Un conseil municipal surveillé, boycotté, mais achevé !

sep article



REPORTAGE – Annulé la semaine précédente, le conseil municipal de Grenoble s’est déroulé, ce lundi 27 octobre, dans une ambiance relativement sereine… après le départ tonitruant du groupe UMP-UDI. Retour sur les grands points de ce conseil, où le dossier sur l’éclairage public de la ville n’a pas été abordé.

 

 

 

Conseil municipal du 27 octobre 2014 à GrenobleChat échaudé crai­gnant l’eau froide, la muni­ci­pa­lité avait, cette fois-ci, pris ses pré­cau­tions. Policiers sta­tion­nés à l’entrée de l’Hôtel de ville, contrôles d’i­den­tité, des sacs… L’objectif était clair : évi­ter à tout prix les débor­de­ments de la semaine pré­cé­dente. À l’intérieur, le calme régnait dans le hall, mal­gré l’impatience du public atten­dant le début du conseil.

 

Le maire Eric Piolle a ouvert la séance par une décla­ra­tion solen­nelle, condam­nant le coup de force du lundi 20 octobre par les sala­riés de Gaz Électricité de Grenoble (GEG). « Un enva­his­se­ment inac­cep­table », a‑t-il sou­li­gné, avant d’ajouter qu’il déplo­rait l’absence de réac­tion de l’opposition.

 

 

 

Coup de théâtre de Matthieu Chamussy

 

 

Dans la fou­lée, le pré­sident du groupe UMP-UDI, Matthieu Chamussy, récla­mait un droit de réponse… refusé par Eric Piolle. Furieux, l’élu de droite deman­dait alors la sus­pen­sion du conseil, avant de quit­ter la salle avec les autres membres de son groupe.

 

Réalisation : JK Production.

 

 

Le calme retrouvé, le conseil a pu abor­der les points impor­tants de la séance. A com­men­cer par la pre­mière déli­bé­ra­tion sur la végé­ta­li­sa­tion de la ville de Grenoble, adop­tée sans dif­fi­culté. Même si Anouche Agobian, élue du Rassemblement de gauche et de pro­grès, a tenu à rap­pe­ler que cette démarche avait été ini­tiée sous la pré­cé­dente man­da­ture, celle de Michel Destot.

 

L’objectif de la majo­rité ? Dynamiser l’espace public en offrant aux habi­tants la pos­si­bi­lité de créer des jar­dins de rue, via des plan­ta­tions sur la voie publique aux pieds des bâti­ments. Les pro­jets les plus auda­cieux pour­ront même jouir d’un accom­pa­gne­ment et de sub­ven­tions.

 

 

 

Grenoble s’ouvre à l’open data

 

 

Conseil municipal du 27 octobre 2014 à Grenoble - Jérôme SafarLa libé­ra­tion sur les don­nées publiques a aussi été votée à l’unanimité. Cet open data rend acces­sible aux citoyens nombre d’in­for­ma­tions rela­tives à la ville, telles que des sta­tis­tiques, des car­to­gra­phies, ou bien encore des don­nées éco­no­miques. L’objectif est d’entretenir une source d’information fiable pour les citoyens, les cher­cheurs et les étu­diants. Les don­nées sen­sibles et à carac­tères per­son­nels en seront tou­te­fois exclues.

 

 

 

Mobilisation contre la baisse des dotations de l’État

 

 

Autre point d’im­por­tance : les dota­tions de l’État aux col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales, en forte baisse. Le Rassemblement citoyen de la gauche et des éco­lo­gistes a exprimé son sou­hait de voir ces der­nières main­te­nues à leur pré­cé­dent niveau. Et pour cause : ces baisses entraî­ne­raient une perte de 41 mil­lions d’euros pour la période 2014 – 2017.

 

Eric Piolle a ainsi sou­li­gné la néces­sité de se mobi­li­ser contre la poli­tique réces­sion­niste du gou­ver­ne­ment Hollande. Une déli­bé­ra­tion adop­tée en l’absence des élus UMP-UDI et avec l’abs­ten­tion des repré­sen­tants du Rassemblement de gauche et de pro­grès.

 

D’une manière géné­rale, ce conseil muni­ci­pal aura avancé à grands pas. Outre plu­sieurs déli­bé­ra­tions votées à l’unanimité, la séance s’est ter­mi­née peu avant 22 h 30. Un conseil express au vu des pre­miers qui duraient jus­qu’au bout de la nuit !

 

 

 Arnaud Chastagner

 

 

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
3467 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. si conseil a été plus court c’est aussi le fait de l’ab­sence de M.Chamussy qui a l’art de s’é­cou­ter par­ler et d’oc­cu­per le temps de débat pour ne rien dire…combien d’in­ter­ven­tions du Président du groupe ump n’ont eu qu’un objec­tif mon­trer que M.Chamussy existe !

    sep article
  2. si j’ai bien com­pris, il faut sug­gé­rer à Chamussy et consorts de ne plus par­ti­ci­per aux conseils muni­ci­paux. C’est bizarre, mais appa­rem­ment ça avance mieux et plus vite quand ils ne sont pas là. Loin de moi l’i­dée de les accu­ser de mettre les bâtons dans les roues :-))

    sep article
    • Voilà,
      et puis on pourra aussi sug­gé­rer de sup­pri­mer le conseil muni­ci­pal qui est une perte de temps pour prendre de vraies déci­sions. Le modèle chi­nois, il n’y a rien de mieux comme disait une ancienne can­di­date à la pré­si­dence de la répu­blique…
      Bon, il est vrai que Mathieu Chamussy a pré­féré ne pas par­ti­ci­per au débat démo­cra­tique pour pou­voir se plaindre dans les médias (avec peu d’écho semble-t-il), alors que le maire lui deman­dait d’at­tendre la fin de l’ap­pel…

      sep article