L’Esplanade revient au coeur du débat

sep article

Notre indépendance c

REPORTAGE VIDÉO – D’avril 2012 à juin 2013, l’association Vivre à Grenoble a fait cir­cu­ler une péti­tion s’opposant au pro­jet actuel de Zac sur l’Esplanade. 21 000 signa­tures ont été recueillies, dont 10 000 éma­nant de Grenoblois, soit plus de 10 % des élec­teurs. À l’occasion des élec­tions muni­ci­pales, l’association a décidé de repla­cer la ques­tion de la den­si­fi­ca­tion au cœur du débat en ques­tion­nant les can­di­dats.
 
 
 

 

 

Conférence de presse Vivre à Grenoble sur l'Esplanade à Grenoble

Patrice Guinard-Brun © Joël Kermabon – placegrenet.fr

Si demain vous êtes élu(e) maire de Grenoble, pre­nez-vous l’engagement devant les élec­teurs de ne rien construire dans le cœur his­to­rique de l’Esplanade (les 3 hec­tares d’espace public à l’intérieur de la cou­ronne d’arbres) ? Quel sera votre objec­tif de construc­tion en nombre de loge­ments par an pour la durée de votre man­da­ture ?
 
Voilà les deux ques­tions concer­nant l’a­ve­nir de l’Esplanade qui avaient été posées aux neuf can­di­dats à la mai­rie de Grenoble par l’association Vivre à Grenoble. La syn­thèse de leurs réponses était pré­sen­tée, ce lundi 17 mars, à la ter­rasse du Bar de l’Esplanade.
 
 
 

Sept candidats sur neuf ont joué le jeu

 
 
Conférence de presse Vivre à Grenoble concernant l'Esplanade à Grenoble

Bruno de Lescure © Joël Kermabon – placegrenet.fr

Patrice Guinard-Brun contex­tua­lise la démarche : « Nous avons saisi cette occa­sion majeure [les élec­tions muni­ci­pales] pour qu’on réponde enfin à cette ques­tion : est-ce que, sur le pro­jet de l’Esplanade, on va entendre l’ensemble de la popu­la­tion gre­no­bloise ? ».
 
A terre, devant les tables de la ter­rasse, dans un grand car­ton, des enve­loppes prêtes à être expé­diées. Elles contiennent les réponses des can­di­dats qui vont être adres­sées aux signa­taires de la péti­tion. « Nous avons décidé d’éclairer le vote des péti­tion­naires en ren­dant publiques les réponses des can­di­dats » déclare Bruno de Lescure, le pré­sident de Vivre à Grenoble. Cependant l’association déplore que deux d’entre eux, Lahcen Benmaza et Catherine Brun, n’aient pas donné suite à leur demande : « pas de réponse, pas de mail, rien du tout ! » regrette Patrice Guinard-Brun.
 
 
 
Un réponse alam­bi­quée de la tête de liste FN
 
 
Au final, cinq can­di­dats se sont enga­gés à ne rien construire sur le cœur his­to­rique de l’Esplanade : Denis Bonzy, Matthieu Chamussy, Maurice Colliat et Eric Piolle. Deux ont déclaré vou­loir construire : Philippe de Longevialle et Jérôme Safar. Quant à Mireille d’Ornano, elle a fait une « réponse alam­bi­quée », selon Bruno de Lescure. Elle « s’engage à ne rien entre­prendre sans concer­ta­tion préa­lable avec les signa­taires mais ne s’engage pas à ne rien construire ».
 
 

Réalisation : JK Production on Vimeo.

 
 
 
Des modi­fi­ca­tions mineures
 
 
Pour mémoire, la péti­tion, qui a cir­culé d’avril 2012 à juin 2013, avait per­mis d’imposer la tenue d’un conseil muni­ci­pal extra­or­di­naire, le 17 juin der­nier. Objectif visé : sta­tuer sur le gel du pro­jet jusqu’en mars 2014. Mais la muni­ci­pa­lité s’est obs­ti­née et l’a main­tenu. Une déci­sion qui a conduit Vivre à Grenoble à enter­rer sym­bo­li­que­ment sur le par­vis de la mai­rie la charte de la démo­cra­tie locale
 
 
L’association Vivre à Grenoble a enterré la charte de la démocratie locale juste avant un conseil municipal polémique sur l'Esplanade

© Joël Kermabon / placegrenet.fr

 
 
L’association a, entre temps, intenté une action judi­ciaire auprès du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif. Sa demande ? L’annulation de la déli­bé­ra­tion en date du 25 juin 2012 qui valide la révi­sion sim­pli­fiée du PLU per­met­tant de lan­cer le pro­jet. Le 17 décembre 2013, le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif reto­quait la déci­sion du conseil muni­ci­pal. En sub­stance, l’instance admi­nis­tra­tive a suivi les requé­rants, pointé des pro­blèmes de pro­cé­dure et inva­lidé la hau­teur de cer­tains des immeubles. Mais « ce sont des modi­fi­ca­tions mineures à nos yeux » nous confie Patrice Guinard-Brun. L’association a donc décidé de pour­suivre sa lutte.
 
Suite dans le pro­chain épi­sode du feuille­ton Esplanade. Reste à savoir si la nou­velle sai­son avec la future équipe muni­ci­pale tien­dra ses pro­messes et si l’audience sera conquise.
 
 
Joël Kermabon
 

 

commentez lire les commentaires
4160 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.