire plus

fusillades
Grenoble : deux nou­veaux bles­sés par balles dans les quar­tiers de l’Alma et Bajatière-Capuche

FLASH INFO - Dans la soirée du 23 mai 2024, deux nouvelles fusillades ont eu lieu à Grenoble, l’une à l’Alma, l’autre à la limite Lire plus

Des riverains de l'avenue Washington (toujours) opposés au projet d'aménagement de la Ville de Grenoble
Des rive­rains de l’a­ve­nue Washington très mobi­li­sés contre le pro­jet d’a­mé­na­ge­ment de la Ville de Grenoble

FOCUS - Les opposants au projet d'aménagement du sud de l'avenue Washington se sont donné rendez-vous devant l'hôtel de Ville de Grenoble mercredi 22 mai Lire plus

Les 48 heures de l’a­gri­cul­ture urbaine de retour à Grenoble le week-end du 25 et 26 mai 2024

ÉVÉNEMENT - Les 48 heures de l'Agriculture urbaine sont de retour sur la métropole grenobloise (comme sur l'ensemble de la France) les samedi 25 et Lire plus

Collèges morts et occupation de Jules-Vallès: la FCPE de Fontaine mobilisée contre les groupes de niveaux
Collèges morts et occu­pa­tion de Jules-Vallès à Fontaine : forte mobi­li­sa­tion contre les groupes de niveaux

FLASH INFO - Les parents d'élève de Fontaine se mobilisent (une fois encore) à l'appel de la FCPE contre la réforme des Chocs des savoirs Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !