Lettre ouverte, tribunes… Les espoirs déçus des acteurs culturels grenoblois

sep article

FOCUS – La politique culturelle menée par la municipalité Piolle suscite bien des interrogations dans le microcosme grenoblois. Attisées par la baisse des dotations de l’État aux collectivités, les polémiques se succèdent. Et s’affichent jusque dans les colonnes de médias nationaux, faisant office de caisse de résonance à la désillusion de certains acteurs culturels. Dernière en date : un texte collectif publié dans le journal L’Humanité, ce mercredi 20 juillet.

 

 

 

« Non, mais c’est vrai ce que j’ai entendu !? Le Ciel ferme ? Fermer le Ciel pour moi, c’est comme fer­mer une MJC. Comment diable peut-on avoir l’i­dée de fer­mer une MJC de nos jours ? Tu leur as vrai­ment bien expli­qué à la Drac, à la Région, à l’État ? T’as vrai­ment pas pu faire autre­ment ? » Celui qui s’a­dresse dans une tru­cu­lente lettre ouverte à Éric Piolle, le maire de Grenoble, c’est Xav, « musi­cien chô­meur inter­mit­tent du spec­tacle gre­no­blois », comme il se défi­nit lui-même.

 

Chantier des cultures © Joël Kermabon – placegrenet.fr

Éric Piolle et Corinne Bernard lors du Chantier des cultures. © Joël Kermabon – placegrenet.fr

Une lettre mi-coup de gueule mi-coup de cœur qui, sans tom­ber dans la cri­tique facile, ne fait pas dans la den­telle. Et qui, sur le fond, inter­roge quant aux degrés de liberté et aux leviers dont dis­pose la muni­ci­pa­lité Piolle en matières de poli­tique et de pro­jets cultu­rels.

 

Une muni­ci­pa­lité qui, comme d’autres, tra­verse une période de vaches maigres, contrainte et étran­glée qu’elle est – dit-elle – par la baisse des dota­tions de l’État.

 

 

Pour autant, Xav n’est pas le seul à pous­ser son coup de gueule. D’autres acteurs cultu­rels ont choisi de s’ex­pri­mer, de lan­cer un débat de fond sur le sujet et de ques­tion­ner les moti­va­tions et les choix stra­té­giques des élus.

 

Une démarche qui prend une tout autre ampleur quand il s’a­git de tri­bunes ou d’ar­ticles publiés dans la presse natio­nale, lar­ge­ment uti­li­sée par la com­mu­ni­ca­tion d’Éric Piolle.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
5437 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. La réa­lité de la poli­tique cultu­relle à Grenoble s’ins­crit dans des renon­ce­ments comme par­tout en France.

    Renoncements liés à la baisse des dota­tions certes, renon­cen­ments qui sup­posent des choix.

    Et c’est là qu’il y a de vrais doutes quant au flé­chage finan­cier : Piolle sert ses inté­rêts élec­to­raux ; envi­ron 20 com­pa­gnies, le syn­di­cat des arts vivants, les musiens du Louvre, se plaignent de la dérive popu­liste des élus gre­no­blois. C’est la dure réa­lité d’une culture qui seg­mente les idées, et ne vient ali­men­ter que les « bonnes » idées, celles qui servent les inté­rêts poli­tiques et non les inté­rêts citoyens, car rap­pe­lons une chose toute simple : « la culture est d’a­bord au ser­vice des citoyens », oui la culture doit s’a­dres­ser à tous, et pour tous, car les artistes sont en face des popu­la­tions, de gauche, de droite, écolo, du centre, mais sur­tout en face des gens comme nous tou.
    Tient ça me rap­pelle que les biblio­thèques servent aussi la culture citoyenne, tous les citoyens, y com­pris des quar­tiers popu­laires qui votent PS, comme Prémol par exemple…décidémment l’ar­ticle confirme « la décep­tion » deve­nue aujourd’­hui non pas un bruit de fond, mais bien visible.

    sep article
  2. Bonjour jk
    La stra­te­gie poli­tique et les fausses pro­messes n’ont jamais donne de bon resultats.L’incompetence de cette equipe muni­ci­pale nous la consta­tons aussi dans le domaine de la poli­tique de la ville.Ne pas oublier que la pre­miere adjointe etait une elue a Saint Martin D’Heres avec un bilan plus que catas­tro­phique.
    Le but de ce com­men­taire est de poin­ter le doigt sur cette triste rea­lite.
    BENYOUB.A

    sep article
  3. sep article
    • JK

      25/07/2016
      13:58

      Bonjour
      Nous publions votre com­men­taire mais atti­rons votre atten­tion sur son côté hors sujet. Il est ici ques­tion de la poli­tique cultu­relle gre­no­bloise et de ses acteurs, alors autant res­ter dans le débat. Bonne jour­née.

      sep article
    • comme d’ha­bi­tude, vous n’a­van­cez aucune preuve, vous faites donc dans la déla­tion.
      Sans preuve vous n’êtes pas cré­dible.
      Je trouve JK fort aimable de vali­der vos pro­pos déla­tion­naires !

      sep article
  4. Ce qui veut dire qu’il ne com­prend rien car le monde de la culture a dépassé le stade de l’in­quié­tude depuis long­temps. La com­pré­hen­sion, ça se démontre par des actes qui prouvent qu’on a inté­gré ce que les gens disent. Là, rien. C’est l’au­tisme le plus total…

    sep article
    • Je crois que vous êtes resté sur une défi­ni­tion bien vieillie de l’au­tisme, si vous croyez qu’un autiste n’en­tend rien et ne com­prend rien ! Vous pour­riez lire au moins ce qui est écrit dans Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Autisme
      « Certains autistes peuvent excel­ler dans cer­taines tâches, même non répé­ti­tives, grâce à une forte capa­cité de concen­tra­tion qui en font par­fois de réels « experts auto­di­dactes ». Certains autistes pos­sèdent une excel­lente capa­cité de dis­cri­mi­na­tion, par exemple en détec­tant plus faci­le­ment une forme dans un contexte dis­trayant, un motif musi­cal au sein d’un mor­ceau de musique ou de bruit par exemple101. Ils pos­sèdent par­fois des capa­ci­tés par­ti­cu­lières d’ap­pren­tis­sage ou des formes dif­fé­rentes d’a­na­lyse des pro­blèmes (par­fois plus effi­cace et jus­qu’à 40 % plus rapi­de­ment dans le test des matrices pro­gres­sives de Raven (test d’in­tel­li­gence non ver­bale) »…
      Peut être est-vous vous même autiste en ce qui concerne le monde cultu­rel à Grenoble ?
      Car, si j’ai bien lu, aucun acteur n’a fermé la porte à double tour et tous demandent, au contraire, de prendre ou reprendre le dia­logue.
      Vu la mon­tée du mécon­ten­te­ment, l’é­quipe muni­ci­pale devrait, à mon sens, dési­gner un petit col­lec­tif actif pour ne pas lais­ser Corinne Bernard prendre seule des déci­sions qui engagent l’a­ve­nir cultu­rel de la ville.

      sep article