Entrée de Moirans. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Émeutes de Moirans : « Il y a eu un avant, il y aura un après »

Émeutes de Moirans : « Il y a eu un avant, il y aura un après »

REPORTAGE – Après les vio­lentes émeutes qui se sont dérou­lées à Moirans ce 20 octobre 2015 vient le temps des bilans. Le maire de la com­mune, Gérard Simonet, n’en­tend pas du tout en res­ter là. Accompagné de Jean-Pierre Barbier, le pré­sident du dépar­te­ment, l’é­dile s’a­dres­sait à la presse ce mer­credi 5 novembre, juste avant la visite du Premier ministre Manuel Valls. Sur place, les habi­tants sont partagés…

Le restaurant de la gare a subi de gros dégâts. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le res­tau­rant de la gare a subi de gros dégâts. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Il y a eu un avant, il y aura un après. Je ne sou­haite pas balayer d’un coup d’é­ponge ce qui s’est passé dans notre ville ce 20 octobre. Les Moirannais m’en tien­draient rigueur. » Gérard Simonet, maire divers droite de Moirans, n’en­tend pas en res­ter là après les vio­lents évé­ne­ments qui ont secoué, quelques heures durant, la petite ville iséroise.

En cause, de graves exac­tions per­pé­trées par des gens du voyage qui exi­geaient que soit libéré de pri­son l’un des leurs, le temps des obsèques de son frère.

Ce der­nier avait trouvé la mort, ainsi que deux autres occu­pants, dans un véhi­cule qui s’é­tait encas­tré dans un arbre à Saint-Joseph-de-Rivière, le 17 octobre der­nier. Le véhi­cule acci­denté avait été volé, deux des vic­times étaient cagou­lées et des outils des­ti­nés vrai­sem­bla­ble­ment à com­mettre des cam­brio­lages y avaient été découverts.

Barrages, pneus et véhi­cules incen­diés, tra­fics rou­tier et SNCF blo­qués – 125 trains avaient été arrê­tés – dégâts et dégra­da­tions divers, forces de l’ordre agres­sées… L’extrême vio­lence avait alors très for­te­ment cho­qué les rive­rains du quar­tier de la gare et, au-delà, les habi­tants de la ville, dont beau­coup s’in­di­gnaient du peu d’in­ter­pel­la­tions réa­li­sées sur place au moment des faits.

« Remettre les pen­dules à l’heure ! »

En guise de pré­li­mi­naires, ce mer­credi 5 novembre, Gérard Simonet a tenu avant tout « à remettre les pen­dules à l’heure » devant la presse. L’édile s’ins­crit en faux contre cer­taines dés­in­for­ma­tions « enten­dues sur les radios » allé­guant que rien n’au­rait été fait pour les gens du voyage à Moirans. « La col­lec­ti­vité que je repré­sente, tout comme mon pré­dé­ces­seur, a tou­jours fait, à son niveau de com­pé­tence, le maxi­mum pour les gens du voyage. »

L’élu cite notam­ment l’aire de sta­tion­ne­ment qui leur est des­ti­née, l’in­té­gra­tion de beau­coup d’entre eux dans le parc social et cer­ti­fie n’a­voir jamais refusé de stages à leurs enfants sco­la­ri­sés. « Quand cela a été pos­sible, nous leur avons même donné du tra­vail », sou­ligne le maire. Et de par­faire la démons­tra­tion : « Ils ne payent pas les fluides ni la loca­tion alors même que nous aurions pu l’exi­ger ! »

« Comment peut-on être gens du voyage et sédentaires ? »

« L’après », pour Gérard Simonet, c’est tout d’a­bord com­ment assu­rer, à court et moyen termes, la répa­ra­tion des dégâts subis par les vic­times ? Au nombre d’entre elles, pas­se­ront en prio­rité les per­sonnes qui ont perdu un bien mais aussi les col­lec­ti­vi­tés comme le dépar­te­ment de l’Isère et la com­mune de Moirans ou encore la SNCF, laquelle a subi d’im­por­tantes dégra­da­tions sur ses infrastructures.

De gauche à droite : Renée Vialle, Gérard Simonet, Jean-Pierre Barbier et André Bessot. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Renée Vialle, Gérard Simonet, Jean-Pierre Barbier et André Bessot. © Joël Kermabon

« Je m’entretiendrai avec Manuel Valls, le Premier ministre, pour que tout soit fait afin que toutes ces vic­times soient indem­ni­sées com­plè­te­ment, les assu­rances ne rem­bour­sant pas tout », assure Gérard Simonet.

Dans un deuxième temps, l’élu per­çoit aussi la néces­sité de gérer le long terme avec les gens du voyage séden­ta­ri­sés de Moirans. « Qu’est-ce qu’on va en faire ? Qu’est-ce qu’ils vont deve­nir ? »

« Je pose la ques­tion : com­ment juri­di­que­ment peut-on être gens du voyage et séden­taires ? », s’in­ter­roge l’élu, avant de pour­suivre : « C’est éga­le­ment une ques­tion que je pose­rai à Manuel Valls ». Le maire de Moirans s’in­surge : « Tout cela a été d’une vio­lence inouïe ! Pourquoi, dans notre belle démo­cra­tie, existe-t-il un tel niveau de vio­lence ? Je suis très inquiet. La démo­cra­tie et la sécu­rité sont bafouées. » Et de conclure : « Nous ne pou­vons pas res­ter sans trou­ver des res­pon­sables. Ce serait très grave pour la société. »

Gérard Simonet qui, outre sa charge de maire, est aussi méde­cin en acti­vité sur la com­mune, revient sur ce qu’il a pu per­ce­voir, sous ses deux cas­quettes, des sen­ti­ments éprou­vés par la popu­la­tion de Moirans à la suite de ces événements.

Réalisation Joël Kermabon

« Il faut être délin­quant pour avoir rai­son en France ! »

Dans les rues de Moirans, quinze jours après les faits, les opi­nions sont miti­gées. Les com­mer­çants refusent de se confier et se défaussent : « Vous com­pre­nez, Monsieur, j’ai un com­merce. Ils comptent parmi mes clients », plaident-ils, coin­cés. D’autres Moirannais sont plus bavards. « Cela ne s’est pas vrai­ment passé en ville et je n’ai pas eu à en pâtir. Toujours est-il que le com­por­te­ment de ces gens n’est pas nor­mal. Si tout le monde se met à faire ce qu’il veut et à brû­ler des voi­tures pour obte­nir gain de cause… », rap­porte un qua­dra­gé­naire lais­sant pla­ner le sous-entendu.

Moirans, centre ville. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Moirans, centre ville. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« J’ai de toute façon tou­jours consi­déré qu’ils n’é­taient pas à leur place, je n’ai rien d’autre à dire », lance quant à elle une dame, la cin­quan­taine, très remontée.

Un père, venu attendre ses enfants devant l’é­cole, dit avoir été très cho­qué mais « tout cela n’a duré que cinq heures. Les gens ont repris la main depuis », tempère-t-il.

Pour lui, rien de changé sauf « qu’au final on s’a­per­çoit qu’il faut être délin­quant pour avoir rai­son en France ». Une maman regrette : « Nous avions l’ha­bi­tude de la proxi­mité des gitans, cela se pas­sait bien. Nos enfants vont dans la même école. Et tout d’un coup tout a dégé­néré, c’é­tait vrai­ment choquant ! »

Pour un jeune adulte, casque audio sur la tête, c’est l’é­vi­dence, ils ont eut rai­son de réagir comme ça : « Ils ne deman­daient pas la lune, on leur a répondu comme s’ils étaient des chiens », pro­teste-t-il avec véhémence.

Un autre jeune pas­sant pense que ce sont des gens venus de l’extérieur qui ont mis le feu aux poudres. « Les gens du voyage, j’en connais cer­tains qui habitent sur l’aire, ce sont même des amis. Ce ne sont pas eux qui ont agi mais ils sont de leur côté [des fau­teurs de trouble, ndlr]. Ceci dit, Ils ont quand même perdu quel­qu’un, ces gens, et c’é­tait grave pour eux », affirme-t-il, compréhensif.

Panneau pour les gens du voyage. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Panneau pour les gens du voyage. © Joël Kermabon

Une opi­nion reprise par une jeune femme : « Je n’ai pas été cho­quée. Il faut se mettre à la place de la maman, si cela nous arri­vait, que ferait-on ? Cela n’a aucu­ne­ment changé ma vision des gens du voyage, ce sont des gens comme tout le monde », affirme-t-elle, péremp­toire.

« Cela fait des années qu’ils sont à Moirans, ils n’ont jamais causé de sou­cis particuliers. »

Dans l’un des bars de la place, un agent immo­bi­lier consi­dère que l’on a trop reculé, que l’on aurait sim­ple­ment dû faire appli­quer la loi « appli­cable à tout citoyen, qu’il soit de la com­mu­nauté des gens du voyage ou non ».

Croisé for­tui­te­ment dans Moirans, Adèle Vinterstein, mère de l’a­do­les­cent décédé et d’un autre fils détenu à la pri­son d’Aiton − celui-là même pour lequel elle sou­hai­tait obte­nir une per­mis­sion de sor­tie −, se montre peu pro­lixe. Pour cette der­nière, les choses sont claires : « C’est tou­jours comme ça, on ne nous aime pas, nous sommes reje­tés. On nous a tou­jours trai­tés comme des chiens, je n’ai rien d’autre à vous dire. »

« À situa­tion excep­tion­nelle, réponse exceptionnelle ! »

« Je suis là tout sim­ple­ment parce que les évé­ne­ments du 20 octobre sont inac­cep­tables », a expli­qué Jean-Pierre Barbier, pré­sident du dépar­te­ment de l’Isère, éga­le­ment en dépla­ce­ment à Moirans ce jeudi 5 novembre. Nous voyons trop sou­vent l’au­to­rité de l’État défiée et, face à ces actions qui mettent en péril notre démo­cra­tie et notre République, il est impé­ra­tif de for­mer un front répu­bli­cain pour dire “non, ce n’est pas pos­sible !” »

Jean-Pierre Barbier, président du département de l'Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jean-Pierre Barbier, pré­sident du dépar­te­ment de l’Isère. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce der­nier réaf­firme la com­pé­tence du dépar­te­ment en matière de soli­da­ri­tés et assure « que le dépar­te­ment sera aux côtés des vic­times prises en otage pour les aider d’une manière ou d’une autre ». C’est ainsi que l’ins­ti­tu­tion, sol­li­ci­tée par des vic­times ayant perdu leur moyen de loco­mo­tion, a mobi­lisé cinq véhi­cules, dont deux uti­li­taires, qui seront mis à dis­po­si­tion durant deux mois. En contre­par­tie, léga­lité oblige, les attri­bu­taires devront s’ac­quit­ter d’un mon­tant sym­bo­lique de 10 euros. « Les conven­tions sont d’ores et déjà signées », assure le président.

« C’est une réponse modeste mais c’est une prise en compte de la souf­france des gens. Bien sûr, des voi­tures il s’en brûle tous les jours et le dépar­te­ment ne va pas les rem­pla­cer toutes. Mais à situa­tion excep­tion­nelle, réponse excep­tion­nelle », conclut Jean-Pierre Barbier.

Un vaste élan de solidarité

A une échelle plus large, ces évé­ne­ments ont éga­le­ment déclen­ché un vaste élan de soli­da­rité. La mai­rie de Moirans déclare rece­voir tous les jours des cour­riers de la part de per­sonnes pri­vées, mais aussi de col­lec­ti­vi­tés sou­hai­tant venir en aide aux vic­times. Renée Vialle, adjointe aux affaires sociales et vice-pré­si­dente du CCAS, annonce que c’est la rai­son pour laquelle la muni­ci­pa­lité orga­nise une récolte de dons dont la redis­tri­bu­tion sera effec­tive à la fin du mois de novembre.

« Les pro­messes de dons sont nom­breuses et nous en avons déjà enre­gis­tré un tout pre­mier aujourd’­hui », se féli­cite l’é­lue. Quid des vic­times qui ne se seraient pas encore signa­lées ? Il n’est pas trop tard, un gui­chet unique est à leur dis­po­si­tion. « Elles sont invi­tées à se faire connaître. Elles trou­ve­ront en mai­rie un accom­pa­gne­ment admi­nis­tra­tif, juri­dique et une écoute per­son­na­li­sée pour pas­ser ce cap dif­fi­cile », assure la conseillère municipale.

Joël Kermabon

Manuel Valls : « On a voulu faire plier par la menace une déci­sion de justice »

Manuel Valls, Premier ministre, accom­pa­gné de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, se sont dépla­cés à Moirans ce ven­dredi 6 novembre. Une pre­mière visite ini­tia­le­ment pro­gram­mée pour le 23 octobre avait dû être repor­tée du fait du ter­rible acci­dent sur­venu, le même jour, entre un car et un camion à Puisseguin (Gironde).

Juste après les faits, Manuel Valls s’é­tait engagé devant les dépu­tés à ce que les auteurs des troubles « puissent être impla­ca­ble­ment recher­chés et pour­sui­vis ». C’est ce qu’il a confirmé aux vic­times qu’il a ren­con­trées dans les rues de Moirans et réitéré dans une allo­cu­tion à la pré­fec­ture de l’Isère où il se ren­dait juste après.

Manuel Valls à la préfecture de l'Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Manuel Valls à la pré­fec­ture de l’Isère. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Devant un par­terre com­posé du pré­fet de l’Isère, d’é­lus, de poli­ciers, de gen­darmes et de sapeurs-pom­piers, le Premier ministre s’est employé, dans un pre­mier temps, à regon­fler le moral des troupes.

« Je veux, tout d’a­bord, saluer le sang-froid dont vous avez fait preuve à Moirans. Par votre action, l’État a répondu pré­sent et a affirmé son auto­rité », les a féli­ci­tés le Premier ministre.

Et de pour­suivre : « Ce qui s’est passé à Moirans, c’est une émeute avec un but, faire plier par la menace une déci­sion de jus­tice […] Tous ces faits sont d’une extrême gra­vité. Ils ne peuvent pas res­ter impu­nis. Les forces de l’ordre ont réagi comme il se devait. Elles ont assuré un retour au calme sans qu’il y ait de bles­sés. Le bilan aurait pu être bien plus grave. »

« La République ne plie pas ! »

Revenant sur les évé­ne­ments de Moirans et notam­ment les pour­suites judi­ciaires, Manuel Valls se montre à la fois intrai­table et ras­su­rant. « Les fau­teurs de troubles seront pour­sui­vis sans relâche parce que la jus­tice doit pas­ser. C’est vrai, cela peut prendre du temps […] mais tout sera fait pour que les auteurs soient iden­ti­fiés, inter­pel­lés, jugés et condam­nés », pro­met le ser­vi­teur de l’État. Ce der­nier pré­cise encore que « les vic­times ont été convo­quées au palais de jus­tice pour leur faire connaître le pre­mier bilan de l’enquête ». 

Retransmission de l'allocution de Manuel Valls en salle de presse. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Retransmission de l’al­lo­cu­tion de Manuel Valls en salle de presse. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Quid de l’in­dem­ni­sa­tion des vic­times ? Là aussi, le chef du gou­ver­ne­ment garan­tit une action effi­cace, en assu­rant que « le néces­saire a été fait pour que les pro­cé­dures d’in­dem­ni­sa­tion soient mises en œuvre rapi­de­ment ».

Pour Manuel Valls, rien ne jus­ti­fie la vio­lence. Tous ceux qui la com­mettent doivent être sanc­tion­nés et donc la jus­tice pas­sera à Moirans.

« Il s’est passé quelque chose d’im­por­tant dans cette ville, on a tenté de sub­sti­tuer la colère et la vio­lence au res­pect de la loi, on a essayé de tordre le bras à la jus­tice, on s’en est pris aux forces de l’ordre, on a défié la République, mais la République ne plie pas et elle sera intrai­table avec ceux qui la défient », conclura le Premier ministre.

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le comité local Attac 38 donne le coup d'envoi à une nouvelle campagne appelant à taxer les plus riches
Le comité local Attac 38 lance une nou­velle cam­pagne appe­lant à taxer les plus riches

FLASH INFO - Des militants du comité local Attac 38 se sont donné rendez-vous devant l'hôtel des impôts de Grenoble, avenue Rhin-et-Danube, jeudi 23 mai Lire plus

fusillades
Grenoble : deux nou­veaux bles­sés par balles dans les quar­tiers de l’Alma et Bajatière-Capuche

FLASH INFO - Dans la soirée du 23 mai 2024, deux nouvelles fusillades ont eu lieu à Grenoble, l’une à l’Alma, l’autre à la limite Lire plus

Des riverains de l'avenue Washington (toujours) opposés au projet d'aménagement de la Ville de Grenoble
Des rive­rains de l’a­ve­nue Washington très mobi­li­sés contre le pro­jet d’a­mé­na­ge­ment de la Ville de Grenoble

FOCUS - Les opposants au projet d'aménagement du sud de l'avenue Washington se sont donné rendez-vous devant l'hôtel de Ville de Grenoble mercredi 22 mai Lire plus

Les 48 heures de l’a­gri­cul­ture urbaine de retour à Grenoble le week-end du 25 et 26 mai 2024

ÉVÉNEMENT - Les 48 heures de l'Agriculture urbaine sont de retour sur la métropole grenobloise (comme sur l'ensemble de la France) les samedi 25 et Lire plus

Collèges morts et occupation de Jules-Vallès: la FCPE de Fontaine mobilisée contre les groupes de niveaux
Collèges morts et occu­pa­tion de Jules-Vallès à Fontaine : forte mobi­li­sa­tion contre les groupes de niveaux

FLASH INFO - Les parents d'élève de Fontaine se mobilisent (une fois encore) à l'appel de la FCPE contre la réforme des Chocs des savoirs Lire plus

La réponse au vitriol du conseil d'administration de la MJC-Théâtre Prémol à la Ville de Grenoble
MJC-Théâtre Prémol : la réponse au vitriol du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion à la Ville de Grenoble

FOCUS - Le conseil d'administration de la MJC-Théâtre Prémol a adressé une réponse au vitriol à la Ville de Grenoble, qui lui avait envoyé un Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !