Soutien à la neige de culture : une nécessité pour l’économie montagnarde ?

sep article

Creative Mobilities Mou

DÉCRYPTAGE – Face à l’impact du réchauffement climatique sur l’économie de la montagne, bon nombre de gestionnaires de stations font le choix d’investir dans la neige de culture. Car moins de neige, c’est moins de touristes… Un choix stratégique dans la droite ligne du Plan montagne initié par Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, et soutenu par le département de l’Isère.

 

 

 

Neige de culture à Villard-Corrençon, domaine skiable de Villard-de-Lans Corrençon-en-Vercors. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Enneigeurs à Villard-de-Lans. © Yuliya Ruzhechka – placegrenet.fr

« Soixante pour cent des domaines skiables de nos concurrents européens sont équipés en canons à neige, alors qu’en France, on est à peine à 30 % », assène Didier Beuque, directeur général de la Société d’équipement de Villard-de-Lans et Corrençon-en-Vercors (SEVLC).

 

« Quand il manque de la neige, nous ne pouvons donc ouvrir que 30 % des pistes ! Tant que ce chiffre n’arrivera pas à 60-70 %, on ne sera pas compétitifs. »

 

Et Didier Bic, président de l’Association des fournisseurs de matériels et services pour la montagne (Afmont), d’ajouter : « L’Autriche, où le développement de la neige de culture est plus important, est devenu le premier concurrent de la France en termes d’aménagement de la montagne et du nombre de touristes dans les stations. »

 

 

 

« La moitié du chiffre d’affaires avec la neige de culture »

 

 

Le réchauffement climatique a indéniablement un impact direct sur l’enneigement, notamment dans les stations de moyenne montagne. D’où le recours à la neige artificielle. « Lors de la saison 2015-2016, nous avons fait la moitié de notre chiffre d’affaires uniquement avec la neige de culture, confie ainsi Éric Chambon, chef des pistes de l’Espace Villard-Corrençon. Sans elle, la station aurait été ouverte une quinzaine de jours seulement. »

 

Et de préciser les avantages de cette neige : « Elle est quatre à cinq fois plus solide que la neige naturelle, car ce ne sont pas des flocons mais des billes de neige. Elle résiste mieux aux abrasions et au vent, et fond donc moins vite. Pour les stations de moyenne altitude, c’est une sécurité pour toute la saison. »

 

L'Espace Villard-Corrençon, domaine skiable de Villard-de-Lans Corrençon-en-Vercors. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

© Yuliya Ruzhechka – placegrenet.fr

 

Mais le coût de ces équipements est élevé : il faut compter environ 20.000 euros pour un enneigeur, sans compter la maintenance, la main-d’œuvre et la consommation d’énergie. La station de Villard-Corrençon, qui s’est équipée de ses premiers canons à neige en 1982, affirme toutefois avoir divisé par dix ses besoins énergétiques grâce aux « progrès technologiques », notamment les retenues colinéaires au sommet de la station. De grandes retenues d’eau aménagées à coups de pelleteuses, dont les associations environnementales dénoncent l’impact sur le milieu naturel.

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
3157 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Triste raisonnement que celui de  » la neige à tout prix « . Massacrer les ressource hydriques (et ainsi assassiner nos enfants et les générations futures) n’est pas admissible. Les canons à neige utilisent, en effet, des quantités importantes d’eau, qu’ils transforment en cristaux. On estime leur consommation annuelle à 2,6 millions de mètres cubes. «Un prélèvement excessif en période d’étiage peut affecter la vie aquatique et geler les cours d’eau» (mise en garde l’Ifen).
    De plus, les investissements des stations ne produisent pas toujours leurs effets. Ils ne suffisent pas à retenir la clientèle. Le nombre de nuitées passées à la montagne a chuté de 174 millions à 150 millions entre 1984 et 1998!
    La montagne était un espace sauvage il y a encore peu, elle devient, de plus en plus, une sorte de Disney-Word pour les riches pollueurs.

    sep article