Collèges de l’Isère : le dépar­te­ment mise sur l’investissement

Collèges de l’Isère : le dépar­te­ment mise sur l’investissement

FOCUS – Le conseil dépar­te­men­tal de l’Isère, confir­mant sa com­pé­tence sur les col­lèges suite au vote récent de la loi Notre*, a fait le point ce lundi 31 août sur les inves­tis­se­ments et ses prio­ri­tés pour la ren­trée 2015. Avec un parc de 120 col­lèges accueillant près de 65 000 élèves et mal­gré « un contexte éco­no­mique contraint », le dépar­te­ment affirme sa volonté d’ap­por­ter une plus-value dans la ges­tion de ces équipements.

Poursuite des inves­tis­se­ments, retour à la gra­tuité pour les trans­ports sco­laires, accé­lé­ra­tion des tra­vaux d’ac­ces­si­bi­lité des col­lèges et ouver­ture d’une nou­velle cui­sine mutua­li­sée à la Tour-du-Pin. Tels sont les thèmes mar­quants choi­sis par Jean-Pierre Barbier (Les Républicains), pré­sident du Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère, pour pré­sen­ter le plan de moder­ni­sa­tion des col­lèges pour 2015, l’un des grands chan­tiers annon­cés lors de son inves­ti­ture. Le pré­sident était accom­pa­gné pour l’oc­ca­sion des vice-pré­si­dents Évelyne Michaud (col­lèges et équi­pe­ments sco­laires) et Jean-Claude Peyrin (trans­ports et mobi­lité). Tour d’horizon.

Dix-huit opé­ra­tions de moder­ni­sa­tion des collèges

Levier prio­ri­taire du nou­vel exé­cu­tif dépar­te­men­tal pour la relance de l’é­co­no­mie isé­roise, l’in­ten­si­fi­ca­tion de l’in­ves­tis­se­ment est au cœur de la ren­trée sco­laire 2015 – 2016. Soulignant un contexte éco­no­mique dif­fi­cile, Évelyne Michaud réaf­firme néan­moins le volon­ta­risme du dépar­te­ment qui pour­sui­vra, tout au long de l’an­née, la poli­tique des inves­tis­se­ments néces­saires à la moder­ni­sa­tion des collèges.

De gauche à droite : Evelyne Michaud, Jean-Pierre Barbier et Jean-Claude Peyrin. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Évelyne Michaud, Jean-Pierre Barbier et Jean-Claude Peyrin. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Pour cette année, ce seront 19,71 mil­lions d’eu­ros qui vont être dépen­sés pour moder­ni­ser dix-huit éta­blis­se­ments, annonce l’é­lue. L’opération la plus impor­tante sera notam­ment la moder­ni­sa­tion du col­lège de Saint-Ismier, à laquelle nous consa­cre­rons 9,6 mil­lions d’eu­ros ».

Les équi­pe­ments spor­tifs ados­sés aux col­lèges ne sont pas non plus oubliés. 4,75 mil­lions d’eu­ros seront ainsi mobi­li­sés pour moder­ni­ser les équi­pe­ments exis­tants et créer de nou­veaux gymnases.

Dans la conti­nuité, le dépar­te­ment pour­sui­vra son action en faveur du “col­lège numé­rique” qui repré­sente en Isère 14.000 ordi­na­teurs, tous reliés au haut débit. Soit un ordi­na­teur pour 3,8 col­lé­giens, la moyenne natio­nale étant d’un pour 4,5 col­lé­giens. Sans oublier les espaces de tra­vail numé­riques uti­li­sés pour com­mu­ni­quer par presque 50 % de la popu­la­tion édu­ca­tive (élèves, ensei­gnants et parents).

Collège Grand-Champ - Pont-de -Chéruy. © Xavier Caré / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

Le col­lège Grand-Champ à Pont-de-Chéruy. CC Xavier Caré – Wikimedia Commons

L’expérimentation d’une classe numé­rique, en cours depuis 2014 avec une classe de sixième du col­lège Pablo Picasso d’Échirolles, sera éga­le­ment pour­sui­vie. Un test qui ali­men­tera, la réflexion du dépar­te­ment pour déployer, après bilan, ces outils dans d’autres collèges.

