Les Musiciens du Louvre marquent le coup

sep article

Notre indépendance c

REPORTAGE VIDÉO – Les Musiciens du Louvre se sont produits place Grenette,  ce vendredi 6 février, lors d’un concert-happening. Une façon de manifester leur gratitude aux 8 500 signataires de la pétition “Pour les Musiciens du Louvre à Grenoble”, lancée suite à la non reconduction de leur subvention par la municipalité.

 

 

 

Les Musiciens du Louvre, lors du concert gratuit du 6 février, place Grenette à Grenoble. © Joël Kermabon - placegrenet.fr- violons © Joël Kermabon - placegrenet.fr

Les Musiciens du Louvre, lors du concert gra­tuit du 6 février, place Grenette à Grenoble. © Joël Kermabon – placegrenet.fr

Initialement prévu le 12 jan­vier der­nier devant la mai­rie de Grenoble, le concert gra­tuit des Musiciens du Louvre avait été annulé, en rai­son du mou­ve­ment natio­nal de soli­da­rité en faveur de Charlie Hebdo.

 

C’est donc fina­le­ment ce ven­dredi 6 février, devant l’é­glise Saint-Louis et abri­tés sous un mara­bout chauffé, que les musi­ciens ont offert les pre­mier et troi­sième mou­ve­ments du Concerto pour vio­lon en la majeur KV219 de Mozart aux quelque 400 per­sonnes pré­sentes. Des cou­ra­geux, car la météo n’é­tait guère enga­geante !

 

 

 

Trente minutes de concert

 

 

C’est sous des applau­dis­se­ments nour­ris que se sont ache­vés ces deux mou­ve­ments. Il était temps ! « Pour les mains, au début, c’é­tait bien mais très vite nous avons senti le froid, confie Laurent Lagresle, l’un des vio­lo­niste de la for­ma­tion. Mais bon, ce n’é­tait que trente minutes. »

 

Les musi­ciens et le public ont ensuite pu se réchauf­fer grâce au vin et au cho­co­lat chauds, offerts pour clô­tu­rer ce hap­pe­ning.

 

Réalisation JK Production

 

 

 

Construire l’avenir

 

 

A l’is­sue du concert, se pres­sant sous la tente, nom­breux étaient ceux à vou­loir glis­ser quelques mots d’en­cou­ra­ge­ment aux musi­ciens pré­sents, ainsi qu’à Marc Minkowski, chef d’or­chestre et direc­teur artis­tique.

 

« Nous devons construire l’a­ve­nir. La péti­tion est close, et nous avons voulu remer­cier aujourd’­hui ses 8 500 signa­taires. Cette der­nière sera remise en mai­rie, ce lundi 9 février, à Éric Piolle, le maire de Grenoble » déclare Sabine Perret, direc­trice des Musiciens du Louvre. Et de pour­suivre : « Nous allons lui deman­der que répondre à toutes ces per­sonnes qui nous ont mani­festé un pré­cieux sou­tien ».

 

Parmi les spec­ta­teurs, des poli­tiques de tous bords. Ceux de l’op­po­si­tion muni­ci­pale ont tenu à s’ex­pri­mer sur les rai­sons de leur sou­tien aux Musiciens du Louvre.

 

Réalisation JK Production on Vimeo.

 

 

Joël Kermabon

 

 

© Musiciens du Louvre GrenobleA lire aussi sur Place Gre’net :

 

Déjà quatre concerts annu­lés pour les Musiciens du Louvre Grenoble

 

Musiciens du Louvre : cha­cun joue sa par­ti­tion

 

Coup de rabot pour les Musiciens du Louvre Grenoble ?

 

 

commentez lire les commentaires
3995 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. @Caro : ce n’est pas la mai­rie mais la pré­fec­ture qui auto­rise les mani­fes­ta­tions ( et cha­pi­teaux, etc). Quand à la salle, elle n’est pas prêté gra­tui­te­ment puis­qu’il y a au mini­mum quel­qu’un qu’ils paient et dont c’est le métier de s’oc­cu­per de cette salle (on peut le voir sur leur site), soit au mini­mum 20.000 euros par an (smic chargé)

    @Pueblo : c’est un tiers de leur finan­ce­ment total qu’ils perdent, mais le plus grave c’est moins pour eux que pour les Grenoblois.
    Avec 400.000 on avait un orchestre d’ex­cep­tion, des pro­grammes de qua­lité, de nom­breux concerts sym­pho­niques, des concerts pour les enfants, aux musées, aux parcs… On aura quoi à l’a­ve­nir ? regar­dez les bud­gets des orchestres des villes de notre taille… les autres orchestres coûtent tou­jours plus cher car les musi­ciens du Louvre est un orchestre d’in­ter­mit­tent.

    On aura plus jamais d’or­chestre pro­fes­sion­nel à Grenoble parce que ça cou­tera for­cé­ment plus cher.
    Avec 400.000 euros vous pen­sez qu’on peut avoir com­bien de musi­ciens pro­fes­sion­nels sala­riés à l’an­née ? 15 ? à tout cas­ser…
    Par ailleurs l’argent ne sera pas ré-investi, c’est 600.000 euros sup­pri­més, pas redis­tri­bué, Corinne Bernard l’a répété de par­tout, baisse de 600.000 euros de bud­get de la culture à Grenoble.

    C’est sim­ple­ment la poli­tique de l’aus­té­rité sur la culture comme tou­jours, la même aus­té­rité qu’on cri­tique à tra­vers l’Europe en ce moment, sauf qu’à Grenoble ça va pas­ser parce que c’est les verts et qu’on leur par­donne tout aveu­glé­ment… C’est pas parce qu’on a voté pour lui qu’il faut l’ex­cu­ser ! Ce sont des hommes poli­tiques et il faut res­ter vigilent et dou­ter, c’est notre job de citoyens de res­ter mobi­lisé, et même si il fait des choses très bien par ailleurs, et que son pro­gramme est bien glo­ba­le­ment, ça c’est une grave erreur (d’ailleurs pas dans son pro­gramme élec­to­ral), non pas tel­le­ment pour cet orchestre (au final Marc Minkowski est tel­le­ment célèbre qu’il com­pen­sera bien par ailleurs), mais pour Grenoble et les Grenoblois.

    sep article
  2. Tous semblent oublier que la sub­ven­tion de la Mairie n’est qu’une part parmi tant d’autres dans leur bud­get et que cette argent sera ré-investi dans la culture (contrai­re­ment à ce que dit J.Safar) : l’i­dée était éga­le­ment de diver­si­fier les aides à d’autres groupes locaux qui n’en béné­fi­cient jamais et qui se conten­te­raient de bien moins !
    On parle éga­le­ment des Musiciens du Louvre comme s’ils étaient mis en dan­ger où comme si tout allait s’ar­rê­ter, alors que ça n’est pas le cas ! Mais bon, c’est vrai que jouer le misé­ra­bi­lisme ras­semble plus de monde pour signer des péti­tions…
    Triste de voir des artistes réagir comme cela, moi qui aime le Classique, me voilà un peu déçu des men­ta­li­tés.

    sep article
    • Autant je com­prends la ges­tion saine de l’argent public,
      Autant ne pas écou­ter les per­sonnes direc­te­ment concer­nées par une déci­sion hative de la muni­ci­pa­lité en invo­quant le « misé­ra­bi­lisme » d’un groupe qui contrai­re­ment à ce que vous men­tion­nez comp­tait sur les aides publiques de la Ville,
      Ces argu­ments contri­buent à mon­ter les gens contre les autres, c’est un manque de res­pect, avez vous sim­ple­ment une fois écou­ter ces musi­ciens, com­ment réagi­riez vous à une cri­tique de misé­ra­bi­lisme ? – atten­tion à ne pas vous enfer­mer dans des déci­sions aussi bru­tales que non concer­tées parce qu’elles émanent de Monsieur le Maire tout puis­sant qui a toujours…le mar­ke­ting Piolle s’es­souffle. Cette réac­tion et cette péti­tion repré­sentent près de 5% des gre­no­blois, toute classe d’age confon­due, élec­teurs et d’autres.

      sep article
  3. Personne ne parle, bien sûr, de la gra­tuité des locaux occu­pés par les Musiciens du Louvre. J’ai bien aimé de com­men­taire lu sur le site du D.L. :
    « Il ne faut pas l’au­to­ri­sa­tion de la Mairie pour dres­ser un cha­pi­teau sur une place publique et y don­ner un concert ?

    Oh ! la vilaine mai­rie qui a donné cette auto­ri­sa­tion … Elle est maso ? ce ne serait pas pour ça que M. Minkowski n’ait pas répondu à haute voix à la ques­tion sur la sub­ven­tion … ?

    Il va bien­tôt arrê­ter de se moquer du public en refu­sant de don­ner les concerts pré­vus à son pro­gramme ? »

    sep article
    • On ne peut pas tou­jours jouer la carte de la sym­pa­thie, et Piolle va devoir gérer une carte qui s’es­soufle dans cer­tains secteurs…C’est bien le Maire qui a pris cette déci­sion, il faut l’as­su­mer point, sans tou­jours contes­ter les argu­ments des per­sonnes direc­te­ment concer­nées qui pour cer­taines d’entre elles regrettent avec un gout amer leur choix aux élec­tions.

      sep article