Démocratie locale : focus sur les conseils citoyens indépendants

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

BLOG JURIDIQUE – Avant que la délibération créant les Conseils citoyens indépendants (CCI) adoptée le lundi 23 mars ne soit publiée, Camille Morio, doctorante chargée d’enseignement à la faculté de droit, nous explique comment ceux-ci vont fonctionner et nous livre son analyse juridique de la question.

 

 

 

Conseil muni­ci­pal du 23 mars 2015 – Hôtel de ville de Grenoble – Camille Morio CC BY-NC 3.0 FR

Le conseil muni­ci­pal de Grenoble qui s’est tenu ce lundi 23 mars a voté la créa­tion des Conseils citoyens indé­pen­dants (CCI). Les CCI sont des orga­nismes de démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive répon­dant à un enga­ge­ment de la majo­rité élue en mars 2014. Ils ont pour objec­tif d’associer le plus grand nombre d’usagers de la ville à la déci­sion poli­tique. Ils sont le fruit d’un tra­vail de co-construc­tion entre des citoyens volon­taires et des élus qui a débuté à l’automne 2014.

 

La déli­bé­ra­tion votée lundi 23 mars 2015 est le fruit de leur tra­vail (pour en savoir plus sur le pro­ces­sus de co-construc­tion des CCI, voir cette page du site de la ville de Grenoble).

 

 

 

Le contenu

 

 

CAzOGEnVEAAC3_N

Carte des sec­teurs des CCI défi­nis par la com­mis­sion extra-muni­ci­pale. Source : Raphaël Marguet via Twitter

Les tra­vaux de la com­mis­sion qui ont été exa­mi­nés lors du conseil muni­ci­pal prennent la forme d’une charte annexée à la déli­bé­ra­tion. Cette charte pré­voit la créa­tion de sept CCI qui recouvrent des « bas­sins de vie », qui ne cor­res­pondent donc pas tout à fait aux six « sec­teurs » qui découpent Grenoble.

 

Chaque CCI serait com­posé de 40 membres : 20 tirés au sort et 20 volon­taires (s’il y a plus de 20 volon­taires, un tirage au sort sera effec­tué parmi les volon­taires). Pourrait être membre d’un CCI toute per­sonne phy­sique de plus de 16 ans habi­tant Grenoble ou y exer­çant une acti­vité pro­fes­sion­nelle.

 

A noter que le pro­jet ini­tial pré­voyait de per­mettre à toute per­sonne exer­çant une « acti­vité » quel­conque à Grenoble de faire par­tie d’un conseil. C’est un amen­de­ment du groupe UMP-UDI et société civile qui a ajouté le qua­li­fi­ca­tif « pro­fes­sion­nelle », de crainte que cette ouver­ture trop large n’ouvre la porte à des per­sonnes n’ayant qu’un rap­port loin­tain avec Grenoble. Cela ferme de facto les conseils à cer­taines caté­go­ries de popu­la­tion, par exemple des jeunes sco­la­ri­sés à Grenoble mais n’y habi­tant pas (lycéens, étu­diants). L’amendement a néan­moins été adopté par le conseil muni­ci­pal, sous réserve d’une modi­fi­ca­tion future.

 

Les per­sonnes qui y siè­ge­raient le feraient en leur nom propre, et non en tant que repré­sen­tants de per­sonnes morales. C’est le com­pro­mis qui a été trouvé entre, d’une part, une pré­sence offi­cia­li­sée d’associations ou de par­tis poli­tiques, qui aurait ris­qué, selon cer­tains, de dis­sua­der des citoyens habi­tuel­le­ment détour­nés de la poli­tique, et, d’autre part, des CCI entiè­re­ment dépo­li­ti­sés, c’est-à-dire dont l’accès serait inter­dit à toute per­sonne adhé­rente d’une asso­cia­tion ou d’un parti poli­tique, solu­tion radi­cale dif­fi­ci­le­ment appli­cable et très pro­ba­ble­ment dis­cri­mi­na­toire.

 

Les CCI sont conçus comme des « arti­sans de la démo­cra­tie ». A ce titre, ils peuvent par­ti­ci­per à l’élaboration de pro­jets ini­tiés par la Ville, ou pro­po­ser eux-mêmes des pro­jets. Ils peuvent inter­pel­ler la Ville sur des sujets. Enfin, ils mobi­lisent les usa­gers de la ville pour leur per­mettre de s’exprimer. Pour cela, ils sont libres de choi­sir les thé­ma­tiques qu’ils abordent, et orga­nisent la par­ti­ci­pa­tion du plus grand nombre de per­sonnes inté­res­sées selon les moda­li­tés qu’ils jugent les mieux adap­tées.

 

Une asso­cia­tion cha­peaute tous les CCI. Dotée de la per­son­na­lité juri­dique, elle est char­gée de la ges­tion quo­ti­dienne de ces orga­nismes, reçoit les fonds alloués par la com­mune, les répar­tit entre les CCI, et rend compte de sa ges­tion finan­cière auprès de la com­mune.

 

 

 

Les CCI, ovnis juridiques par leur forme

 

 

 

Sur le plan juri­dique, aucun CCI ne serait doté de la per­son­na­lité morale. Seule l’association cha­peau­tant le tout en dis­po­se­rait. Les CCI s’apparentent donc à ces « col­lec­tifs » qui ras­semblent des per­sonnes ayant des inté­rêts com­muns mais qui ne sou­haitent pas pour autant doter cette matière com­mune d’une coquille qui les enser­re­rait dans un cadre juri­dique, aussi minime soit-il (la per­son­na­lité morale implique une ges­tion admi­nis­tra­tive, la tenue de comptes, et l’organisme ne peut agir que pour réa­li­ser les buts qui lui sont assi­gnés au départ, en vertu du prin­cipe de spé­cia­lité). Les CCI sont donc à la fois en-dehors et dans le cadre juri­dique.

 

Ils sont éga­le­ment à che­val entre le droit et le pur fait dans la mesure où leur créa­tion ne repose pas sur un fon­de­ment juri­dique iden­ti­fié. Le fon­de­ment qui s’en rap­proche le plus est l’article L2143‑1 du Code géné­ral des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales, issu de la loi du 27 février 2002. Le cas de Grenoble pré­sente tou­te­fois l’originalité que la ville a sim­ple­ment ini­tié et accom­pa­gné un pro­ces­sus qui appar­tient plu­tôt aux citoyens, puisque la pro­cé­dure qui a mené à la créa­tion des CCI a lar­ge­ment asso­cié les usa­gers de la ville (groupes de tra­vail citoyens, assises citoyennes, com­mis­sion extra-muni­ci­pale). Dans cette mesure, on peut dire que la créa­tion des CCI par la com­mune s’apparente presque à une recon­nais­sance d’une ins­tance qui est créée par et pour les citoyens. Cette lec­ture doit encore être confir­mée par la conclu­sion ulté­rieure d’une conven­tion entre la com­mune et l’association de ges­tion des CCI, dont la com­po­si­tion reste à déter­mi­ner.

 

Bref, ces CCI s’apparentent à un objet juri­dique non iden­ti­fié. C’est une solu­tion plu­tôt ingé­nieuse car le cadre juri­dique actuel ne per­met guère la créa­tion par les com­munes d’instances qui don­ne­raient une parole forte aux usa­gers de la ville. Et même si cela avait été pos­sible, il n’aurait pas été sou­hai­table que la com­mune s’en empare, puisque cela entre­rait en contra­dic­tion avec l’idée d’indépendance de ces orga­nismes. Cela nous apprend que, pour asso­cier au maxi­mum les habi­tants, il faut faire preuve de créa­ti­vité et se glis­ser dans les inter­stices du droit, entre ce qui est per­mis et ce qui n’est pas inter­dit. Cette solu­tion pré­sente en outre l’avantage de la sou­plesse puisque le dis­po­si­tif pourra évo­luer dans le futur, en fonc­tion des besoins.

 

 

 

Le concept de « citoyenneté ouverte »

 

 

 

Ainsi conçus, les CCI tra­duisent une vision bien pré­cise de la démo­cra­tie, et plus par­ti­cu­liè­re­ment de la démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive. Celle-ci est fon­dée sur l’idée que, à côté des repré­sen­tants démo­cra­ti­que­ment élus, les citoyens doivent être asso­ciés direc­te­ment aux déci­sions qui les concernent, dans une optique de co-construc­tion et de dia­logue plu­tôt que dans une logique pure­ment des­cen­dante voire d’affrontement. Elle repose aussi sur l’idée que ni l’administration ni les repré­sen­tants poli­tiques n’ont le mono­pole des bonnes idées : celles – ci peuvent venir des per­sonnes qui uti­lisent la ville quo­ti­dien­ne­ment, dans une logique ascen­dante. Ainsi, on se trouve face à une concep­tion de la citoyen­neté qui repose sur l’usage de la ville et la volonté de contri­buer à son évo­lu­tion, quel que soit le sta­tut de son titu­laire et son lien avec l’État, que ce titu­laire soit majeur ou non, fran­çais ou non. Bref, une concep­tion ouverte de la citoyen­neté.

 

 

Assises citoyennes des 7 et 8 novembre 2014 pen­dant les­quelles ont notam­ment été dis­cu­tés les CCI – Maison de la culture de Grenoble

La logique pour­sui­vie à Grenoble tra­duit au niveau local un mou­ve­ment plus ample de dé-cor­ré­la­tion entre la citoyen­neté et la natio­na­lité (voir sur ce point A.-S. Michon-Traversac, La citoyen­neté en droit public fran­çais, LGDJ, 2009, qui prend pour exemple la citoyen­neté de l’Union euro­péenne et en Nouvelle-Calédonie). Si, selon l’article 3 de la Constitution, sont élec­teurs les « natio­naux fran­çais majeurs », cette dis­po­si­tion ne concerne que les élec­tions des repré­sen­tants.

 

Pour ce qui est de la par­ti­ci­pa­tion à la déci­sion locale, il faut se repor­ter à l’article 72 du texte consti­tu­tion­nel qui dis­pose que les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales s’administrent « par des conseils élus » et « dans les condi­tions pré­vues par la loi ».

 

Rien n’empêche donc que la loi fixe des condi­tions plus « ouvertes » d’exercice du pou­voir au niveau local : il s’agit d’un choix poli­tique. La concep­tion de la citoyen­neté n’est donc pas figée. Néanmoins, si l’on s’en tient à la défi­ni­tion stricte de la citoyen­neté, qui est la déten­tion des droits de vote et d’éligibilité dans le cadre d’une com­mu­nauté poli­tique (A.-S. Michon-Traversac, pré­ci­tée), le fait de faire par­tie de ces CCI ne revient pas à deve­nir « citoyen », puisque le pou­voir des CCI ne peut être que limité.

 

 

 

Un obstacle qui se dessine : le pouvoir de décision des CCI

 

 

 

Si la concep­tion de la citoyen­neté est sus­cep­tible d’évolutions, son exer­cice au niveau local est d’ores-et-déjà très enca­dré par la loi. Ainsi, l’article 72 pré­cité, qui laisse à pen­ser qu’une vision souple de l’exercice du pou­voir au niveau local est pos­sible, est en même temps le fon­de­ment juri­dique de lois qui sont venues poser une vision très res­tric­tive de cet exer­cice. Malheureusement, toutes les ini­tia­tives de col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales qui tendent à don­ner du pou­voir à leurs habi­tants au-delà de ce que per­met la loi sont auto­ma­ti­que­ment cen­su­rées par le juge (l’arrêt sou­vent cité en réfé­rence pour le droit public est Conseil d’État, 7 avril 1905, Commune d’Aigre. Pour des exemples plus récents, voir Cour admi­nis­tra­tive d’appel de Paris, 7 octobre 2003, n°02PA03779, Commune de Stains, ou encore Cour admi­nis­tra­tive d’appel de Lyon, 24 avril 2012, n°12LY00203, Préfet de la région Rhône-Alpes).

 

Il en découle une réelle inter­ro­ga­tion sur le pou­voir de déci­sion dont peuvent être dotés les CCI. En effet, la loi ne pré­voit aucun orga­nisme qui peut exer­cer le pou­voir avec les com­munes. La com­mune ne peut, en aucun cas, s’obliger à suivre leurs avis. Si elle les suit, cela ne peut être fondé que sur des motifs poli­tiques. Formellement, les déci­sions qui concernent la com­mune sont, bien sûr, tou­jours prises par le conseil muni­ci­pal ou par le maire. Cela explique aussi pour­quoi les CCI sont recon­nus à tra­vers une « Charte », texte qui n’a pas de valeur juri­dique. Le pou­voir dont dis­po­se­ront les CCI dépen­dra donc – cela ne peut juri­di­que­ment en être autre­ment – de la bonne volonté de l’équipe muni­ci­pale.

 

C’est là toute la spé­ci­fi­cité des CCI : ils reposent sur un équi­libre très fra­gile. D’une part, les habi­tants pré­tendent ne por­ter un inté­rêt aux CCI que si ceux-ci ont un réel pou­voir (selon l’un des citoyens qui pré­sen­taient le pro­jet en conseil muni­ci­pal, le pou­voir déci­sion­naire des CCI est « le garant de leur suc­cès ») ; de l’autre, leur pou­voir dépen­dra de ce que la majo­rité muni­ci­pale, qui ne peut aller au-delà de ce que per­met la loi mal­gré sa volonté ini­tiale, vou­dra bien leur accor­der. Cet équi­libre-là se concré­ti­sera avec la pra­tique, et au cas par cas. C’est aussi cette pra­tique qui condi­tion­nera l’adhésion ou le dés­in­té­rêt des usa­gers de la ville pour ce dis­po­si­tif.

 

Selon Pascal Clouaire, adjoint à la démo­cra­tie locale, le pou­voir accordé aux CCI se décline en trois pos­si­bi­li­tés :
• soit un CCI sou­haite tra­vailler sur un pro­jet qui sup­pose que le conseil muni­ci­pal adopte au final une déli­bé­ra­tion ; auquel cas, la com­mune s’engage à inté­grer le CCI concerné au pro­ces­sus déci­sion­nel,
• soit un CCI tra­vaille sur un pro­jet qui n’implique pas de déli­bé­ra­tion de la part du conseil muni­ci­pal, et alors son asso­cia­tion avec la com­mune sera à déter­mi­ner selon les situa­tions,
• soit, en der­nier lieu, un CCI sou­haite inter­pel­ler le conseil muni­ci­pal, et alors l’équipe muni­ci­pale s’engage à lais­ser des repré­sen­tants dudit CCI s’exprimer devant les membres du conseil muni­ci­pal.

 

Les deux pre­mières pos­si­bi­li­tés ren­voient à ce qui a été dit ci-des­sus : l’association des CCI au pro­ces­sus déci­sion­nel ne peut résul­ter d’un enga­ge­ment juri­dique de la ville, et dépen­dra de la pra­tique poli­tique adop­tée.

 

A gauche, Pascal Clouaire, adjoint à la démocratie locale.         © Yann Mongaburu via Twitter.

A gauche, Pascal Clouaire, adjoint à la démo­cra­tie locale. © Yann Mongaburu via Twitter.

 

En ce qui concerne la troi­sième pos­si­bi­lité, le droit d’interpellation des CCI est valable sous cer­taines condi­tions. Rien ne s’oppose, en effet, à ce qu’un conseil muni­ci­pal entende des per­sonnes qui lui sont exté­rieures. C’est d’ailleurs ce qu’il s’est passé, ce lundi 23 mars 2015, lorsque le maire, Eric Piolle, a offi­ciel­le­ment sus­pendu la séance afin d’entendre deux citoyens membres de la com­mis­sion extra-muni­ci­pale pré­sen­ter le pro­jet de CCI.

 

Mais ces per­sonnes ne peuvent prendre part à la déli­bé­ra­tion en elle-même. De plus, elles ne peuvent béné­fi­cier de sièges per­ma­nents au conseil : leur pré­sence ne doit être qu’occasionnelle. En pra­tique, ces per­sonnes ont la parole en-dehors du conseil muni­ci­pal stricto sensu, donc avant lui ou lors d’une sus­pen­sion (Francis-Paul Bénoit, « Les réunions du conseil muni­ci­pal », Encyclopédie des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales, Chapitre 4 (folio n°282), Dalloz, décembre 2012). Ce sera a priori le cas à Grenoble.

 

 

 

Et maintenant ?

 

 

 

La com­mis­sion extra-muni­ci­pale, qui a plan­ché sur le pro­jet de CCI, a ter­miné le plus gros du tra­vail. Mais elle est cen­sée res­ter active « jusqu’au lan­ce­ment effec­tif des CCI », selon la déli­bé­ra­tion du 17 novembre 2014 qui a créé la com­mis­sion. Il reste, en effet, plu­sieurs points à cla­ri­fier.

 

Les CCI devront être effec­ti­ve­ment consti­tués. Cette étape est loin d’être simple puisque la com­mis­sion extra-muni­ci­pale laisse à la mai­rie la (lourde) tâche de trou­ver les outils qui per­met­tront d’organiser le tirage au sort des membres des CCI. Il s’agit, là, d’un véri­table défi tech­nique car il n’existe pas, en France de registre de « habi­tants » ni de registre des per­sonnes « exer­çant une acti­vité pro­fes­sion­nelle » dans les villes. Le résul­tat décou­lera néces­sai­re­ment d’une com­bi­nai­son de plu­sieurs listes, sous réserve des dis­po­si­tions de la loi n ° 78 – 17 du 6 jan­vier 1978 rela­tive à l’in­for­ma­tique, aux fichiers et aux liber­tés, qui pose le prin­cipe qu’un fichier de don­nées per­son­nelles ne peut être uti­lisé à des fins autres que celles pour les­quelles il est créé, sauf éven­tuel­le­ment auto­ri­sa­tion men­tion­née à l’article 25, 5° de cette loi.

 

Outre la com­po­si­tion des CCI, il fau­dra pro­cé­der à la créa­tion de l’association de ges­tion. Ses membres ne sont pas encore déter­mi­nés, mais il s’agira pro­ba­ble­ment de membres volon­taires de CCI (l’association est cen­sée n’avoir qu’un rôle de ges­tion et non de déci­sion). Ensuite, une conven­tion sera pas­sée entre l’association et la mai­rie, conven­tion qui défi­nira le rôle de l’association et les comptes qu’elle devra éven­tuel­le­ment rendre à la mai­rie.

 

Enfin, la créa­tion des CCI, escomp­tée pour la fin du prin­temps de cette année, devrait être accom­pa­gnée de la mise en place du droit d’interpellation pour les rési­dents gre­no­blois âgés de plus de seize ans avant la fin de l’année 2015, et de celle de bud­gets par­ti­ci­pa­tifs.

 

Le blog juri­dique ne man­quera pas de vous tenir informé(e)s de la suite des évè­ne­ments !

 

Camille Morio
Doctorante et char­gée d’enseignement en droit public
Faculté de droit de Grenoble

 

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
4942 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Bonjour,

    C’est une excel­lente ques­tion ! Honnêtement, pour en avoir dis­cuté avec les ser­vices de la mai­rie, il est tout sim­ple­ment… impos­sible d’a­voir une réponse claire à cette ques­tion que je me pose aussi !

    Nous orga­ni­sons le 28 octobre, à par­tir de 18h30, à l’am­phi­théâtre de la mai­son de l’of­fice du tou­risme, une confé­rence citoyenne avec P. Clouaire notam­ment, sur la ques­tion de la démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive à Grenoble. Si vous venez, vous aurez (peut-être) une réponse !

    La publi­cité de cette mani­fes­ta­tion sera faite bien­tôt !

    Merci de votre inté­rêt,

    Romain Rambaud

    sep article
    • Bonjour Richard,

      Merci pour votre ques­tion.

      La loi Lamy du 21 février 2014 crée ce qu’elle appelle les « conseils citoyens indé­pen­dants ». Mais leur nom ne doit pas créer la confu­sion avec les « conseils citoyens indé­pen­dants » mis en place en sep­tembre 2015 à Grenoble.

      Les « CCI Lamy », aussi appe­lés « tables de quar­tier » se dis­tinguent prin­ci­pa­le­ment des « CCI gre­no­blois » par leur fon­de­ment juri­dique, leur champ géo­gra­phique, leur rôle et leur com­po­si­tion.

      Les « CCI gre­no­blois » entrent dans le cadre de la loi Vaillant du 27 février 2002, tan­dis que les « CCI Lamy » ou tables de quar­tier entrent dans le cadre de la loi Lamy de 2014 men­tion­née ci-des­sus.

      Les « CCI Lamy » ne sont ins­tau­rés que dans cer­tains quar­tiers, appe­lés « quar­tiers prio­ri­taires de la poli­tique de la ville ». La liste de ces quar­tiers a été dres­sée par décret (n° 2014 – 1750) et Grenoble en compte quelques-uns. Au contraire, les « CCI gre­no­blois » ont été ins­tau­rés dans des bas­sins de vie qui couvrent l’in­té­gra­lité de la com­mune.

      Du point de vue de leur rôle, les « CCI Lamy » sont asso­ciés à l’é­la­bo­ra­tion, à la mise en œuvre et à l’é­va­lua­tion des « contrats de ville » tels que défi­nis par la loi Lamy. Au contraire, les « CCI gre­no­blois » peuvent se sai­sir de toute ques­tion, ils ne sont pas limi­tés au seul sujet des contrats de ville.

      Leur com­po­si­tion est éga­le­ment dif­fé­rente. Schématiquement, la com­po­si­tion des « tables de quar­tier » est fixée par la loi Lamy, alors que celle des « CCI gre­no­blois » sont fixés par la ville (qui, à Grenoble, a décidé d’associer les usa­gers à la réso­lu­tion la ques­tion).

      L’article 7, II de la loi Lamy pré­voit que, dans les quar­tiers où il existe des « CCI Lamy », le maire peut déci­der qu’ils rem­placent les CCI de la loi Vaillant (nos fameux CCI gre­no­blois, donc). A Grenoble, il a été décidé que, comme les deux ins­tances ont un rôle bien dif­fé­rent, elles ne devaient pas être confon­dues. Par consé­quent, dans les quar­tiers prio­ri­taires de la poli­tique de la ville, il y a deux conseils : les « tables de quar­tier » et les « CCI gre­no­blois ».

      Dans ces quar­tiers où les deux ins­tances coexistent, une réflexion est en cours pour savoir com­ment elles vont s’articuler concrè­te­ment. On sait d’ores-et-déjà qu’une per­sonne membre d’un CCI peut aussi faire par­tie d’une « table de quar­tier ».

      J’espère avoir répondu à votre ques­tion.

      Bien cor­dia­le­ment,

      Camille Morio

      sep article
  2. Existe t‑il un lien entre les CCI ins­tauré par les villes de Grenoble et les conseils citoyens pré­vus dans le cadre de la loi LAMY de 2014 ?

    sep article
  3. Madame,
    Question plu­tôt que réponse : l’a­men­de­ment UMP-UDI néces­si­tant une« acti­vité pro­fes­sion­nelle » pour faire par­tie des CCI inter­dit-il aux retrai­tés-ées d’être « éli­gibles”  » à ce comité de citoyens ? Ou autre­ment posée : les retrai­tés-ées, sous-citoyens-nes ou nou­veaux hilotes ?
    Cordialement
    Jean-Pierre Gambotti

    sep article
    • Bonjour Monsieur, et merci de votre question/commentaire.

      La réponse à votre ques­tion est : « pas tout à fait ». Voici pour­quoi.

      En ver­sion courte, cela dépend : si la per­sonne retrai­tée habite Grenoble, elle pourra faire par­tie d’un CCI. Si elle n’ha­bite pas Grenoble, elle ne le pourra pas.

      En ver­sion longue :

      Lors du conseil muni­ci­pal du 23 mars auquel j’ai assisté, un groupe de l’op­po­si­tion, le groupe UMP-UDI, a fait part de ses craintes selon les­quelles auto­ri­ser tous les habi­tants gre­no­blois ainsi que les non gre­no­blois exer­çant une simple « acti­vité » à Grenoble à faire par­tie des CCI per­met­trait à un trop grand nombre de per­sonnes de faire par­tie de ces ins­tances. En guise de com­pro­mis (d’autres amen­de­ments de ce groupe ayant été reje­tés), un amen­de­ment du groupe UMP-UDI a été adopté. Cet amen­de­ment ajoute la pré­ci­sion selon laquelle outre les habi­tants de Grenoble, pour­ront faire par­tie des CCI les per­sonnes qui exercent une acti­vité « pro­fes­sion­nelle » dans la com­mune.

      Cet amen­de­ment n’a pas pour effet d’ex­clure les retrai­tés gre­no­blois des CCI. Il pose la règle selon laquelle, pour faire par­tie des CCI, il faut habi­ter Grenoble ou bien y exer­cer une acti­vité pro­fes­sion­nelle. La seule condi­tion d’ha­bi­ter Grenoble suf­fit : pour les per­sonnes retrai­tées qui habitent Grenoble, pas de pro­blème donc pour faire par­tie des CCI. En revanche, il a pour effet d’ex­clure des CCI les per­sonnes qui, n’ha­bi­tant pas Grenoble, sont retrai­tées, puisque celles-ci n’exercent pas d’ac­ti­vité pro­fes­sion­nelle (sauf excep­tions !), et ce alors même qu’elles vien­draient très régu­liè­re­ment en ville pour mener des actions de béné­vo­lat par exemple.

      Il est à pré­ci­ser que l’é­quipe muni­ci­pale a insisté sur le fait qu’elle pour­rait reve­nir sur cet amen­de­ment si la ques­tion était à nou­veau mise sur la table. Rien n’est donc figé, mais c’est la règle pour le moment.

      Quant à savoir si cela fait des retrai­tés n’ha­bi­tant pas Grenoble des « sous-citoyen(ne)s » ou des « nou­veaux hilotes », je peux vous répondre en tant que juriste que faire ou non par­tie des CCI n’in­flue en rien sur la qua­lité de citoyen, puisque les CCI ne sont pas et ne peuvent pas être, juri­di­que­ment, des lieux de pou­voir. La ques­tion relève du sym­bole, de la concep­tion que cha­cun peut avoir de ce que signi­fie « vivre ensemble sur un même ter­ri­toire », et ce débat appar­tient au ter­rain poli­tique…

      J’espère avoir répondu à votre ques­tion !

      Bien à vous,

      Camille Morio

      sep article