Le dépar­te­ment entend éga­le­ment conti­nuer, au titre du contrat édu­ca­tif isé­rois, à appor­ter son sou­tien pour la mise en œuvre de 756 actions, finan­cées à hau­teur de près d’un mil­lion d’eu­ros. Il s’a­git là de pro­jets d’ac­tions citoyennes menés par les col­lèges publics.

L’objectif ? Favoriser l’ou­ver­ture au monde des col­lé­giens dans des domaines aussi divers que l’é­du­ca­tion, la culture, le social, le sport et l’en­vi­ron­ne­ment. Et le pré­sident de tacler ses pré­dé­ces­seurs. « Qu’on soit clair : ce n’est pas nous qui avons décidé ce qui se fait cette année au titre du contrat édu­ca­tif, mais pour l’an­née pro­chaine, la citoyen­neté fera par­tie de notre réflexion ». Une manière, à peine voi­lée, de dire qu’elle n’é­tait pas prise en compte jusqu’alors.

Le grand retour de la gra­tuité des trans­ports scolaires

Le retour à la gra­tuité des trans­ports sco­laires pour les élèves – rele­vant lui aussi de la com­pé­tence du dépar­te­ment – était l’un des enga­ge­ments forts de cam­pagne de Jean-Pierre Barbier lors des der­nières élec­tions dépar­te­men­tales. Jean-Claude Peyrin resi­tue le contexte finan­cier. « Le dépar­te­ment de l’Isère consacre 140 mil­lions d’eu­ros aux trans­ports dont 60 mil­lions d’eu­ros pour les lignes du réseau Transisère à voca­tion sco­laire et 44,6 mil­lions d’eu­ros de dota­tions aux auto­ri­tés orga­ni­sa­trices des trans­ports urbains ».

Bus VFD Transisère à Bourg d'Oisans. © Loïc Perrin

Bus VFD Transisère à Bourg-d’Oisans. © Loïc Perrin

Entendez des orga­nismes comme le Syndicat mixte des trans­ports en com­mun (SMTC). Lequel, en l’oc­cur­rence, reçoit 25 mil­lions d’eu­ros dont envi­ron 5 mil­lions au titre des trans­ports sco­laires. « A charge, pour ces orga­ni­sa­tions de finan­cer le trans­port sco­laire quand il est limité à leur ter­ri­toire propre. Le SMTC fait par­tie de ceux qui n’ont pas pris cette déci­sion, pré­cise Jean-Pierre Barbier. Pour autant, ce n’est pas flé­ché. Il n’y a aucune obli­ga­tion, l’argent peut être employé à d’autres choses », concède l’élu.

L’allusion est claire, il est bien ques­tion de la récente tari­fi­ca­tion soli­daire mise en place par le SMTC, où jus­te­ment la gra­tuité des trans­ports sco­laires n’est prise en charge que lors des sor­ties sco­laires réa­li­sées sur le temps d’en­sei­gne­ment. « Pour le SMTC, il fau­drait payer deux fois ! Une fois cinq mil­lions et cinq autres pour que ce soit gra­tuit. Ce n’est pas comme ça que ça marche ! Ou alors ce serait : “On rase gra­tis et pour la fac­ture… voyez le bar­bier !”», iro­nise non sans humour le pré­sident. « Si les trans­ports sco­laires sont payants sur l’ag­glo­mé­ra­tion c’est bien de par la volonté de mon­sieur Mongaburu, pré­sident du SMTC. Ce n’est pas de notre res­pon­sa­bi­lité. »

Ouverture d’une nou­velle cui­sine mutualisée

Le bud­get annuel de la res­tau­ra­tion sco­laire se monte, quant à lui, à 34,5 mil­lions d’eu­ros. Six cui­sines mutua­li­sées des­ser­vant 53 col­lèges et 37 cui­sines auto­nomes servent quo­ti­dien­ne­ment 37 000 repas aux col­lé­giens isé­rois. Pour com­plé­ter cette mutua­li­sa­tion et « offrir des repas de qua­lité acces­sibles à tous », le dépar­te­ment ouvre, dès cette ren­trée, une nou­velle cui­sine mutua­li­sée à La Tour-du-Pin. Cette der­nière des­ser­vira les col­lèges de La Tour-du-Pin, de Pont-de-Beauvoisin, des Abrets et de Saint-Jean-de-Soudain.

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Assurer une res­tau­ra­tion label­li­sée, plus sûre, amé­lio­rer la qua­lité nutri­tion­nelle et sani­taire des repas, tels sont les objec­tifs pour­sui­vis. Le dépar­te­ment annonce éga­le­ment vou­loir pri­vi­lé­gier les cir­cuits courts grâce à des contrats avec des pro­duc­teurs isé­rois qui four­nissent déjà 25 % des ali­ments, dont 18 % de pro­duits “bio”, tels les fruits et légumes de sai­son, les lai­tages et les volailles.

Enfin, en har­mo­ni­sant les coûts et les tarifs, le dépar­te­ment sou­haite assu­rer une res­tau­ra­tion encore plus équitable.

Ainsi les col­lé­giens ne paie­ront-ils qu’une par­tie du coût des repas : entre 2,34 et 3,66 euros pour les tarifs de base pour un prix de revient de 7,05 euros, soit entre 33 % et 52 % de ce coût.

« Le dépar­te­ment a pris du retard sur l’accessibilité »

Concernant la ques­tion de l’ac­ces­si­bi­lité des col­lèges pour les per­sonnes à mobi­lité réduite (PMR), Jean-Pierre Barbier fait amende hono­rable. « Le dépar­te­ment à vrai­ment pris du retard sur ce point. J’ai décou­vert ça [en arri­vant aux affaires du dépar­te­ment, ndlr].

© Sara Hendren & Brian Glenney

© Sara Hendren & Brian Glenney

Sur les 25 mil­lions d’eu­ros de tra­vaux, seuls trois ont été réa­li­sés », constate le pré­sident. « Le dépar­te­ment sou­haite accé­lé­rer ces tra­vaux d’ac­ces­si­bi­lité car ça par­ti­cipe à la soli­da­rité. Ça par­ti­cipe aussi, dans le cadre de notre plan de relance, à être en capa­cité de libé­rer des tra­vaux pour les entre­prises ». Une dyna­mique qui, selon l’élu, devra s’ap­pli­quer autant aux éta­blis­se­ments publics que privés.

Le pré­sident du dépar­te­ment ne man­quera pas de tacler au pas­sage l’an­cienne gou­ver­nance. « Que ce soit clair ! Le dépar­te­ment accom­pagne les col­lèges pri­vés, que ce soit pour l’in­ves­tis­se­ment ou le fonc­tion­ne­ment. La pré­cé­dente majo­rité avait décidé de bais­ser les dota­tions aux col­lèges pri­vés. Tout ceci sera revu lors du bud­get 2016. »

Joël Kermabon

* Loi Notre : cette loi por­tant nou­velle orga­ni­sa­tion ter­ri­to­riale de la République confie de nou­velles com­pé­tences aux régions. Elle est com­plé­tée par un pro­jet de loi modi­fiant le décou­page des régions.

VIDÉOSURVEILLANCE : UNE EXPÉRIMENTATION DANS LES BUS DE BIÈVRE-VALLOIRE

Au rayon des nou­veau­tés en matière de trans­ports sco­laires, l’exé­cu­tif dépar­te­men­tal annonce la mise en place, dès la ren­trée, d’un dis­po­si­tif de vidéo­pro­tec­tion sur le sec­teur Bièvre-Valloire, où cinq bus seront équi­pés de camé­ras à titre expé­ri­men­tal. Le tout pour un coût de 30.000 euros.

De gauche à droite : Jean-Pierre Barbier, Jean-Claude Peyrin. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jean-Pierre Barbier et Jean-Claude Peyrin. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Pourquoi ce sec­teur plu­tôt qu’un autre ? « On nous a signalé une délin­quance et des inci­vi­li­tés signi­fi­ca­tives sur cette zone. Cela va de la dégra­da­tion de maté­riel aux insultes et même jus­qu’aux menaces », explique Jean-Claude Peyrin. « Il faut com­prendre que les chauf­feurs sont seuls dans ces bus et qu’ils sont par­fois vic­times d’at­teintes à leur inté­grité phy­sique. Il faut bien, à un moment, réagir. Nous avons cher­ché une réponse adap­tée et la vidéo­sur­veillance en est une », ren­ché­rit Jean-Pierre Barbier.

Le dis­po­si­tif se veut avant tout dis­sua­sif. « Cependant, selon la gra­vité des infrac­tions consta­tées, nous appor­te­rons des réponses gra­duées. Cela pourra aller de la sus­pen­sion du titre de trans­port jus­qu’au dépôt de plainte », assure le pré­sident. L’occasion pour l’élu d’é­vo­quer une nou­velle fois la notion de citoyen­neté : « L’éducation ne s’ar­rête pas à la porte des col­lèges. Elle conti­nue aussi dans les bus. Cela passe par la res­pon­sa­bi­li­sa­tion des parents », jus­ti­fie-t-il.

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Affaire Piolle-Martin: cet enregistrement clandestin qui accable l'ancienne première adjointe... ou pas?
Affaire Piolle-Martin : cet enre­gis­tre­ment clan­des­tin qui accable l’an­cienne pre­mière adjointe… ou pas ?

FOCUS - Le Canard enchaîné revient sur l'affaire (potentielle) Piolle-Martin en évoquant, cette fois, un enregistrement dans lequel l'ancienne première adjointe – qui était également Lire plus

Propos d’Éric Ciotti sur des alliances avec le RN : Jean-Pierre Barbier quitte LR, Yannick Neuder refuse « toute compromission »

FLASH INFO - Le président des Républicains Éric Ciotti a choqué jusque dans ses propres rangs en appelant, mardi 11 juin 2024 sur l'antenne de Lire plus

Législatives anticipées: la gauche iséroise appelle à l'union... avec quelles concrétisations sur le terrain?
Législatives anti­ci­pées : la gauche isé­roise appelle à l’u­nion… avec quelles concré­ti­sa­tions sur le terrain ?

FLASH INFO - En Isère comme au niveau national, des voix se sont fait entendre pour réclamer l'union entre les formations de gauche, à l'occasion Lire plus

Grenoble : 1 500 à 3 000 per­sonnes ras­sem­blées contre l’ex­trême droite, avant une mani­fes­ta­tion spon­ta­née et quelques tensions

FLASH INFO - Entre 1 500 et 3 000 personnes se sont rassemblées lundi 10 juin 2024 au soir, à Grenoble, pour "combattre l'extrême droite", Lire plus

Largement en tête en Isère au soir des européennes, le RN peut-il remporter de nouvelles circonscriptions?
Largement en tête en Isère au soir des euro­péennes, le RN peut-il rem­por­ter de nou­velles circonscriptions ?

FOCUS - Soirée pleine de surprise le 9 juin 2024, à l'annonce des résultats des élections européennes. Si les scores des différentes formations sont proches Lire plus

L'ancien adjoint aux Sports de Grenoble Sadok Bouzaïene est décédé à l'âge de 73 ans
L’ancien adjoint aux Sports de Grenoble Sadok Bouzaïene est décédé à l’âge de 73 ans

FOCUS - L'ancien adjoint aux Sports d'Éric Piolle Sadok Bouzaïene est décédé le jeudi 6 juin 2024 à l'âge de 73 ans. Le maire de Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !