Bulles de Grenoble : un sauvetage périlleux !

sep article



REPORTAGE VIDÉO – Plus d’une trentaine de personnes ont été évacuées sans encombre du téléphérique de la Bastille, ce dimanche 29 juin au soir. En cause : le déraillement d’un câble tracteur des fameuses bulles, suite à une forte bourrasque de vent.

 
 

 

 Opération de sauvetage. Trente passagers dont des enfants ont dû être hélitreuillés via un hélicoptère de la sécurité civile par les pompiers du Grimp suite au déraillement d'un câble porteur des bulles le téléphérique de la Bastille à cause du vent violent le 29 juin 2014. © Joël Kermabon - placegrenet.fr

© Joël Kermabon – placegrenet.fr

Les pas­sa­gers avaient payé pour une courte tra­ver­sée. Finalement, ils auront pu pro­fi­ter de la vue bien plus long­temps ! 37 per­sonnes ont en effet été extir­pées, ce dimanche soir, des bulles de Grenoble par les secours.
 
Plus pré­ci­sé­ment par le groupe de recon­nais­sance et d’in­ter­ven­tion en milieu périlleux des pom­piers de l’Isère (Grimp), bien rôdé grâce aux exer­cices de sau­ve­tage réa­li­sés en situa­tion une fois par an. Cette fois-ci, l’exer­cice n’a­vait rien de vir­tuel ! Une curieuse coïn­ci­dence en ce jour de fête de la mon­tagne.
 
 

Une intervention longue et compliquée

 
 
C’est à 18 h 22 que l’un des câbles des bulles “mon­tantes” a déraillé, au niveau du pylône inter­mé­diaire, suite à une vio­lente bour­rasque, sui­vie d’une seconde à 18 h 25. « Il s’a­git bien du câble trac­teur et non por­teur », tient à pré­ci­ser Yves Exbrayat, direc­teur de l’of­fice de tou­risme de Grenoble, qui cen­tra­lise la com­mu­ni­ca­tion concer­nant l’é­vé­ne­ment. « Il est sorti de son empla­ce­ment à cause d’une très forte rafale. Il s’a­git d’un inci­dent sans aucune gra­vité par ailleurs. »
 
Plus d’une tren­taine de per­sonnes se sont alors retrou­vées blo­quées, à la fois dans les bulles qui mon­taient et qui des­cen­daient. Si sept pre­miers pas­sa­gers ont pu être secou­rus par une des­cente en rap­pel depuis le pylône inter­mé­diaire, les trente autres qui étaient blo­qués au-des­sus de l’Isère ont dû être éva­cués grâce à l’hé­li­co­ptère de la sécu­rité civile. L’intervention, qui s’est avé­rée longue et com­pli­quée, s’est ache­vée vers 22 heures, sans qu’au­cune per­sonne n’ait été bles­sée.
 
 
Réalisation Véronique Magnin – JK Production
 
 
Une attente éprou­vante
 
 
« Ça fai­sait 24 ans que mon mari me disait de mon­ter dans les bulles, raconte Cathy, une pas­sa­gère éva­cuée par héli­co­ptère. Comme j’ai peur du vide, j’a­vais tou­jours refusé, jus­qu’à hier où je me suis déci­dée. Même si les pom­piers ont été supers, je ne suis pas prête de recom­men­cer ! » Et pour cause l’at­tente a été éprou­vante…
 

 

Trente passagers dont des enfants ont dû être hélitreuillés par les pompiers du Grimp suite au déraillement d'un câble porteur des bulles du téléphérique de la Bastille à cause du vent violent le 29 juin 2014. Opération de sauvetage. © Joël Kermabon - placegrenet.fr

Trente pas­sa­gers, dont des enfants, ont dû être héli­treuillés.        © Joël Kermabon – placegrenet.fr

« Tout s’est arrêté vers 18 h 20, alors qu’on venait à peine de pas­ser le pre­mier pylône. On pen­sait que cela allait durer juste le temps que l’o­rage passe et on a donc pris notre mal en patience, même si ce n’é­tait pas très ras­su­rant. Nous avons fini par appe­ler au bout d’une heure car rien ne se pas­sait. C’est là qu’on nous a répondu qu’ils n’ar­ri­vaient pas à déblo­quer la sécu­rité et qu’il fal­lait attendre que les pom­piers arrivent. Finalement, nous avons été héli­treuillés vers 21 heures, mais si l’hé­li­co­ptère ne m’a­vait pas tirée, je n’au­rais pas sauté ! »
 
Yves Exbrayat se veut, en tout cas, plus que ras­su­rant : « Nous avons pris des mesures de sécu­rité impor­tantes. Personne n’a été mis en dan­ger. Et dès que l’é­va­cua­tion a été ter­mi­née, nous avons remis le câble en place pour 38 ans. » Bonne excur­sion en bulles, donc !
 
 
Paul Turenne
 
 
 
Les grandes heures de Grenoble : Les bulles, 18 septembre 1976, dessin de Jean Brian

Les bulles, 18 sep­tembre 1976, par Jean Brian. Tous droits réser­vés.

 
Le deuxième déraille­ment en 38 ans
 
 
Les bulles avaient déjà déraillé le 18 sep­tembre 1976, le jour même de leur inau­gu­ra­tion par le maire de Grenoble, Hubert Dubedout. A cette occa­sion, plu­sieurs cen­taines de Grenoblois avaient emprunté le télé­phé­rique pour se rendre à la Bastille. Jusqu’à ce que trois bulles déraillent aux alen­tours de 16 heures, blo­quant une cin­quan­taine de per­sonnes.
 
 
Comme ce dimanche 29 juin, les opé­ra­tions de secours avaient éga­le­ment été com­pli­quées par de fortes bour­rasques de vent qui s’é­taient pro­lon­gées dans la soi­rée mais, au final, tous les pas­sa­gers avaient pu être secou­rus sans encombres.
 
 
 
 
Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
8790 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. sep article
    • PT

      02/07/2014
      14:30

      Vous note­rez que le lien (tous droits réser­vés) dans la légende du des­sin de Jean Brian ren­voie jus­te­ment vers la page en ques­tion sur ski­vin­tage.

      Paul Turenne

      sep article