Affiche du film Ex Machina - intelligence artificielle

Alex Garland déve­loppe son I.A. dans Ex Machina

Alex Garland déve­loppe son I.A. dans Ex Machina

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

BLOG CINÉMA – Film de science-fic­tion ayant pour thème l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle (I.A), Ex Machina se déroule comme un huis-clos réflé­chi et anxio­gène. Il s’a­git de la pre­mière réa­li­sa­tion d’Alex Garland, auteur-scé­na­riste formé à l’é­cole Danny Boyle (Trainspotting, La Plage, Slumdog Millionaire…).

Il y a à peine quelques mois, sor­tait sur YouTube un court métrage de mon cru nommé Empathie d’un corps arti­fi­ciel. Son pitch est simple : un robo­ti­cien vivant reclus dans son garage éla­bore clan­des­ti­ne­ment une gynoïde doué de conscience et de parole. Vous pou­vez le retrou­ver au bout de ce lien.

Le 3 juin der­nier, sor­tait en salles un intri­guant film de science-fic­tion trai­tant du même sujet mais de manière plus sombre, tor­tu­rée (et pro­fes­sion­nelle, cela va de soi). Ma modeste fic­tion, qui ten­tait d’a­bor­der la machine d’un point de vue humain, sen­ti­men­tal et poé­tique, sans connais­sance de cet Ex Machina. Quelle ne fut pas alors ma sur­prise lorsque je le décou­vris. Je venais de voir l’anti-Empathie d’un corps arti­fi­ciel.

ExMachinaPoster1

Un bout de l’af­fiche du film. DR

Toujours est-il qu’Ex Machina (sty­lisé EX_MACHINA dans sa cam­pagne de dis­tri­bu­tion), est le pre­mier film d’Alex Garland. Avant de pas­ser der­rière la caméra comme beau­coup le font cette année, cet auteur de 45 ans a signé le roman La Plage et tra­vaillé en tant que scé­na­riste sur 28 jours plus tardSunshine ou le remake de Dredd.

I.A.


ExMachinaCaleb

Caleb (Domhnall Gleeson) est pro­gram­meur pour la société Bluebook. DR

Tout com­mence lorsque le jeune Caleb (Domhnall Gleeson), pro­gram­meur pour la société Bluebook, rem­porte un concours orga­nisé en interne. Sa récom­pense : une invi­ta­tion dans la rési­dence ultra-sécu­ri­sée du PDG, le ver­sa­tile Nathan (Oscar Isaac).

Ayant pour seule com­pa­gnie Kyoko (Sonoya Mizuno), sa domes­tique, ce der­nier vit reclus depuis des années dans ladite rési­dence. Son lieu de tra­vail y est même implanté : un labo­ra­toire futu­riste où sont réa­li­sées moult expé­riences sur l’intelligence arti­fi­cielle. Personne, hor­mis Caleb, ne sera mis dans la confi­dence de ces expé­riences, impli­quant notam­ment le test de Turing.

ExMachinaNathan

Nathan (Oscar Isaac) fait visi­ter son labo­ra­toire à Caleb. DR

En effet, Nathan éla­bore une intel­li­gence arti­fi­cielle pré­ten­du­ment douée de conscience. Mais pour en avoir le cœur net, c’est un tiers qui n’en a pas une connais­sance sub­jec­tive qui est chargé de la ques­tion­ner : Caleb, plein d’entrain.

S’ensuit une série de dia­logues exis­ten­tiels entre le jeune homme et Ava (Alicia Vikander), l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle en question.

À l’ins­tar d’Empathie d’un corps arti­fi­ciel, celle-ci appa­raît sous la forme d’une gynoïde, un robot spé­ci­fi­que­ment conçu pour res­sem­bler à une femme. C’est pour­quoi une étrange alchi­mie (ou plu­tôt l’illu­sion de celle-ci) va rapi­de­ment naître, rap­pro­chant ainsi les deux pro­ta­go­nistes et faus­sant le test de Turing. Ava est-elle vrai­ment consciente ou l’a-t-on pro­gram­mée pour séduire Caleb ? C’est toute la ques­tion de cet Ex Machina, du moins en sur­face, puis­qu’il dis­pose d’un deuxième niveau de lec­ture fort intéressant.

ExMachinaAva

Ava (Alicia Vikander) explore sa « pri­son ». DR

S’il est assez plai­sant, le scé­na­rio de la machine qui apprend de l’homme et l’homme de la machine reste peu ori­gi­nal. Mais il ravira sans aucun doute les ama­teurs de robo­tique et autres afi­cio­na­dos de ce genre très vaste qu’est la science-fic­tion. Quant aux autres curieux, ils décou­vri­ront d’un œil hagard cette intrigue dopée aux révé­la­tions et coups de théâtre dia­ble­ment effi­caces. En tout cas, je l’espère.

Le scé­na­rio n’est pas le seul bon point du film, sa mise en scène ayant béné­fi­cié d’un soin tout par­ti­cu­lier. Moderne et raf­fi­née, celle-ci offre des tru­cages numé­riques sai­sis­sants ; la gynoïde est criante de réa­lisme tant elle est bien conçue et ani­mée, au même titre que les autres tech­no­lo­gies pré­sentes dans la rési­dence. Sans oublier de superbes décors natu­rels, qui, eux, n’ont béné­fi­cié d’au­cun trai­te­ment numé­rique. Ce qui implique une oppo­si­tion presque inévi­table entre la nature et la technologie.

Bugs

Si j’en­cen­sais plus haut son scé­na­rio et la réa­li­sa­tion, Ex Machina n’est pas exempt de défauts. Fort heu­reu­se­ment, la plu­part d’entre eux sont tri­viaux et n’al­tèrent en rien sa qua­lité intrin­sèque. D’autres, à l’in­verse, sont plus regret­tables. Nous les appel­le­rons des bugs.

ExMachinaHorreur

Par moments, Ex Machina réfé­rence le cinéma d’hor­reur. DR

Passées les cin­quante pre­mières minutes, par exemple, une rup­ture de ton s’o­père et Ex Machina semble sou­dain rendre hom­mage au cinéma d’horreur.

Un huis-clos, très peu de per­son­nages, la menace d’un robot dont on ignore les inten­tions… tout est réuni pour un voyage dans le temps forcé jusque dans les eigh­ties, où ce genre atti­rait un large public en quête de fris­sons. Et ça, la par­ti­tion, bien que magis­trale dans ce qu’elle a de plus sombre et lan­ci­nant, ne fait que l’appuyer.

Pourtant, Ex Machina n’est pas un film d’hor­reur. Il y a méprise ! Comprenez sim­ple­ment qu’il en reprend quelques codes, sans en pos­sé­der la sub­stan­ti­fique moelle. Et c’est bel et bien cela que je déplore. Qui plus est, Alex Garland réci­dive puisque le script de Sunshine, réa­lisé par son men­tor Danny Boyle, expé­ri­men­tait déjà le pas­sage bru­tal de la science-fic­tion à l’hor­reur. Un filou, ce monsieur !

ExMachinaDialogue

Nathan et Caleb se tiennent tête. DR

Vous cher­chez une œuvre qui réfé­rence intel­li­gem­ment le cinéma d’horreur sans pour autant en faire par­tie ? Beyond the Black Rainbow. Cet obs­cur film indé­pen­dant de 2010, réa­lisé par Panos Cosmatos, mérite votre attention.

Pas l’ombre d’un androïde ou autre intel­li­gence arti­fi­cielle en son sein mais ce même pos­tu­lat du huis-clos que dans Ex Machina ainsi que l’ins­tal­la­tion d’un irré­pres­sible sen­ti­ment de claus­tro­pho­bie. Sauf qu’ils y sont assu­més du début à la fin et non pré­textes à une alté­ra­tion inopi­née du récit.

Sa conclu­sion ne vaut, certes, pas celle d’Ex Machina (quoique…), néan­moins Beyond the Black Rainbow vaut le détour. Si, par hasard, il vous inté­res­sait, un No Running In Corridors lui est consacré.

ExMachinaNature

Les décors natu­rels sont magni­fiques. DR

Autre bug : les per­son­nages sont assez caricaturaux.
Oscar Isaac incarne un robo­ti­cien misan­thrope qui, lors­qu’il n’en­tre­tient pas son corps, boit beau­coup d’al­cool et se réfu­gie dans la soli­tude. Il est, sans sur­prise, l’in­ven­teur génial de l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle “consciente”.

Domhnall Gleeson, quant à lui, est, disons-le, infi­ni­ment creux.

Tant et si bien qu’on pourra y pro­je­ter tout et son contraire. Celui-ci est l’é­ter­nel jeune geek céli­ba­taire, pressé de poser tout un tas de ques­tions tech­niques à son supé­rieur. Son rôle se limite à sa fonc­tion et sa sil­houette demeure inhabitée.
Alicia Vikander, pour ter­mi­ner, n’a de cesse de se poser, à l’exemple de tous les robots du cinéma (Roy Batty de Blade Runner, Sonny de I, Robot ou encore David de Prometheus…) des ques­tions exis­ten­tielles. Ce qui a fran­che­ment de quoi aga­cer. À croire que l’an­droïde, certes créé à l’i­mage de l’Homme, n’a d’autres pré­oc­cu­pa­tions que l’a­mour, la mort et la guerre… Bref, le sens de la vie.

Avec ce pre­mier film, Alex Garland semble n’af­fi­cher aucune inten­tion de bou­le­ver­ser la science-fic­tion, ce qui est tout à son hon­neur. Toutefois, la modes­tie a freiné son pro­jet, l’empêchant d’al­ler plus loin dans ses réflexions. Ex Machina recycle une science-fic­tion dépas­sée, la sau­poudre de vieille­ries hor­ri­fiques mais lui applique une ima­ge­rie et une par­ti­tion solides, ne le négli­geons pas. Car dans un souci d’ob­jec­ti­vité, il est de bon aloi d’ac­cor­der autant de cré­dit au néga­tif qu’au positif.

Maxime Ducret

ExMachina_Payoff_hires2-560x830Ex Machina

Un film de Alex Garland, avec Domhnall Gleeson, Oscar Isaac, Alicia Vikander, Sonoya Mizuno (Royaume-Uni)

Genre : science-fiction

Durée : 1 heure 48 min
Sortie en salles le 3 juin 2015

Séances : cinéma La Nef, 18 bou­le­vard Edouard Rey à Grenoble.

Tél. : 04 76 46 53 25

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

M. Ducret

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

François Ruffin à Grenoble : « J’aurais été un des porte-parole des gilets jaunes si je n’a­vais pas été député »

REPORTAGE VIDÉO - François Ruffin, député La France insoumise de la Somme, a choisi la ville de Grenoble pour débuter, ce vendredi 15 février, une Lire plus

L'affiche du film Les invisibles au cinéma Le Club de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
« Les invi­sibles » à Grenoble : un film sen­sible et lumi­neux sur l’ac­cueil de jour des femmes sans-abri

FOCUS - Louis-Julien Petit, réalisateur du long métrage Les Invisibles était à Grenoble le 27 novembre dernier pour présenter son film sur l'accueil de jour de femmes Lire plus

Grenoble accueille la Convention natio­nale de science-fic­tion et Fantasy 2017

FOCUS - Robots, androïdes, monstres, mais aussi elfes, gobelins et fées. Les créatures imaginaires s’invitent à la Convention nationale de science-fiction et Fantasy 2017, qui Lire plus

"Corps diplomatique", de Halory Goerger. © Didier Crasnault
Qu’envoyer aux extra­ter­restres ? Réponse du Corps diplomatique

FOCUS – Après Germinal, comédie philosophique extrêmement maligne programmée en 2013, l’Hexagone de Meylan accueille le dernier spectacle d’Halory Goerger, les 15 et 16 décembre. Lire plus

Deuxième collaboration entre l'acteur Peter Ferdinando et Gerard Johnson, tous deux britanniques, Hyena nous plonge au cœur de la jungle londonienne, sur fond de drogue et de prostitution. Sans concession, ce polar nous expose ce qu'est la descente aux enfers au cinéma.
Hyena, polar sans concession

BLOG CINÉMA - Adoubé par Nicolas Winding Refn, le réalisateur Gerard Johnson dévoile son deuxième long métrage. Thriller “descente aux enfers”, Hyena nous propulse au cœur de la jungle Lire plus

UNE Lost river poster
Lost River : dans l’antre lugubre de Ryan Gosling

BLOG CINÉMA - La toute première fois de Ryan Gosling s'appelle Lost River. Thriller fantastique aux néons sombres et nourris de nombreuses inspirations, un essai concluant pour l'acteur qui, derrière la Lire plus

Flash Info

|

13/08

8h35

|

|

13/08

1h08

|

|

12/08

20h21

|

|

12/08

17h28

|

|

12/08

13h07

|

|

11/08

17h55

|

|

11/08

16h56

|

|

11/08

16h19

|

|

11/08

15h45

|

|

11/08

11h00

|

Les plus lus

Environnement| L’incendie dans le sec­teur Voreppe – La Buisse devient cri­tique avec l’ou­ver­ture d’un front de flammes atti­sées par le vent

Environnement| Canicule : le dépar­te­ment de l’Isère passe en alerte jaune à comp­ter du samedi 6 août 2022

Environnement| Un incen­die dû à la foudre ravage une ving­taine d’hec­tares de végé­ta­tion assé­chée à La Buisse près de Voreppe

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin