L’Oisans version rando, vélo ou sports d’eau

sep article

SÉRIE ÉTÉ – Des plus sauvages avec un patrimoine naturel et culturel préservé au sein du Parc national des Écrins, aux plus modernes, avec ses infrastructures de tourisme de masse comme les stations des 2 Alpes et l’Alpe d’Huez, le massif de l’Oisans offre tout un panel d’activités à ses visiteurs. Après un premier volet consacré aux sorties découvertes à impact environnemental “doux”, voici quelques idées d’activités, tout aussi “douces”, mais beaucoup plus sportives !

 

 

 

Comment par­ler de la mon­tagne sans évo­quer ses ran­don­nées pédestres ? Les mas­sifs escar­pés sont en effet un ter­rain de jeu idéal pour cette pra­tique spor­tive. Encore plus en cette sai­son mémo­rable par ses records de tem­pé­ra­ture. Fort de ses 24 refuges, l’Oisans offre des par­cours variés allant de la balade fami­liale à la pra­tique de l’al­pi­nisme pour pra­ti­quants che­vron­nés. Le refuge le plus bas se situe à 1.734 m d’al­ti­tude, à la Bérarde. Le plus haut, celui de l’Aigle acces­sible depuis La Grave, culmine à 3.450 m d’al­ti­tude… Le rejoindre ne s’im­pro­vise donc pas !

 

panorama estival sur la Meije et la Barre des Ecrins depuis le sommet de la station des 2 Alpes (3600m) - Delphine Chappaz

Panorama esti­val sur la Meije et la Barre des Écrins depuis le som­met de la sta­tion des 2 Alpes (3.600 m). © Delphine Chappaz

 

Un exemple d’i­ti­né­raire clas­sique et fré­quenté mais de toute beauté : mon­tez au lac de la Muzelle, dor­mez au refuge du même nom à 2.130 m d’al­ti­tude et, le len­de­main, emprun­tez le col du Vallon pour redes­cendre sur le célèbre lac Lauvitel. Comptez le temps de rejoindre votre voi­ture, une fois de retour sur la route, soit envi­ron une heure quinze à pied sur le che­min boisé lon­geant la D530.

 

 

refuge et lac de la Muzelle en Oisans - DR

Refuge et lac de la Muzelle en Oisans – DR

 

 

La montagne à vélo ? Banco !

 

 

Outre les ran­dos bien connues et le ski pra­ti­cable toute l’an­née grâce à ses gla­ciers, le cyclisme consti­tue une autre acti­vité très déve­lop­pée sur le mas­sif de l’Oisans. Et, bonne nou­velle pour les accros du vélo, sachez que tous les mar­dis matin de l’été, la route d’un col ou d’une mon­tée du mas­sif est cou­pée à la cir­cu­la­tion et réser­vée aux cyclistes. C’est gra­tuit et une col­la­tion de pro­duits régio­naux est offerte au som­met. Allez hop ! Un coup d’œil sur le site oisans-col-series.com et vous décou­vri­rez le pro­chain iti­né­raire prévu et toutes ses carac­té­ris­tiques (dis­tance, déni­velé et temps moyen).

 

 

VTT sur les pentes de la station des 2 Alpes - Links communication

VTT sur les pentes de la sta­tion des 2 Alpes. © Links com­mu­ni­ca­tion

 

Vous êtes plu­tôt VTT ? Ça tombe bien. Sa pra­tique tient une bonne place sur le mas­sif. Elle se décline sous plu­sieurs formes avec des niveaux très dif­fé­rents, de la balade aux ran­dos spor­tives. Si le cross coun­try et la ran­don­née se font exclu­si­ve­ment à vélo, cer­taines dis­ci­plines comme “l’Enduro” et “la des­cente” font appel à l’u­sage de remon­tées méca­niques.

 

 

 

La fée électricité au secours de vos mollets !

 

 

Vous appré­ciez vous bala­der sur les pistes des berges de l’Isère, mais le vélo en mon­tagne vous effraie ? Si vous êtes de ceux dont les mol­lets se crispent défi­ni­ti­ve­ment dès la pre­mière mon­tée, réjouis­sez-vous ! Des solu­tions s’offrent à vous pour pro­fi­ter plei­ne­ment des joies des deux roues au bon air des mon­tagnes.

 

Dans un souci de rendre la pra­tique acces­sible au plus grand nombre, les pro­fes­sion­nels du sec­teur déve­loppent en effet l’u­sage du VAE, vélo à assis­tance élec­trique. « Déjà dix maga­sins de sport sont équi­pés et pro­posent 40 VAE sur le ter­ri­toire », pré­cise Caroline Brottes, char­gée de mis­sion pour Oisans Tourisme. « Le label E‑bike ser­vice a été créé pour per­mettre aux pra­ti­quants de rechar­ger gra­tui­te­ment leur VAE ». Enfourchez donc votre E‑VTT et par­tez à la conquête du pla­teau d’Emparis, encadré(e) par des moni­teurs diplô­més à la Grave ! A moins que vous ne pré­fé­riez rou­ler en auto­no­mie sur des sen­tiers de balades.

 

Comptez un mini­mum de 55 euros par per­sonne pour une rando enca­drée à la demi-jour­née à la Grave (maté­riel inclus) et 80 euros pour la jour­née. Autre ambiance : celle d’une ran­don­née noc­turne en VAE de 20 km à la lueur des fron­tales, casse-croûte dans le sac à dos. Comptez 49 euros par per­sonne, tout com­pris, pour cette esca­pade acces­sible à par­tir de 12 ans pour un groupe entre 5 et 8 per­sonnes.

 

 

L'équipement pour la pratique du VTT ne requiert pas que le vélo! - delphine Chappaz

L’équipement pour la pra­tique du VTT ne requiert pas qu’un simple vélo ! © Delphine Chappaz – Place Gre’net

 

 

Sport d’été rime avec responsabilité

 

 

Si la pra­tique du VTT tend à se déve­lop­per, elle n’en reste pas moins à risque, comme le rap­pelle Benjamin Vibert, direc­teur de l’é­cole VTT 2 Alpes. « Tous les gens pensent savoir faire du vélo mais, ici, nous sommes en mon­tagne sur un ter­rain plus hos­tile. On a vite fait de se faire peur et de ne pas maî­tri­ser son vélo. L’environnement est com­plè­te­ment dif­fé­rent et, psy­cho­lo­gi­que­ment, le regard est pris par autre chose : le vide, les rochers… »

 

Benjamin Vibert, directeur de l'école de VTT des 2 Alpes équipe un pratiquant -Delphine Chappaz

Benjamin Vibert, direc­teur de l’é­cole de VTT des 2 Alpes équipe un pra­ti­quant © Delphine Chappaz – Place Gre’net

C’est pour­quoi nous ne sau­rions que trop vous conseiller l’en­ca­dre­ment de pro­fes­sion­nels, dès qu’ils s’a­git de pra­tiques enga­gées. « Nous sommes là pour redon­ner les bases, apprendre à se tenir debout, frei­ner cor­rec­te­ment, ne plus avoir l’ap­pré­hen­sion de la pente et de la vitesse et choi­sir des par­cours adap­tés au niveau de cha­cun », pré­cise Benjamin, qui accueille des pra­ti­quants dès l’âge de 6 ans.

 

« La chute fait par­tie de l’ac­ti­vité. Donc il ne faut pas la craindre ». Mieux vaut connaître ce der­nier “détail” avant de se lan­cer !

 

Gérer la chute fait donc par­tie du jeu mais à condi­tion de s’é­qui­per cor­rec­te­ment. Le casque inté­gral est obli­ga­toire, les lunettes ou le masque de ski vive­ment recom­man­dés. « Le gilet de pro­tec­tion inté­gral com­prend la dor­sale, le plas­tron, les épau­lières et les cou­dières. Les gants ne sont pas obli­ga­toires mais for­te­ment conseillés », pré­cise Benjamin. « Sur le bas du corps, les pro­tège-genoux et tibias sont obli­ga­toires. Une bonne paire de bas­ket de sport et l’é­qui­pe­ment est au com­plet ».

 

Suivant la gamme de maté­riel, comp­tez de 60 à 80 euros la loca­tion du pack vélo et l’é­qui­pe­ment de pro­tec­tion pour une demi-jour­née aux 2 Alpes.

 

 

 

Et si on n’aime pas le vélo ?

 

 

Je roule moi aussi très vite. Je ne pol­lue pas, je n’ai pas de pédales, pas de bat­te­rie élec­trique, et je réclame beau­coup d’a­mour et d’at­ten­tion pour fonc­tion­ner. Je suis… ? Le cani kart ! A savoir la décli­nai­son esti­vale du trai­neau à chiens l’hi­ver. Cani kart, cani rando, cani VTT et même cani trot­ti­nette, vous pour­rez décou­vrir le “mushing” d’été. Autrement dit, la conduite d’at­te­lage de chiens, au col d’Ornon avec l’as­so­cia­tion Terre Ewenki. Fans de Jack London, pré­voyez un bud­get mini­mum de 25 euros par adulte pour le cani VTT et la trot­ti­nette.

 

Tout cela vous paraît bien com­pli­qué, vous êtes adepte de la sobriété ? Quel que soit votre âge et votre niveau, la marche nor­dique sur les pla­teaux d’al­ti­tude est faite pour vous ! L’office du tou­risme d’Oz-en-Oisans offre tout l’été des sor­ties d’i­ni­tia­tion à ce sport venu de Finlande, enca­drées par un accom­pa­gna­teur en mon­tagne et incluant le prêt des bâtons.

 

Marche nordique - OT OZ en Oisans

Marche nor­dique. © Office de tou­risme d’Oz-en-Oisans

 

Le sport, c’est bien mais cet été est par­ti­cu­liè­re­ment cani­cu­laire et un peu d’eau fraîche serait la bien­ve­nue… A votre guise ! Partez alors vous faire écla­bous­ser à sou­hait lors de la des­cente en raf­ting du Vénéon à Saint-Christophe en Oisans… Pour les spor­tifs roman­tiques, une option au clair de lune est même pré­vue ! Après un dîner au bord de la rivière, autour d’un feu de camp, 4 km de des­cente à la lueur lunaire attendent les plus chan­ceux ou pré­voyants. Il faut, en effet, réser­ver sa place pour les deux seules dates res­tantes où la lune sera au ren­dez-vous : les 1er et 29 août… Comptez 32 euros par per­sonne, repas et enca­dre­ment com­pris.

 

descente du Vénéon en rafting - link communication

Descente du Vénéon en raf­ting. © links com­mu­ni­ca­tion

 

Il reste le soleil tous les autres jours pour les autres ! Vous pou­vez pro­fi­ter de votre pas­sage par Saint-Christophe en Oisans pour faire une halte au café his­to­rique et lit­té­raire La Cordée. Sa pro­prié­taire, qui n’est pas à cours d’i­dées, orga­nise chaque jeudi de l’été des concerts gra­tuits. Et depuis 2011, elle a même ouvert un ham­mam tra­di­tion­nel. Son nom : le Hammam de la Cordée d’à côté.

 

Vous vous êtes entraîné(e) toute l’an­née sur la via fer­rata de la Bastille et vous vous êtes décou­vert un pas­sion pour ce sport ? Vous appré­cie­rez de l’a­ban­don­ner sous la cha­leur urbaine et de par­tir décou­vrir celle de la cas­cade de la Fare, à Vaujany. L’accès de cette via fer­rata est gra­tuit, sauf enca­dre­ment par un guide, mais l’é­qui­pe­ment de sécu­rité (casque, sangles et bau­drier) de rigueur.

 

Après qua­rante minutes de marche d’ap­proche, deux voies sont à votre dis­po­si­tion selon votre niveau : celle de la cas­cade pour les confir­més (D+) et celle des pas­se­relles (D), un peu plus facile. Collés contre les rochers ou sus­pen­dus aux arbres, écla­bous­sés par endroit par la cas­cade, vous met­trez approxi­ma­ti­ve­ment deux heures trente pour réa­li­ser le par­cours. Mais pré­voyez une heure trente sup­plé­men­taire pour le che­min du retour.

 

via ferrata de la cascade de la Fare - OT Vaujany

Via fer­rata de la cas­cade de la Fare. © Office de tou­risme de Vaujany

 

 

Il y en a donc pour tous les goûts et toutes les bourses. Et l’Oisans mérite que l’on s’é­loigne un peu de nos mas­sifs les plus proches de Grenoble.

 

Rappelez-vous tou­te­fois que la mon­tagne est un milieu sen­sible : si vous y pas­sez des moments inou­bliables, c’est parce que les traces de ceux qui vous ont précédé(e) se seront effa­cées. Pensez donc aux sui­vants. Plus vous êtes nom­breux à la fou­ler, plus il est indis­pen­sable de la res­pec­ter. Bon été !

 

 

Delphine Chappaz

 

 

 

A lire aussi sur Place Gre’net : Série été : éva­sions douces et sau­vages en Oisans

 

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
3539 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.