Participants juste avant le départ de la course d'obstacles Mud Gre à Grenoble le 8 novembre 2015 avec un coureur allongé au sol avec tuba et lunettes de plongée. © Yuliya Ruzhechka - placegrenet.fr

La.Mud.Gre à Grenoble : une pre­mière spor­tive, ludique et bariolée

La.Mud.Gre à Grenoble : une pre­mière spor­tive, ludique et bariolée

REPORTAGE PHOTO – Des méde­cins, des plon­geurs, des per­son­nages de des­sins ani­més et de jeux vidéo… Environ 900 Isérois ont tra­versé les rues et les parcs de Grenoble, ce dimanche 8 novembre 2015, à l’oc­ca­sion de la pre­mière course La.Mud.Gre, offrant un spec­tacle inso­lite aux habi­tants de la capi­tale des Alpes.

Participants lors de la course d'obstacles Mud Gre à Grenoble le 8 novembre 2015. © Yuliya Ruzhechka - placegrenet.fr

Départ de la course d’obs­tacles La.Mud.Gre à Grenoble le 8 novembre 2015. © Yuliya Ruzhechka – pla​ce​gre​net​.fr

Douze kilo­mètres de tra­ver­sée en pas­sant par Gières, Saint-Martin-d’Hères et Grenoble, dans la boue et dans l’eau, à tra­vers des laby­rinthes de cordes, en se frayant un che­min à tra­vers des pneus et en sau­tant au-des­sus de voi­tures. Voilà ce qui atten­dait, ce dimanche 8 novembre, les par­ti­ci­pants de La.Mud.Gre, dont cer­tains s’é­taient dégui­sés pour l’occasion.

La course a démarré par une pre­mière vague de par­ti­ci­pants, d’une cen­taine de per­sonnes envi­ron. Parmi eux, le par­rain de la course Jean-François Dor, tri-ath­lète isé­rois ayant par­ti­cipé à la Norseman, une pres­ti­gieuse course de tri­ath­lon en Norvège à la dif­fi­culté jugée « extrême ».

Après cette « vague élite » – dont cer­tains cou­reurs s’at­ten­daient à un niveau de dif­fi­culté plus élevé et ont déploré une mau­vaise orga­ni­sa­tion* –, plu­sieurs départs dif­fé­rés ont suivi, avec des équipes ayant cha­cune leur code ves­ti­men­taire, mais pro­gres­sant toutes dans un esprit d’en­traide. Et pour cause : contrai­re­ment aux par­ti­ci­pants de la pre­mière vague, la com­pé­ti­tion n’é­tait pas le mot d’ordre pour ces cou­reurs du dimanche qui sou­hai­taient avant tout s’amuser.

Un par­cours du com­bat­tant urbain

D’où vient l’i­dée de ce par­cours urbain ? De la volonté de rendre le par­cours du com­bat­tant mili­taire ludique et acces­sible à tout le monde, explique l’é­quipe d’or­ga­ni­sa­tion de La.Mud.Gre.

Catherine, une par­ti­ci­pante à la course, nous pré­sente son com­pa­gnon, Olivier, qui a l’ha­bi­tude de par­ti­ci­per à des trails. « Aujourd’hui, il aurait pu jouer le chrono, mais il m’a­mène avec lui. Il lui fal­lait donc trou­ver un dégui­se­ment qui me per­mette de suivre son rythme tout au long de la course ! »

Participants juste avant le départ de la course d'obstacles Mud Gre à Grenoble le 8 novembre 2015 avec un coureur allongé au sol avec tuba et lunettes de plongée. © Yuliya Ruzhechka - placegrenet.fr

Olivier, cou­reur palmé, juste avant le départ de La.Mud.Gre. © Yuliya Ruzhechka – pla​ce​gre​net​.fr

« On nous a dit qu’il fau­dra tra­ver­ser l’Isère, conti­nue Olivier. J’ai donc choisi un dégui­se­ment qui me don­nera pro­ba­ble­ment l’a­van­tage sur les autres. Plus sérieu­se­ment, on par­ti­cipe à cette course pour rigo­ler ! »

Participants de la course d'obstacles Mud Gre à Grenoble le 8 novembre 2015 avec un coureur déguisé en plongeur avec des palmes. © Yuliya Ruzhechka - placegrenet.fr

© Yuliya Ruzhechka – pla​ce​gre​net​.fr

Avant le départ, Olivier et Catherine ont estimé leur temps de course à deux heures et demie ou trois heures. Tout au long du par­cours, ils ont fran­chi divers obs­tacles, tou­jours avec le sou­rire, et fina­le­ment réussi à finir la course en moins de trois heures.

« Depuis trois ans, chaque année, on par­ti­cipe à des courses ou des semi-mara­thons en étant dégui­sés », expliquent quant à elles Roseline et Marjorie.

Dans leur équipe, chaque membre est déguisé en un per­son­nage du jeu vidéo Mario Bros. « Pour nous, ce n’est pas une com­pé­ti­tion, on n’est pas des spor­tifs. En ce qui concerne notre dégui­se­ment, on a tous joué à la Wii. L’univers de Mario nous est fami­lier. On a donc choisi ce thème. »

Un seuil de ren­ta­bi­lité bien­tôt atteint

Prendre du plai­sir, s’a­mu­ser et rele­ver un défi ensemble avec ses amis : tel étaient donc les objec­tifs des orga­ni­sa­teurs de La.Mud.Gre. « On a été plu­sieurs à par­ti­ci­per l’an­née der­nière à la course d’obs­tacles à Lyon. Après cette expé­rience, nous avons voulu orga­ni­ser une course sem­blable à Grenoble. Début 2015, on a com­mencé à pré­pa­rer la pre­mière édi­tion. »

Pour envi­sa­ger les édi­tions sui­vantes, il fal­lait atteindre le seuil de ren­ta­bi­lité du pro­jet sur celle-ci. En clair, cou­vrir toutes les dépenses d’or­ga­ni­sa­tion, en réunis­sant envi­ron mille par­ti­ci­pants, le bud­get de la course étant de 30.000 euros. D’après le pre­mier bilan, le palier est presque fran­chi. Les Grenoblois peuvent donc com­men­cer à s’en­traî­ner et à par­faire leurs dégui­se­ments pour la pro­chaine édition.

Yuliya Ruzhechka

Revivez la course en images !

[slideshow_deploy id=“68933”]

Photos : © Yuliya Ruzhechka

* Complément d’in­for­ma­tion ajouté le 9 novembre, suite à plu­sieurs témoi­gnages de par­ti­ci­pants de la caté­go­rie “élite” mécon­tents, lais­sés en commentaires.

De gros pro­blèmes d’organisation

Absence de puces de chro­no­mé­trage (volées pen­dant la nuit selon les orga­ni­sa­teurs) et donc de résul­tats à l’ar­ri­vée, manque de diver­sité parmi les obs­tacles, absence de boue dans un évé­ne­ment “mud”, ravi­taille­ments jugés « ridi­cules », par­cours insuf­fi­sam­ment balisé et sécu­risé avec « des tra­ver­sées de route » et des « cyclistes pas­sant à contre-sens », pénu­rie de tickets de tram pour le retour, T‑shirts avec un choix de tailles insuf­fi­sant, manque de pho­tos de la course, absence de com­mu­ni­ca­tion et orga­ni­sa­teurs « injoi­gnables » depuis la fin de l’é­preuve… Sur les réseaux sociaux et en com­men­taires, la grogne se fait sen­tir. Beaucoup de cou­reurs demandent un dédommagement.

Ce mer­credi 10 novembre, l’é­quipe d’or­ga­ni­sa­tion a fina­le­ment posté un mes­sage sur Facebook à l’at­ten­tion des par­ti­ci­pants : « Nous tenions à tous vous remer­cier pour être venus en nombre pour notre grande pre­mière, un grand MERCI à tous les béné­voles pré­sents, MERCI à tous les coureurs.
Nous sommes conscients des ratés, l’heure est actuel­le­ment au ran­ge­ment, nous allons rapi­de­ment nous réunir et faire le bilan en toute trans­pa­rence, nous revien­drons vers vous pour par­ta­ger nos conclu­sions et suite à donner.
Nous sommes une petite asso­cia­tion à but non lucra­tif, nous ne dis­po­sons pas des res­sources ni des struc­tures comme d’autres grands noms recon­nus des courses à obs­tacles. Les pho­tos sont en cours de mon­tage, elles seront pro­chai­ne­ment dis­po­nibles et acces­sibles, vous serez infor­més. » Visiblement pas de quoi cal­mer la colère de cer­tains coureurs…

Mise à jour le 12 novembre 2015.

POST SCRIPTUM

Quelques jours après la La.Mud.Gre, le nombre de réac­tions de par­ti­ci­pants ne cesse de croître. Les avis sont par­ta­gés entre ceux qui sou­lignent la bonne ambiance de la course et ceux qui se disent pro­fon­dé­ment déçus par la façon dont a été orga­nisé cet évé­ne­ment, sur­tout par rap­port à d’autres courses du même type dans d’autres villes.

Parmi ces der­niers, Antoine, qui a par­ti­cipé à la course au sein d’une équipe de neuf per­sonnes : « Le terme “loi­sirs” dans les autres Mud ne signi­fie pas “caté­go­rie infé­rieure”. On peut cou­rir en loi­sir et se don­ner à fond ». Antoine avait d’ailleurs de grandes attentes pour cette course. La preuve : il s’en­traî­nait 4 à 5 fois par semaine depuis sep­tembre « pour pou­voir être à la hau­teur le jour J ».

Un autre point impor­tant sus­cite le ques­tion­ne­ment des par­ti­ci­pants : où est parti leur argent ? 40 euros, disent beau­coup entre-eux, n’est, en effet, pas une somme négli­geable. Surtout quand cer­tains cou­reurs racontent leur expé­rience dans d’autres courses d’obs­tacles en France : plus diver­si­fiées quant aux obs­tacles et par­fois même moins chères.

Cette com­pa­rai­son avec d’autres courses simi­laires n’a fait qu’augmenter la décep­tion d’Antoine et de son équipe, mais aussi des autres par­ti­ci­pants : « les obs­tacles, pour leur grande majo­rité, n’a­vaient rien à voir avec ce que les autres Mud pro­posent habi­tuel­le­ment ; ils étaient médiocres ». Selon ces cou­reurs, l’a­ni­ma­tion n’é­tait pas à la hau­teur ni au point de départ (« l’a­ni­ma­teur répé­tait tou­jours la même chose »), ni lors du warm-up – une séance d’é­chauf­fe­ment pro­mise par les orga­ni­sa­teurs – qui n’a pas eu lieu.

La manque de ravi­taille­ments, le buf­fet insuf­fi­sant à l’ar­ri­vée, l’ab­sence de chrono, des épingles pour les dos­sards, des bra­ce­lets… Autant de pro­messes non-tenues qui déçoivent de plus en plus les inter­nautes. Sans comp­ter la réac­tion des orga­ni­sa­teurs, vis-à-vis de ces retours néga­tifs, lais­sée sur les pages inter­net et Facebook, 48 heures après l’é­vè­ne­ment : « Nous ne pou­vons pas répondre pour le moment, nous finis­sons sous peu le ran­ge­ment de la course et la ges­tion des dif­fé­rentes démarches de fin de course. Nous allons éga­le­ment nous réunir très rapi­de­ment pour faire le point sur le dos­sier et vous avi­se­rons le cas échéant. Nous res­tons des béné­voles et devons gérer avec le quo­ti­dien pour appor­ter au plus vite notre réponse ».

Un mes­sage qui n’a rien de satis­fai­sant et témoigne d’une forme de lâcheté, selon Antoine : « Je suis quel­qu’un de posi­tif et je garde un super sou­ve­nir de cette jour­née car j’é­tais avec des amis que j’ap­pré­cie beau­coup. D’une manière géné­rale je suis com­pré­hen­sif et par­donne faci­le­ment les erreurs sur­tout pour les gens qui débutent. Cependant je suis très en colère car j’ai le sen­ti­ment que les orga­ni­sa­teurs se sont “cachés” et n’ont pas assumé leurs erreurs ni pris la peine d’ex­pli­quer au micro ou par mail ou via Facebook ce qui s’é­tait passé et pour­quoi les choses avaient mal tour­nées ».

Aujourd’hui, Antoine n’a pas l’in­ten­tion de par­ti­ci­per à cette course l’an­née pro­chaine : « Je pré­fère faire des kilo­mètres et payer dix euros plus chers pour faire une vraie Mud, plu­tôt que cette mas­ca­rade ».

Place Gre'net

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Grenoble première ville au monde en matière de qualité de vie, selon une étude du cabinet Oxford Economics
Grenoble clas­sée pre­mière ville au monde en matière de qua­lité de vie par le cabi­net Oxford Economics

FLASH INFO - Grenoble serait-elle la première ville au monde en matière de qualité de vie? C'est en tout cas la conclusion d'une étude menée Lire plus

Perche : l’Isérois Thibaut Collet fran­chit 5,95 m à Montbonnot, record fami­lial et deuxième per­for­mance mon­diale de l’année

EN BREF - Le Grenoblois Thibaut Collet a franchi une barre à 5,95 m, mercredi 19 juin 2024, au meeting “Perche des Alpes”, à Montbonnot-Saint-Martin. Lire plus

La Région retire sa subvention à Outdoor sport valley... pour avoir appelé à des JO respectueux de l'environnement
« Dîner des som­mets » : « Laurent Wauquiez refuse de se plier à la jus­tice », accuse l’op­po­si­tion socia­liste à la Région

EN BREF - Près d'un mois après la décision du tribunal administratif de Lyon, Laurent Wauquiez n'a toujours pas transmis à l'opposition socialiste la liste Lire plus

Trois membres de Conseils citoyens indépendants (CCI) de Grenoble dénoncent de possibles "dépenses frauduleuses"
Grenoble : trois membres de Conseils citoyens indé­pen­dants (CCI) sus­pectent des « dépenses frauduleuses »

FOCUS - Trois membres du conseil d'administration de l'ACCIG, entité juridique qui répartit à parts égales les subventions accordées aux Conseils citoyens indépendants de Grenoble, Lire plus

Fête de la musique 2023 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Fête de la musique 2024 : les bons plans à ne pas rater à Grenoble et dans l’agglo

ÉVÈNEMENT - Jour du solstice d'été, le vendredi 21 juin 2024 marque cette année la 43e édition de la Fête de la musique instituée par Lire plus

Lancement d'une souscription pour financer le projet de restauration de la chapelle Notre-Dame-de-Parizet
Seyssinet-Pariset : une sous­crip­tion pour finan­cer le pro­jet de res­tau­ra­tion de la cha­pelle Notre-Dame-de-Parizet

FLASH INFO - La Ville de Seyssinet-Pariset, en partenariat avec l’association Pierres, Terres et Gens de Parizet ainsi que la Fondation du patrimoine, a lancé Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !