Une marraine et sa filleule, lors de la cérémonie de parrainage républicain du 23 mars 2016 à Grenoble, aux côtés de l'adjointe Marina Girod de l'Ain et le conseiller municipal Yann Mongaburu (EELV). © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Parrainage républicain : ces citoyens qui tendent la main aux migrants

Parrainage républicain : ces citoyens qui tendent la main aux migrants

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DÉCRYPTAGE – Rompre l’isolement des migrants qui arrivent en France, les soutenir dans leur long parcours jusqu’à l’obtention du droit d’asile ou d’un titre de séjour… Telle est la mission qu’acceptent d’endosser des citoyens qui décident, un jour, de devenir leur parrain ou marraine. Un engagement officialisé à Grenoble, lors d’une cérémonie de parrainage républicain. Rencontre avec ces citoyens engagés.

 

 

 

« Il y a des jours où il me dit : « J’en ai marre, je repars en Géorgie. » Mais il n’a aucune attache là-bas. Toute sa famille est ici, son ex-femme, ses trois enfants, ses parents aussi… », raconte Pierre, par­rain de ce Géorgien, deman­deur d’un titre de séjour depuis… 2008. Titre qu’il n’a tou­jours pas. En atten­dant, il n’a pas le droit de tra­vailler et demeure sans domi­cile fixe…

 

Pierre ne l’a, durant toutes ces années, jamais perdu de vue. Il a aussi fait preuve de patience pour lui venir en aide. « On ne s’est vrai­ment com­pris qu’au bout de deux ans ! Il m’a alors fait confiance et a bien voulu me mon­trer ses docu­ments. » Car le filleul ne par­lait pas fran­çais. Dévouement encore du par­rain qui n’a pas hésité à consa­crer une par­tie de ses week-ends à emme­ner son filleul et ses trois enfants pas­ser des moments un tant soit peu agréables, en famille, dans des endroits plus sym­pa­thiques que… la rue.

 

Cérémonie de parrainage républicain, à Grenoble, le 23 mars 2016. Emmanuel Carroz, adjoint à l'égalité des droits et à la vie associative de Grenoble fait signer la filleule.© Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Cérémonie de par­rai­nage répu­bli­cain, à Grenoble, le 23 mars 2016. Emmanuel Carroz, adjoint à l’é­ga­lité des droits et à la vie asso­cia­tive de Grenoble, fait signer la filleule. © Séverine Cattiaux – pla​ce​gre​net​.fr

 

Le par­rai­nage répu­bli­cain implique dif­fé­rentes formes d’accompagnement selon les cir­cons­tances, les besoins des filleuls, les pos­si­bi­li­tés des par­rains et mar­raines, mais aussi leurs affi­ni­tés. « Le par­rai­nage, c’est un accom­pa­gne­ment d’un deman­deur d’asile, d’un débouté du droit d’asile ou de tout migrant ayant besoin de pro­tec­tion, à trois niveaux : dans les démarches admi­nis­tra­tives, sur le che­min de l’in­té­gra­tion et sur le plan affec­tif », rap­pelle Patricia L’Écolier, pré­si­dente de l’Association de par­rai­nage répu­bli­cain des deman­deurs d’asile et de pro­tec­tion (Apardap). Cette asso­cia­tion créée en 2008, qui agit depuis les années 2000 sous forme de col­lec­tif, coor­donne les démarches de par­rai­nages répu­bli­cains en Isère.

 

 

 

« 250 parrains et marraines sont actuellement actifs »

 

 

Depuis une dizaine d’années, un mil­lier de par­rai­nages répu­bli­cains de deman­deurs d’asile ou de migrants ayant besoin de pro­tec­tion a été réa­lisé en Isère. « 250 par­rains et mar­raines sont actuel­le­ment actifs », indique Patricia L’Écolier. C’est l’Apardap qui met en rela­tion les futurs par­rains et mar­raines avec les deman­deurs d’asile ou de pro­tec­tion, que l’as­so­cia­tion sur­nomme les « accueillis ». « Nous les met­tons en contact selon leurs points com­muns – un même métier, des mêmes goûts… – quand c’est pos­sible. »

 

Deux à trois fois par an, l’association orga­nise des céré­mo­nies de par­rai­nage dans les mai­ries de la région. « Ce sont essen­tiel­le­ment les mai­ries de gauche qui acceptent d’or­ga­ni­ser des céré­mo­nies. On a un peu de mal avec les com­munes diri­gées par les élus LR [Les Républicains]. Et on ne contacte pas les mai­ries non répu­bli­caines… », déclare Simone Targe, l’un des piliers de l’Apardap.

 

Lors de la cérémonie de parrainage républicain le 23 mars dernier, Eric Piolle co-parraine un jeune demandeur d'asile avec une co-marraine.© Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Lors de la céré­mo­nie de par­rai­nage répu­bli­cain du 23 mars 2016, Eric Piolle, maire EELV de Grenoble , co-par­raine un deman­deur d’a­sile. © Séverine Cattiaux – pla​ce​gre​net​.fr

 

Au nombre des par­rains et mar­raines actifs en Isère : le maire de Grenoble. Adepte du par­rai­nage répu­bli­cain, Eric Piolle s’est engagé auprès de filleuls dès 2003. Le 23 mars der­nier, la Ville de Grenoble a orga­nisé avec l’Apardap une céré­mo­nie par­ti­cu­liè­re­ment impor­tante, durant laquelle 55 par­rai­nages ont été “offi­cia­li­sés”. A cette occa­sion, Eric Piolle a co-par­rainé un jeune deman­deur d’asile.

 

Les céré­mo­nies de par­rai­nage n’ont pas de valeur juri­dique, mais leur por­tée sym­bo­lique est très forte. Les par­rains, mar­raines et filleuls se voient en outre déli­vrer une carte de par­rai­nage, dûment signée par les élus et estam­pillée du sceau de la com­mune. « Le tout pre­mier papier pour ces deman­deurs d’asile… », sou­ligne Simone Targe.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 64 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Séverine Cattiaux

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

DrKpote©ChristopheMeires
Dr Kpote, animateur de prévention dans les collèges et lycées : « Non, on ne sort pas le kamasutra aux gamins ! »

TROIS QUESTIONS À – La bibliothèque Abbaye-Les-Bains de Grenoble accueille le Dr Kpote mercredi 10 octobre 2018 à 18 h 30 sur invitation du Planning familial de l'Isère. Lire plus

Racisme, sexisme et homophobie à Sciences Po Grenoble : enseignants et personnel attendent des sanctions

FIL INFO – Des enseignants, chercheurs et membres des équipes pédagogique et  administrative de Sciences Po Grenoble adressent une lettre ouverte… à leurs propres étudiants. Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Trois journalistes… et quatre collégiens lauréats du concours du Club de la presse de Grenoble

FOCUS - Les prix du concours Journalisme et société organisé par le Club de la presse et des médias de Grenoble et de l'Isère ont Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Droits des étrangers : manifestation à Grenoble contre un projet de loi jugé « liberticide, inique et injuste »

REPORTAGE - À l'appel de plusieurs associations, près d'une centaine de personnes ont manifesté à Grenoble contre le projet de loi Asile et immigration de Lire plus

Le Refuge Isère a enfin trouvé son lieu relais. Mais lance à présent un appel aux dons afin de pouvoir le meubler et l'aménager.
Le Refuge Grenoble lance un appel aux dons pour meubler et aménager son lieu-relais

Après plusieurs mois de recherche, Le Refuge Isère dispose enfin de son local sur Grenoble. L'association qui offre un accompagnement social et psychologique aux jeunes Lire plus

Les présidents des deux instances universitaires grenobloises prolongent l'accueil des migrants et fustigent la politique du gouvernement.
La Cisem demande à Emmanuel Macron d’intervenir en faveur des migrants en Isère

Les organisations composant la Coordination iséroise de solidarité avec les étrangers migrants (Cisem) viennent de faire parvenir une lettre ouverte au président de la République. Lire plus

Flash Info

|

27/10

23h45

|

|

27/10

9h58

|

|

26/10

15h52

|

|

26/10

10h13

|

|

26/10

9h00

|

|

25/10

19h42

|

|

25/10

11h46

|

|

24/10

9h44

|

|

23/10

15h18

|

|

22/10

8h00

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin