Associations : chasse ouverte aux mauvaises pratiques

sep article

ÉPISODE 8 –  Suite et fin du tour d’horizon des associations grenobloises. Le secteur du sport semble avoir particulièrement besoin de revoir ses règles du jeu. On siffle la fin de la récré au Plateau, dans le quartier Mistral, où, à en croire la majorité, les responsables de la structure auraient bénéficié d’une trop grande latitude. L’opposition n’est évidemment pas d’accord… Retour, enfin, sur une subvention polémique attribuée en 2013 au Dojo grenoblois.

 

 

 

associations et clientélisme épisode 8 sur Place Gre'net © Véronique Magnin - placegrenet.fr

© Véronique Magnin – placegrenet.fr

 

 

 

Socio-culturel : « tout changer, du sol au plafond » 

 

 

 

Dans le socio-culturel, à Grenoble, des choses sont manifestement amenées à évoluer. L’adjointe au parcours éducatif, Élisa Martin, membre du Parti de gauche, veut « tout changer du sol au plafond », rapporte Paul Bron, son prédécesseur de Go citoyenneté. Ce qui ne manque pas de l’agacer : « Comme si tout était mauvais ! C’est complètement aberrant en politique… ».

 

Élisa Martin, lors de son premier conseil municipal à Grenoble. © Muriel Beaudoing - placegrenet.fr

Élisa Martin, lors de son premier conseil municipal à Grenoble. © Muriel Beaudoing – placegrenet.fr

Pourquoi et comment les critères vont-ils évoluer ? Pour le moment, les services y travaillent… Élisa Martin se donne un an pour les déterminer. En attendant, les conventions entre la mairie et les MJC ont été prolongées d’autant.

 

Paul Bron a bien tenté d’en savoir plus, en commission, mais sans succès. « L’adjointe n’est pas souvent présente aux commissions […], pas plus que les autres adjoints des autres commissions […]. Ils sont débordés. mais ça, c’est pourtant leur boulot ! De ce fait, on ne peut pas débattre sur le fond des choses. »

 

Néanmoins, reconnaît l’élu de l’opposition, « c’est sage (de la part de l’élue au parcours éducatif, NDLR) de prendre le temps, car il est très compliqué de tout revoir… et puis dans quelle mesure est-ce possible ? Les MJC sont des associations privées… ».

 

Paul Bron

Paul Bron, élu de l’opposition Go Citoyenneté, ex adjoint chargé de l’éducation © Nils Louna

 

Et Paul Bron de rappeler pour preuve, que six MJC étaient entrées en grève, alors qu’il élaborait le projet éducatif grenoblois. Les raisons du mouvement ? La municipalité avait décidé qu’en contrepartie des subventions, les projets des établissements devraient dès lors se mettre au diapason des orientations de la Ville…

 

 

 

Social :  « trouver une grille de répartition »

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
2902 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. En 2013 Grenoble a versé 18 875 988 euros, auxquels se sont ajoutés 4 557 342 euros de prestations en nature, à 632 associations. En parcourant la liste on a parfois envie d’ajouter « et un raton laveur » comme dans la chanson de Prévert. Il n’est pas toujours facile de savoir ce que font ces associations, même en cherchant sur internet. Pour une vraie transparence on pourrait ajouter quelques colonnes au tableau, par exemple:
    – Activités de l’association
    – Nombre de personnes concernées
    – Secteur, quartier
    – Autres subventions reçues de la Métro, du département, de la région…
    – Budget annuel

    sep article