Voiture dans Grenoble. © Patricia Cerinsek - placegrenet.fr

30 km/h : une Métropole “apai­sée” mais des acteurs éco­no­miques inquiets

30 km/h : une Métropole “apai­sée” mais des acteurs éco­no­miques inquiets

DÉCRYPTAGE - Les communes composant la Métropole de Grenoble ont décidé, à une très large majorité, d'abaisser progressivement la vitesse à 30 km/h sur leur territoire, à partir du deuxième semestre 2016. Une première en France à l'échelle d'une grande agglomération. Objectifs : améliorer la sécurité et réduire la pollution. Une décision qui ne fait toutefois pas l'unanimité, notamment dans le monde économique.

 

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

En 2016, l'exception deviendra la règle. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les panneaux de limitation de vitesse à 50 km/h situés à l'entrée des communes de l'agglomération grenobloise devront tous être remplacés. A compter du deuxième semestre 2016, il ne sera en effet plus possible de rouler au-delà de 30 km/h, sauf sur certains grands axes qui conserveront la limite à 50 km/h. Dès lors, on ne parlera plus de “zones 30” mais bien de “zones 50”, ces dernières devenant l'exception.

 

Un dispositif réglementaire pour une « Métropole apaisée » qui vise notamment à améliorer la cohabitation entre les voitures et les usagers les plus vulnérables que sont les piétons et les cyclistes.

 

 

 

Réduire le risque de blessures en cas de choc avec un piéton

 

 

Pour Yann Mongaburu, vice-président de Grenoble-Alpes Métropole en charge des déplacements, la sécurité, particulièrement celle des enfants et des personnes âgées, est au cœur des enjeux d'une métropole apaisée. « Quand on traverse nos villes et nos villages, il faut que chacun puisse être respecté et se sentir en sécurité dans ce qui est un espace public », explique-t-il. Bien évidemment, souligne l'élu, les usagers de l'automobile doivent y avoir leur place, tout comme les autres modes de déplacement.

 

Conférence de presse du 15 septembre 2015. © Joël Kermabon - Place Gre-net

Conférence de presse du 15 septembre 2015. © Joël Kermabon - Place Gre-net

Notamment la marche, « trop souvent oubliée et qui représente actuellement 30 % des déplacements dans l'agglomération », précise-t-il.

« C'est une mesure pragmatique pour ne pas dire de bon sens. La modération de la vitesse permet de diviser par neuf le risque de blessures en cas de choc entre une voiture et un piéton », explique Yann Mongaburu. Et de compléter : « Une voiture qui roule à 50 km/h et qui heurte un piéton provoque un décès une fois sur deux. Si elle roule à 30 km/h ce risque est divisé par neuf ». Un élément déterminant pour la sécurité des usagers dans l'espace public, selon l'élu.

 

 

 

Les accélérations responsables de 30 % des émissions polluantes

 

 

Quid des incidences sur la pollution ? Hormis le fait qu'une voiture atteint rarement la vitesse de 50 km/h en ville, l'idée est de jouer sur les effets d'accélérations et de décélérations plus que sur la vitesse réelle tout au long du parcours. En effet, les limitations de vitesse dans l'agglomération sont trop complexes et accentuent le phénomène des changements de régime. « En harmonisant et en simplifiant la règle, tout en jouant sur ces paramètres, non seulement nous améliorons la sécurité, mais nous jouons aussi sur la pollution.

 

Un schéma plus lisible et plus logique. © Métro

Un schéma plus lisible et plus logique. © Métro

Nous savons que les accélérations sont responsables de 30 % des émissions de polluants liés à la circulation routière », affirme Yann Mongaburu. Le vice-président de la Métropole est cependant bien conscient qu'il pourrait y avoir des résistances. « Pour qu'une règle soit acceptée, encore faut-il pouvoir la comprendre », tempère-t-il. « Ce que nous permettons c'est de rendre la règle de modération de vitesse plus lisible, plus simple pour nos concitoyens. Nous faisons donc le pari qu'ils la respecteront mieux parce qu'ils la comprendront ».

 

 

 

Six communes “dissidentes” sur l'agglo

 

 

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 68 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le comité local Attac 38 donne le coup d'envoi à une nouvelle campagne appelant à taxer les plus riches
Le comité local Attac 38 lance une nou­velle cam­pagne appe­lant à taxer les plus riches

FLASH INFO - Des militants du comité local Attac 38 se sont donné rendez-vous devant l'hôtel des impôts de Grenoble, avenue Rhin-et-Danube, jeudi 23 mai Lire plus

Européennes: la liste Écologie positive et Territoires a fait escale à Grenoble, sur les terres d'Éric Piolle
Européennes : les repré­sen­tants de la liste Écologie posi­tive et ter­ri­toires, en cam­pagne à Grenoble, taclent Éric Piolle

FOCUS - Éric Lafond, porte-parole national de la liste candidate aux élections européennes 2024 Écologie positive et territoires, et son candidat isérois Bernard Zamora ont Lire plus

fusillades
Grenoble : deux nou­veaux bles­sés par balles dans les quar­tiers de l’Alma et Bajatière-Capuche

FLASH INFO - Dans la soirée du 23 mai 2024, deux nouvelles fusillades ont eu lieu à Grenoble, l’une à l’Alma, l’autre à la limite Lire plus

Des riverains de l'avenue Washington (toujours) opposés au projet d'aménagement de la Ville de Grenoble
Des rive­rains de l’a­ve­nue Washington très mobi­li­sés contre le pro­jet d’a­mé­na­ge­ment de la Ville de Grenoble

FOCUS - Les opposants au projet d'aménagement du sud de l'avenue Washington se sont donné rendez-vous devant l'hôtel de Ville de Grenoble mercredi 22 mai Lire plus

Les 48 heures de l’a­gri­cul­ture urbaine de retour à Grenoble le week-end du 25 et 26 mai 2024

ÉVÉNEMENT - Les 48 heures de l'Agriculture urbaine sont de retour sur la métropole grenobloise (comme sur l'ensemble de la France) les samedi 25 et Lire plus

Collèges morts et occupation de Jules-Vallès: la FCPE de Fontaine mobilisée contre les groupes de niveaux
Collèges morts et occu­pa­tion de Jules-Vallès à Fontaine : forte mobi­li­sa­tion contre les groupes de niveaux

FLASH INFO - Les parents d'élève de Fontaine se mobilisent (une fois encore) à l'appel de la FCPE contre la réforme des Chocs des savoirs Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !