Activists from Nuit debout Grenoble shared a wild picnic in the middle of Grand'Place Carrefour supermarket, at the expense of the store.

Pique-nique sauvage de Nuit debout Grenoble dans Carrefour Grand’Place

Pique-nique sauvage de Nuit debout Grenoble dans Carrefour Grand’Place

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

REPORTAGE – Opération “coup de poing” au Carrefour Grand’Place d’Échirolles, ce samedi 23 avril. Les activistes de Nuit debout Grenoble ont partagé un pique-nique aux frais de la grande surface en plein milieu du magasin. Une action – digne d’une scène de film – contre la grande distribution, symbole, pour les manifestants, d’un système capitaliste néfaste à la société.

 

 

 

« Arrêtez de me prendre en photo, je ne suis pas une star ! », pro­teste le direc­teur de Carrefour Grand’Place Échirolles, en tour­nant la tête… Et de cher­cher en vain à faire ces­ser le cha­hut qui règne dans son grand maga­sin, depuis dix bonnes minutes. C’est sans comp­ter sur la déter­mi­na­tion du mou­ve­ment Nuit debout Grenoble, orga­ni­sa­teur de la petite fête sur­prise. Les acti­vistes, qui tiennent leurs quar­tiers à la MC2 depuis le 9 avril der­nier, ont savam­ment tout orchestré.

 

NuitDeboutGrenobleCarrefour23AvrilCreditSeverineCattiaux

Distribution de tracts par Nuit debout Grenoble à Carrefour Grand’Place Échirolles, samedi 23 avril 2016. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Samedi 23 avril 2016, Carrefour Grand’Place d’Échirolles, à 18 heures tapantes, une qua­ran­taine de mani­fes­tants de Nuit debout Grenoble se sont retrou­vés en un cla­que­ment de doigts au rayon fruits et légumes.

 

En quelques minutes, deux tables de salon de jar­din étaient dres­sées. Les mani­fes­tants de Nuit debout ont déchargé leur cad­die sur les tables et dis­posé une pano­plie de pro­duits de marques connues : yaourts, chips, bois­sons, sand­wichs, boîtes de gâteaux, etc. Des articles – fabri­qués par « Nestlé et Monsanto », pré­cise un mani­fes­tant – pré­le­vés dans les dif­fé­rents rayons de l’hypermarché.

 

Le pique-nique sau­vage peut démar­rer. Les mani­fes­tants invitent les clients à venir le par­ta­ger. Et tentent de les ras­su­rer : « Nous sommes dans notre bon droit ! La loi auto­rise le consom­ma­teur à goû­ter avant d’acheter ! » Quelque peu éton­nés, les clients de Carrefour qui viennent d’as­sis­ter à ce grand débal­lage décident, pour les uns, de pour­suivre leurs courses, pour les autres, de prendre une petite collation.

 

 

Reportage Joël Kermabon

 

 

 

Dénoncer la suprématie des multinationales

 

 

Outre le prin­cipe de se nour­rir au nez et à la barbe de Carrefour en toute léga­lité, la visée de l’action de Nuit debout Grenoble est poli­tique et hau­te­ment symbolique.

 

 Pique-nique sauvage organisé par Nuit Debout-Grenoble à Carrefour Grand'Place Echirolles, samedi 23 avril 2016 © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Pique-nique sau­vage orga­nisé par Nuit debout Grenoble au Carrefour Grand’Place d’Échirolles, samedi 23 avril 2016. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Il s’agit pour les mani­fes­tants de dénon­cer la supré­ma­tie des mul­ti­na­tio­nales, en par­ti­cu­lier de la grande dis­tri­bu­tion qui « prend en otages les consom­ma­teurs et engraisse les action­naires au détri­ment des sala­riés et des petits pro­duc­teurs », arguent les mani­fes­tants de Nuit debout Grenoble.

 

« Carrefour a détruit le petit com­merce du quar­tier de La Villeneuve, com­mente l’une des par­ti­ci­pantes de Nuit debout Grenoble. Notre inter­ven­tion, aujourd’­hui, dans ce grand maga­sin est aussi une façon de nous rap­pro­cher de la popu­la­tion des quar­tiers, qui n’a pas le choix, sinon de venir faire ses courses ici. »

 

 

 

« On nous carotte, carottons-les ! »

 

 

Le direc­teur de l’hy­per­mar­ché et ses col­la­bo­ra­teurs ont rapi­de­ment rejoint le stand de dégus­ta­tion impro­visé. Les vigiles, qui les ont pré­cé­dés de peu, se contentent de cer­ner l’at­trou­pe­ment, sans hos­ti­lité. L’opération s’o­père sans vio­lence et sans heurts, du début à la fin. Les acti­vistes se sont bien préparés.

 

NuitDeboutCarrefourAvecDirecteurCreditSeverineCattiaux

Négociation de Nuit debout Grenoble avec le direc­teur de Carrefour Grand’Place Échirolles, samedi 23 avril 2016. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

David déclare au direc­teur du maga­sin : « Nous maî­tri­sons notre action et il n’y aura pas de vols. » Une pré­nom­mée Camille (dif­fé­rente de celle de notre vidéo) confir­mera un peu plus tard, une fois sor­tie de Carrefour, que le groupe s’est dûment pré­paré en amont de l’événement : « Nous nous sommes donné des consignes, nous savions com­ment nous com­por­ter. Par exemple, si un client mon­tait le ton, on ne ren­ché­ris­sait pas. »

Du reste, côté clients, qua­si­ment aucune pro­tes­ta­tion. Il y en a bien un ou deux qui hous­pillent les par­ti­ci­pants : « C’est du vol […] C’est déplo­rable ! Heureusement que mes enfants ne sont pas aussi mal éle­vés… » Mais, glo­ba­le­ment, l’o­pé­ra­tion se passe dans la bonne humeur.

 

Un client de Carrefour semble dévo­rer tout ce qui se pré­sente. « Ce mon­sieur m’a dit qu’il était affamé », confie Françoise, la soixan­taine, mili­tante à Nuit debout qui fait à pré­sent par­tie du noyau dur du mou­ve­ment. Pendant que clients et mani­fes­tants picorent dans les paquets de bis­cuits en tout genre, les acti­vistes dis­tri­buent leurs tracts et scandent, à deux ou trois reprises, le slo­gan : « On nous carotte, carot­tons-les ! », en bran­dis­sant… des carottes, forcément.

 

 

 

Dialogue de sourds, mais dialogue quand même…

 

 

Légèrement en retrait du ban­quet offert par Carrefour à ses dépens, le direc­teur de l’hy­per­mar­ché entre­prend d’ob­te­nir des expli­ca­tions de la part des mani­fes­tants de Nuit debout sur les rai­sons de leur pré­sence. Débute alors un dia­logue de sourds, qui reste néan­moins cor­dial. « Ce n’est pas vous que nous visons per­son­nel­le­ment, assurent les acti­vistes, mais un sys­tème qui broie les petits pro­duc­teurs, qui prend en otage les consom­ma­teurs, qui engraisse les action­naires, et qui dénigre ses sala­riés. »

 

Ce à quoi répond le direc­teur : « Alors, vous vous êtes trom­pés d’enseigne ! Nous tra­vaillons avec de l’humain, ici. Les cais­sières sont cor­rec­te­ment payées. Je vous mets au défi de trou­ver un petit pro­duc­teur qui ne soit pas content de tra­vailler avec nous. » Dont acte.

 

NuitDeboutCarrefourCreditSeverineCattiaux

© Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Un peu plus loin, une autre mani­fes­tante  tente de nouer le dia­logue avec l’une des mana­gers, qui observe le pique-nique d’un œil inquiet… « Savez-vous que Carrefour est le groupe le plus néfaste pour les éco­sys­tèmes, de par sa manière de fonc­tion­ner, selon un rap­port récent du WWF qui vient de sor­tir ? », lui demande Camille, sans agressivité.

 

La mana­ger ne réagit pas, et sou­tient qu’elle a choisi de tra­vailler chez Carrefour parce que « c’est l’enseigne la plus humaine ».

 

Un mot qui revient déci­dé­ment beau­coup dans la bouche des employés de Carrefour, en cette fin de jour­née. « Humaine, ce n’est pas exac­te­ment ce qu’elle est… LVMH, Bernard Arnault, qui sont, en autres, action­naires de Carrefour, ont un pro­fond mépris pour les gens », réplique d’une voix douce mais déter­mi­née la militante.

 

Un employé de Carrefour, visi­ble­ment agacé par les expli­ca­tions des mani­fes­tants, rap­pelle au pas­sage : « Nous sommes le deuxième employeur de France. » – « Oui, mais de quels types d’emplois parle-t-on et com­bien ont été détruits par ailleurs ? », dégaine-t-on dans l’autre camp. Dialogue de sourds donc, mais dia­logue quand même…

 

 

 

Bouquet final : une intervention au micro

 

 

Les mani­fes­tants ont prévu une demi-heure d’action au total. Il ne fau­drait pas abu­ser des bonnes choses. D’autant que les vic­tuailles com­mencent à se tarir. Avant de par­tir, ils tiennent impé­ra­ti­ve­ment à inter­ve­nir au micro. Bon gré mal gré, le direc­teur et le per­son­nel de Carrefour se plient aux desi­de­rata des mani­fes­tants. « Mais je ne veux pas que vous vous en pre­niez à l’enseigne au micro. » Ce sera sa seule condition.

 

NuitDeboutGrenobleDirecteurCarrefourCreditSeverineCattiaux

Négociation de Nuit debout Grenoble avec le direc­teur de Carrefour Grand’Place Échirolles, samedi 23 avril 2016. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

De mémoire de clients d’hy­per­mar­ché, ce qui va suivre est raris­sime dans l’his­toire de la grande dis­tri­bu­tion. Plusieurs cen­taines de clients de Carrefour en auront été témoins.

 

Durant une minute envi­ron, la voix de Rosalie, mili­tante à Nuit debout Grenoble, résonne dans ce temple de la grande consom­ma­tion. Pour dire quoi ? Qu”« il faut lut­ter contre la loi Travail (alias loi El Khomri) et la pré­ca­rité géné­ra­li­sée qu’elle entraîne et qu’elle accroît » et pour appe­ler à la grève géné­rale du 28 avril pro­chain. Rosalie com­mente un peu plus tard, tout sou­rire : « Je n’ai pas pu lire le texte que nous avions prévu, alors j’ai impro­visé ! »

 

 

 

« C’est une opération réussie »

 

 

A la fin de son inter­ven­tion au micro, les applau­dis­se­ments fusent. La vic­toire est com­plète. Il reste à lever le camp. Les mani­fes­tants net­toient les tables emprun­tées à Carrefour et prennent en file indienne le che­min de la sor­tie de l’hypermarché.

 

NuitDeboutGrenobleCarrefourCreditSeverineCattiaux

Les mani­fes­tants à la fin de l’ac­tion. © Séverine Cattiaux

Ils passent, en levant les bras, les por­tiques anti-vol de l’hy­per­mar­ché. Un vigile du maga­sin filme la joyeuse troupe qui nargue, avant de par­tir, avec un « Merci Carrefour ! On revien­dra ! » l’en­semble du per­son­nel de Carrefour et les forces de l’ordre arri­vées en renfort.

 

Dans la rue, sur le che­min qui rejoint la MC2, un mili­tant fait le point : « C’est une opé­ra­tion réus­sie. On a fait du bruit, on a tracté, on a échangé avec les gens, et on a dif­fusé notre mes­sage au micro. »

 

 

En bonus, Françoise a même glissé quelques tracts dans les livres que vend Carrefour, au rayon librai­rie… « Ils feront office de marque-page », s’a­muse-t-elle.

 

 

Séverine Cattiaux et Joël Kermabon

 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Séverine Cattiaux

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Dimanche 9 avril 2017, les militants de Nuit debout Grenoble fête leur un an. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net
Un an après, que devient Nuit debout Grenoble ?

REPORTAGE - Pour célébrer la première année d’existence de leur mouvement, les militants de Nuit debout Grenoble se sont réunis ce dimanche 9 avril en Lire plus

Un collectif d'associations appelle à un rassemblement devant la préfecture jeudi 21 septembre contre la politique de gel des contrats aidés.
Manifestation anti-corruption dimanche à Grenoble : un appel à réagir

Plusieurs associations et organisations politiques et syndicales appellent à un rassemblement anti-corruption dimanche 26 février à partir de 15 h 30, place Victor-Hugo à Grenoble. Lire plus

La pétition demandant la mise à disposition d'espaces pour cultiver des fruits et légumes en ville touche à sa fin. Manquent encore plus de 1500 signatures…
Derniers jours pour la pétition « fruits et légumes gratuits en ville »

Dernière ligne droite pour la pétition demandant « des fruits et légumes gratuits, en ville, pour tous », à travers la mise à disposition d'espaces permettant aux Lire plus

Samuel, marionnettiste et militant à Nuit Debout Grenoble. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net
Samuel, marionnettiste et militant à Nuit debout

DIAPO-SON – Après Alice, nous rencontrons Samuel, un marionnettiste altruiste qui participe au mouvement Nuit debout quasiment depuis le début. Dans un parc à Grenoble, Lire plus

Alice au pays de Nuit Debout. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net
Alice fait sa rentrée au pays de Nuit debout

TÉMOIGNAGE – Nuit debout Grenoble fait sa rentrée ce dimanche 4 septembre à 17 heures, sur les marches de la MC2. Le mouvement semble loin de s'être Lire plus

Vote des Grenoblois - Budget participatif. © Ville de Grenoble© Ville de Grenoble
Votation citoyenne : dernière ligne droite pour les pétitionnaires grenoblois

DÉCRYPTAGE - Il ne reste vraiment plus beaucoup de temps aux quatre pétitions citoyennes grenobloises pour atteindre le seuil des 2 000 signatures. Car passé le Lire plus

Flash Info

|

27/11

10h31

|

|

26/11

19h48

|

|

26/11

11h47

|

|

25/11

18h43

|

|

25/11

12h10

|

|

25/11

10h26

|

|

25/11

8h00

|

|

25/11

1h23

|

|

23/11

19h30

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin