Hadra entre succès et incertitudes

sep article

REPORTAGE VIDÉO – Hadra, le plus important festival de musique trance en France, ne se déroulera plus à Lans-en-Vercors. Michaël Kraemer, le nouvel élu qui en avait fait un thème de campagne pendant les municipales, en a décidé autrement, considérant que cet événement ne correspondait pas à l’image de la station. Décryptage et retour en images sur cette édition sans précédent. 

 
 
 
© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 
Tout le long de la route qui mène aux pistes du domaine skiable de la sta­tion, le ton est donné. Sac à dos ou toiles de tente en ban­dou­lière, dégui­sés, maquillés, les fes­ti­va­liers rejoignent le site. Tous les âges sont repré­sen­tés. A pied, en stop ou emprun­tant une des nom­breuses navettes mises à dis­po­si­tion par l’or­ga­ni­sa­tion, c’est une foule joyeuse et bigar­rée qui se rend à la grande messe élec­tro tant atten­due. Une réfé­rence en l’oc­cur­rence.
 
Du 21 au 24 août, la hui­tième édi­tion du Hadra Trance Festival a pour la der­nière fois fait vibrer la mon­tagne à Lans-en-Vercors. Un décor natu­rel d’ex­cep­tion pour un évé­ne­ment aux dimen­sions euro­péennes, tant pour la diver­sité de sa pro­gram­ma­tion que pour la pro­ve­nance de son public.
 
 
Réalisation JK Production

 

 

 

Un festival éco-responsable

 
 
Dès l’ar­ri­vée sur la sta­tion, ce qui frappe au pre­mier abord, c’est la qua­lité très per­cep­tible de l’or­ga­ni­sa­tion. 400 béné­voles, 100 pres­ta­taires et un ser­vice de sécu­rité impo­sant œuvrent sur le site. Vous êtes un peu perdu ? Qu’à cela ne tienne, quel­qu’un est là, recon­nais­sable à son gilet fluo et vous gui­dera avec effi­ca­cité et gen­tillesse vers votre des­ti­na­tion. Il faut dire que la billet­te­rie est fort éloi­gnée du site où se déroulent les concerts. Cette aide est donc appré­ciable.
 
© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Deux grands thèmes pour cette cin­quième édi­tion à Lans : la sen­si­bi­li­sa­tion à l’en­vi­ron­ne­ment et, pour la déco­ra­tion, ce sont les cou­leurs du Vietnam, ses légendes et ses mythes qui sont à l’hon­neur. Les trois scènes répar­ties sur le site sont magni­fi­que­ment déco­rées. Tout par­ti­cu­liè­re­ment l’im­pres­sion­nante scé­no­gra­phie du psy­trance floor, scène prin­ci­pale sur laquelle sont inter­ve­nus avec bon­heur les artistes du Full Hadra décor Crew [ndlr : col­lec­tif com­posé des Lucioles, de The Mad Studio et Vizual Invaders].
 
© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Pour ce qui est du res­pect de l’en­vi­ron­ne­ment sur le site, rien n’a été laissé au hasard. Le niveau sonore a ainsi été réduit à 97 déci­bels (contre les 105 nor­ma­le­ment auto­ri­sés) pour ne pas per­tur­ber la faune. Même la date du fes­ti­val a été déca­lée pour ne pas gêner la nidi­fi­ca­tion !
 
Ajoutez à cela l’in­vi­ta­tion à uti­li­ser le covoi­tu­rage et les navettes, la pro­tec­tion des sols, une bri­gade verte pour la pré­ven­tion dans les files d’at­tente, des toi­lettes sèches et des expo­si­tions de sen­si­bi­li­sa­tion dans le vil­lage asso­cia­tif. Sans oublier des dis­tri­bu­tions de cen­driers por­tables et l’u­ti­li­sa­tion de gobe­lets recy­clables. C’est la règles des 3 R, édic­tée par l’or­ga­ni­sa­tion, qui consiste à Réduire, Réutiliser et Recycler.
 
 

 

Une programmation internationale mais aussi locale

 

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 
 
Au total, plus d’une cen­taine d’ar­tistes se sont pro­duits sur les dif­fé­rentes scènes, avec un objec­tif : la mise en valeur et la pro­mo­tion de la psy­trance. Si l’on a pu noter la pré­sence de têtes d’af­fiche comme l’ex­cellent Raja Ram (un vété­ran de… 74 ans ), l’or­ga­ni­sa­tion a mis un point d’hon­neur – cahier des charges très pré­cis oblige – à ne pas pro­gram­mer des artistes pré­sents dans d’autres fes­ti­vals, afin d’as­su­rer leur exclu­si­vité.
 
Les artistes locaux ne sont pas pour autant oubliés. L’association Hadra a fait le choix déli­béré de leur four­nir de la visi­bi­lité auprès des pro­gram­ma­teurs en leur accor­dant une large place. Pas moins de 35 % des artistes qui se sont pro­duits sont issus de la région Rhône-Alpes ! Le fes­ti­val Hadra confirme ainsi son rôle de décou­vreur et d’in­cu­ba­teur de nou­veaux talents.
 
© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Cette édi­tion 2014 aura donc tenu toutes ses pro­messes. Lors de notre pas­sage, aucun inci­dent n’a­vait été enre­gis­tré. « Juste de la bobo­lo­gie et quelques pro­blèmes d’al­cool, rien de vrai­ment grave » nous confiera un secou­riste de la Croix rouge. De l’a­veu de toutes les per­sonnes ren­con­trées, les fes­ti­va­liers sont cor­rects, non-vio­lents et si par­fois leur mise peut sur­prendre, ce n’est que pour faire la fête, s’a­mu­ser et com­mu­nier ensemble. Ce qui n’est pas sans rap­pe­ler les grands ras­sem­ble­ments musi­caux des années 70 – 80, où un état d’es­prit posi­tif était la règle.

 

 

 

 

Le sort du Hadra scellé pour 2015

 

 

 

« Nous avons dépassé les 14 000 entrées. C’est his­to­rique puisque nous avons dépassé notre record de 2012 et, de ce fait, nous avons orga­nisé le plus gros fes­ti­val trance en France depuis tou­jours » déclare, ému, Benoît Allirol, le direc­teur du fes­ti­val. En effet, la jauge maxi­male ayant été atteinte, c’est à gui­chets fer­més que le fes­ti­val s’est déroulé.
 
Reste que l’a­mer­tume était per­cep­tible, en fili­grane, dans le dis­cours des orga­ni­sa­teurs. En éli­sant Michaël Kraemer, qui a fait de l’ar­rêt du fes­ti­val un thème majeur de sa cam­pagne pour les élec­tions muni­ci­pales, les Lantiers [ndlr : habi­tants de Lans-en-Vercors] ont scellé le sort du Hadra. Il n’aura plus lieu sur leur ter­ri­toire en 2015.
 
L’affaire est d’au­tant plus éton­nante que l’on aurait pu croire, vu le contexte, à la mani­fes­ta­tion de l’ha­bi­tuelle incom­pré­hen­sion entre ancienne et nou­velle géné­ra­tion. Il n’en est rien. Jean-Paul Gouttenoire, le maire sor­tant, beau­coup moins jeune que son suc­ces­seur, défend tou­jours farou­che­ment le pro­jet dont il est l’un des tout pre­miers sou­tiens. « Il y a eu des ins­tru­men­ta­li­sa­tions, des dia­bo­li­sa­tions qui ont fait chan­ger d’a­vis cer­tains d’entre nous » mar­tèle-t-il. 
 
© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Michaël Kraemer se défend, lui, du « délit de faciès » évo­qué lors des joutes élec­to­rales. « Ce délit de faciès, je ne peux pas l’ac­cep­ter ! C’est un rejet de ma per­sonne. Je suis jeune, je porte des lunettes de soleil blanches et reçois mes homo­logues du Conseil géné­ral en short. Je suis donc moi-même dif­fé­rent. Ce n’est pas une ques­tion de faciès ». Et d’in­sis­ter sur les vraies rai­sons, liées à l’i­mage que son équipe sou­haite redon­ner à la sta­tion.
 
 
  Réalisation JK Production
 

 

 

 

Une survie incertaine

 
 
Faute d’un nou­veau lieu, une grande incer­ti­tude règne donc pour la pro­chaine édi­tion de l’é­vé­ne­ment. Et ce n’est pas seule­ment l’a­ve­nir du fes­ti­val qui est remis en jeu, mais aussi celui des nom­breuses autres acti­vi­tés de l’asso­cia­tion Hadra et, par consé­quent, les emplois. « Tout le monde à joué le jeu [ndlr : y com­pris le nou­vel élu] pour qu’a­vec une jauge comme celle-là nous arri­vions à com­bler les pro­blèmes accu­mu­lés l’an der­nier (150 000 euros de dettes) » recon­naît Clément Bastiat, le pré­sident de l’as­so­cia­tion. Mais celui-ci reste tou­te­fois inquiet : « même si aujourd’­hui c’est une belle réus­site, nous gar­dons bien en tête que notre sur­vie reste pour le moment incer­taine. Si nous ne trou­vons pas de ter­rain pour l’an pro­chain – le fes­ti­val finan­çant les autres acti­vi­tés, notam­ment les salaires à l’an­née – les choses devien­dront vrai­ment beau­coup plus dif­fi­ciles ».
 
© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

L’organisation, très com­ba­tive, ne baisse pour autant pas les bras et recherche acti­ve­ment un nou­veau lieu. Des sou­tiens de poids se sont mani­fes­tés pour aider à cette pros­pec­tion. Telle la conseillère régio­nale Farida Boudaoud, vice-pré­si­dente délé­guée à la culture, qui a adressé un cour­rier à tous les élus de la région. Ou bien encore le séna­teur Jacques Chiron, qui a affirmé son sou­tien incon­di­tion­nel, via un com­mu­ni­qué de presse en début de fes­ti­val.

 

Pour l’heure, la ques­tion n’est pas réglée. Alors, si vous connais­sez un ter­rain…

 

 

Joël Kermabon

 

 

 

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
7423 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Merci pour l’ar­ticle, merci M Gouttenoire pour vos paroles (on voit la dif­fe­rence de niveau avec le nou­veau maire…). Et natu­rel­le­ment, merci Hadra!!

    sep article
  2. Alors si je com­prends bien, ce nou­veau maire, ingé­nieur chez STMicroelectronics, est bien content de fuir la ville pour habi­ter à la cam­pagne (et en pas­sant de faire aug­men­ter le prix des terrains/habitations/loyers dans le Vercors) mais ne vou­drait sur­tout pas que sa tran­quillité soit trou­blée 4 jours par an. Ensuite il nous parle de calme, de ver­dure, d’é­co­lo­gie presque mais ça ne lui pose pas de pro­blème de rou­ler 30 minutes matin et soir pour rejoindre « la ville » et contri­buer aux bou­chons et à la pol­lu­tion de notre cher cuvette.

    sep article