Rondeau, A480… Y a‑t-il une sortie au tout-routier ?

sep article



FOCUS – Un des bouchons aux portes de Grenoble va-t-il sauter ? Alors que le réaménagement du Rondeau se dessine à l’horizon, l’élargissement de l’A480 divise encore la classe politique. Et s’il y avait une alternative au tout-routier ? En Haute-Savoie, un collectif d’associations demande un moratoire, le temps de voir arriver le… train.  

 

 

 

PontRocadeSudAvec 100.0000 véhi­cules par jour, l’A480, auto­route urbaine de 12 km qui relie l’A48 au nord et l’A51 au sud, est satu­rée. Même cause, mêmes effets sur la rocade sud : l’échangeur du Rondeau, qui voit pas­ser jusqu’à 12.600 véhi­cules par heure, est com­plè­te­ment conges­tionné.

 

Trop de voi­tures, des bou­chons à n’en plus finir et une pol­lu­tion qui atteint des som­mets… La ques­tion n’est pas nou­velle, mais les poli­tiques sont divi­sés sur la réponse à don­ner. Les uns, droite comme gauche socia­liste*, sou­tiennent l’élargissement à deux fois trois voies de l’A480. Un pro­jet estimé à 300 mil­lions d’euros dont les autres, le Rassemblement de la gauche et des éco­lo­gistes, ne veulent pas.

 

 

 

L’élargissement de l’A480 à nouveau dans les tuyaux

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
5062 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Il faut ien com­men­cer par quelque part : fai­sons le ron­deau. De toute façon, on ne pourra pas tout faire en même temps.

    sep article
  2. La diver­si­fi­ca­tion des modes de trans­port est une piste à explo­rer dans un pays et une région où la démo­gra­phie reste forte et où les fran­çais sont recon­nus comme très mobiles.
    L’arrivée des véhi­cules élec­triques est une alter­na­tive pro­met­teuse aux pro­blèmes de pol­lu­tion.

    Si la pro­por­tion de véhi­cule peut pro­ba­ble­ment bais­ser, leur nombre absolu res­tera pro­ba­ble­ment très fort.

    Grenoble est une agglo­mé­ra­tion mal des­ser­vie, une des rares agglo­mé­ra­tions de cette taille sans accès direct au sud avec une auto­route inache­vée comme l’A51, avec une rocade satu­rée, avec une liai­son fer­ro­vière entre Lyon et Grenoble la pire de la Région Rhône-Alpes, avec des popu­la­tions condam­nées à habi­ter loin des bas­sins cen­traux d’emplois parce que le fon­cier flambe, posant clai­re­ment une ques­tion d’é­quité entre les ter­ri­toires pour les popu­la­tions et un frein au déve­lop­pe­ment éco­no­mique sur­tout pour ceux qui sont condam­nés à tra­ver­ser l’ag­glo régu­liè­re­ment.

    Bruxelles pointe les emis­sions PM10 et NOx de l’ag­glo­mé­ra­tion, ces émis­sions sont d’au­tant plus fortes que les véhi­cules changent de rap­ports, ou stag­nent dans les bou­chons, je suis pour ma part à une approche d’a­bord autour du ron­deau, et après éven­tuel­le­ment si ça ne suf­fit pas regar­der la ques­tion de l’A480 pour voir si la flui­dité du tra­fic apporte les résul­tats suf­fi­sants pour reve­nir dans des pro­por­tions nor­ma­tives.

    La restruc­tu­ra­tion du ron­deau dans un pre­mier temps est effec­ti­ve­ment lar­ge­ment sou­te­nue par les dif­fé­rents cou­rants poli­tiques ; cer­tains élus éco­los y sont mêmes favo­rables, la divi­sion de l’ar­ticle reste mar­gi­nale sur les élus du ter­ri­toire ; à l’é­chelle de la Métro le Président Ferrari a d’ailleurs réussi à négo­cié dans le cadre CPER l’ins­crip­tion du pro­jet sur la période 2015 – 2020 c’est une vic­toire pour amé­na­ge­ment rou­tier datant des années 1970 là où l’ag­glo­mé­ra­tion comp­tait plus de 100 000 habi­tants, et c’est éga­le­ment une vic­toire pour redy­na­mi­ser le ter­ri­toire qui souffre d’une image où les déci­sions sont très longues à être prises pour d’é­ven­tuels inves­tis­seurs exté­rieurs.

    sep article