Bannière NL JEP 2021
Stéphane Labranche, politologue à Sciences Po, spécialiste du changement climatique, membre du Giec, revient sur le texte issu de la COP 21 à Paris.

“On a évité le scénario cauchemar d’un réchauffement climatique de 4°C”

“On a évité le scénario cauchemar d’un réchauffement climatique de 4°C”

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

ENTRETIEN – Succès politique ? Échec climatique ? L’accord adopté à l’issue de la 21e conférence des parties à Paris laisse dubitatif. Pas de sanctions, pas de calendrier de sortie des énergies fossiles, nulle trace de mention de la taxe carbone… L’accord de Paris manque-t-il d’ambition ? Pas pour le politologue grenoblois Stéphane La Branche, spécialiste du changement climatique qui revient pour Place Gre’net sur la Cop21. Selon lui, le pire a peut-être été évité.

 

 

 

Stéphane Labranche, chercheur québecois, politologue à Sciences Po Grenoble, membre du Giec. Credit Patricia Cerinsek

Stéphane La Branche, poli­to­logue à Sciences Po Grenoble, membre du Giec. © Patricia Cerinsek

Spécialiste du chan­ge­ment cli­ma­tique, Stéphane La Branche s’in­té­resse plus par­ti­cu­liè­re­ment aux obs­tacles, freins, réti­cences des admi­nis­tra­tions, des ins­ti­tu­tions, des entre­prises et des citoyens à œuvrer contre le chan­ge­ment climatique.

 

Membre du Groupe d’ex­perts inter­gou­ver­ne­men­tal sur l’é­vo­lu­tion du cli­mat (Giec, rap­port 2013), ce cher­cheur qué­be­cois est titu­laire de la chaire Énergie-cli­mat à Sciences Po Grenoble où il enseigne. Stéphane La Branche est éga­le­ment cher­cheur asso­cié au labo­ra­toire de recherche en sciences sociales Pacte (Politiques publiques, ACtions poli­tiques, TErritoires).

 

 

La Cop21 à Paris, succès politique mais échec climatique ?

 

 

Les Cop ne sont pas des confé­rences scien­ti­fiques. Ce sont des négo­cia­tions poli­tiques inter­na­tio­nales, où la science prend fina­le­ment une part très secon­daire. C’est pour cela que l’on peut par­ler de suc­cès poli­tique et diplo­ma­tique à Paris.

 

On a vu 195 pays plus l’Union euro­péenne signer une entente inter­na­tio­nale qui vise à ne pas dépas­ser une hausse des tem­pé­ra­tures de 2 °C. C’est une pre­mière dans l’histoire. Mais ce n’est qu’une pre­mière étape. Après cet accord, il faut pas­ser à la mise en œuvre. Et c’est autre chose…

 

 

Néanmoins, l’accord ne fixe aucun calendrier de sortie des énergies fossiles, pas de sanctions, pas de mention de la taxe carbone. N’y a‑t-il pas un manque d’ambition ?

 

 

A l'issue de la COP 21 à Paris, un accord jugé peu contraignant.

A l’is­sue de la Cop21 à Paris, un accord jugé peu contrai­gnant et peu ambi­tieux. © Flickr

Un accord inter­na­tio­nal doit par défi­ni­tion être suf­fi­sam­ment géné­ral pour que tous les pays puissent être d’accord sur cha­cune des phrases, autant les pays en déve­lop­pe­ment que les pays indus­tria­li­sés res­pon­sables… Chaque phrase doit impli­quer tout le monde. C’est un gros tra­vail de rédaction.

 

Contrairement au pro­to­cole de Kyoto, où il y avait eu trac­ta­tion [la Russie avait signé en échange de son inté­gra­tion dans l’Organisation mon­diale du com­merce (OMC), ndlr], il n’y a pas eu de négo­cia­tion de ce type à Paris. Tous les pays ont signé.

 

Reste à mettre les actions en œuvre. C’est au niveau des pays, et plus encore des ter­ri­toires, que vont se mettre en place des stra­té­gies sur les poli­tiques publiques d’habitation, de réno­va­tion, de dépla­ce­ment, de mobilité…

 

 

Mais pourquoi inscrire cet objectif d’un réchauffement de 2 °C, et même de 1,5 °C, alors qu’on le sait inatteignable ?

 

 

Scientifiquement, on sait que le + 1,5 °C va être dépassé, c’est une cer­ti­tude. Le + 2 °C, j’en doute encore. Mais il s’agit là d’une négo­cia­tion poli­tique pour s’assurer que les pays en voie de déve­lop­pe­ment vont signer l’entente.

 

Si l’on dit + 3 °C et qu’on ne tient pas l’objectif, on se retrouve avec du + 4 °C. Si l’on se retrouve avec du + 4 °C, c’est une catas­trophe. Si l’on demande + 2 °C et qu’on a + 3 °C, c’est dif­fi­ci­le­ment gérable mais c’est mieux.

 

Et puis, avec un objec­tif de + 1,5 ou 2 °C, viennent des moyens finan­ciers de trans­fert de tech­no­lo­gies, de modes de déve­lop­pe­ment dif­fé­rents. Se fixer + 3 °C comme objec­tif, c’est don­ner beau­coup de marge de manœuvre pour conti­nuer à faire un déve­lop­pe­ment basé sur les éner­gies fos­siles. Alors qu’un objec­tif de + 2 °C nous oblige à déve­lop­per des éner­gies inter­mit­tentes, renouvelables.

 

 

Fixer un calendrier de sortie des énergies fossiles aurait également donné moins de marge de manœuvre…

 

 

Stéphane Labranche, chercheur québecois, politologue à Sciences Po Grenoble, membre du Giec. Credit Patricia Cerinsek

© Patricia Cerinsek

Deux semaines avant les négo­cia­tions, la Chine a annoncé qu’elle avait consommé plus de char­bon qu’annoncé*. Elle avait d’ailleurs pla­ni­fié de sta­bi­li­ser ses gaz à effet de serre à par­tir de 2030 et « pro­ba­ble­ment avant ».

 

Donner un calen­drier, si l’on n’atteint pas les objec­tifs, c’est ris­quer de voir un pays se reti­rer. Rien ne l’en empêche. Et c’est la grande fai­blesse d’une entente comme celle-là. Il n’y a pas de sanc­tions. Mais c’est vrai de toutes les ententes inter­na­tio­nales. Une seule orga­ni­sa­tion au monde est dotée d’une Cour qui per­mette des sanc­tions : c’est l’OMC.

 

Mais si l’on rentre dans une guerre de sanc­tions, on ne règlera pas le pro­blème non plus. Même si, d’un point de vue éco­lo­gique, les sanc­tions peuvent être effi­caces, poli­ti­que­ment, c’est inacceptable.

 

 

De nombreux économistes s’accordent à dire que le premier levier est la taxe carbone. Pourtant, l’accord n’y fait nullement mention.

 

 

Les plus grosses éco­no­mies du monde se ver­raient impo­ser une taxe sur leurs pro­duits ? La Chine, les États-Unis sont des pays qui pèsent lourd. Ils auraient refusé la taxe carbone.

 

Mais cela n’empêche pas les pays de l’imposer sur des pro­duits spé­ci­fiques. En Europe, on peut déjà impo­ser une taxe car­bone sur l’acier chi­nois parce que l’acier est pro­duit à par­tir de cen­trales ther­miques au char­bon. Ce n’est pas du pro­tec­tion­nisme. L’OMC per­met des taxes aux fron­tières pour des rai­sons de pro­tec­tion de l’environnement.

 

 

Face à un accord jugé peu ambitieux, ne risque-t-on pas d’aller vers une judiciarisation de la question climatique ? L’association Urgenda aux Pays-Bas a obtenu du tribunal la condamnation de l’État néerlandais**. Dans son sillage, l’association « Notre affaire à tous » a lancé un recours contre l’État français pour défaillance dans la lutte contre le dérèglement climatique et la protection de la population…

 

 

Les pre­miers signes de cette judi­cia­ri­sa­tion remontent à 2009, année de la confé­rence de Copenhague. Greenpeace était mon­tée sur les che­mi­nées d’une cen­trale ther­mique en Angleterre pour bran­dir une grande ban­de­role avec un mes­sage éco­lo­gique. La com­pa­gnie a pour­suivi Greenpeace en jus­tice mais la cour a sta­tué en faveur de l’association sur la base de la pro­tec­tion du bien commun.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

On va se retrou­ver avec une judi­cia­ri­sa­tion crois­sante de l’environnement. En France, la régle­men­ta­tion ther­mique 2012 impose, par exemple, des normes éner­gé­tiques dans les bâti­ments ; les plans éner­gie cli­mat ter­ri­to­riaux sont obligatoires.

 

 

Le cli­mat n’est pas un pro­blème envi­ron­ne­men­tal. C’est un pro­blème de société et de civi­li­sa­tion. Il nous reste trois ans pour sta­bi­li­ser les gaz à effet de serre. Sinon, nous dépas­se­rons les + 2 °C. On n’a pas réglé le pro­blème du chan­ge­ment cli­ma­tique avec la Cop21 mais je pense qu’on a évité le scé­na­rio cau­che­mar à + 4 °C. Le + 3 est devenu probable.

 

 

Propos recueillis par Patricia Cerinsek

 

 

 

* La Chine a brûlé qua­si­ment 600 mil­lions de tonnes de char­bon de plus qu’an­noncé, soit une révi­sion à la hausse de 17 %, selon Libération.

 

** Le juge a ordonné à l’État néer­lan­dais de réduire les émis­sions de gaz à effet de serre aux Pays-Bas d’au moins 25 % d’ici à 2020 par rap­port à 1990.

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Le nombre de jours consécutifs où la température ne descend pas de jour comme de nuit en-dessous de 35 °C sera de 46 à Grenoble en 2050.
COP 21… COP 24 : la flore et la faune des Alpes, entre adaptation et disparition ?

WEB-DOCUMENTAIRE – Épisode 4 – Certaines espèces ont commencé à s'adapter à la hausse des températures, très sensible dans les Alpes. La forêt grimpe, des Lire plus

Le nombre de jours consécutifs où la température ne descend pas de jour comme de nuit en-dessous de 35 °C sera de 46 à Grenoble en 2050.
Cop21… Cop24 : retrait des glaciers, éboulements rocheux… un patrimoine naturel en sursis

WEB-DOCUMENTAIRE - Épisode 3 - L'impact le plus visible du réchauffement, on le voit en haute montagne. Sur les glaciers qui s'érodent, sur les parois Lire plus

Le bassin versant du Drac et de la Romanche alimente en eau la grande région urbaine de Grenoble. Un réservoir à mieux protéger.
Réchauffement, inondations… le “château d’eau” de l’agglomération grenobloise consolide ses fondations

FOCUS - Le bassin versant du Drac et de la Romanche est le château d'eau de la grande région urbaine de Grenoble. Un réservoir à Lire plus

Le nombre de jours consécutifs où la température ne descend pas de jour comme de nuit en-dessous de 35 °C sera de 46 à Grenoble en 2050.
Cop 21… Cop24 : alors que les Alpes se réchauffent, les ressources en eau s’amenuisent

WEB-DOCUMENTAIRE - Épisode 2 - Si le changement climatique fait fondre les glaciers et remonter la limite pluie-neige, les scientifiques sont encore réservés quant à Lire plus

Le nombre de jours consécutifs où la température ne descend pas de jour comme de nuit en-dessous de 35 °C sera de 46 à Grenoble en 2050.
Cop21… Cop24 : les conférences sur le climat se succèdent mais les Alpes se réchauffent

WEB-DOCUMENTAIRE - Lors de la Cop21 à Paris en 2015, des scientifiques grenoblois tiraient déjà la sonnette d'alarme. Trois ans après, où en est-on ? Lire plus

La glace des Alpes conservée en Antarctique. Projet Protecting Ice Memory Crédit Sarah Del Ben - Wild Touch - Fondation UGA
Ice memory : après le Mont-Blanc, les glaciologues forent dans les Andes

Dans un mois, des glaciologues français, américains, russes, brésiliens et boliviens impliqués dans le projet Ice memory iront forer un glacier andin, à 6 300 m d'altitude, Lire plus

Eco'V

Flash Info

|

17/09

12h16

|

|

15/09

16h55

|

|

14/09

18h06

|

|

14/09

17h28

|

|

13/09

19h30

|

|

13/09

15h10

|

|

12/09

12h26

|

|

10/09

19h32

|

|

10/09

10h00

|

|

09/09

11h44

|

L'Oeil de Perotto - Les manifestations antipass sur Place Gre'net, vues par Marc Perotto

Les plus lus

Montagne| Première édition du Raid multisports Grenoble-Alpes le dimanche 19 septembre 2021

Art en ville. © Grenoble-Alpes Métropole

Culture| Des sentiers d’art vont relier une vingtaine d’œuvres sur le territoire métropolitain grenoblois

L’art déconfiné, des confiné(e)s : une expo participative sur la pandémie © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

Culture| L’art déconfiné, des confiné(e)s : une exposition participative de réflexion artistique sur la pandémie

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Espace Aragon

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin