Appel Forêt -
Les troupes allemandes marchant sur le Boulevard Edouard Rey © Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère

Automne 43 : résistance et répressions

Automne 43 : résistance et répressions

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
ENTRETIEN – Alors que l’on com­mé­more, cette année, les 70 ans de la libé­ra­tion de Grenoble, le musée de la résis­tance et de la dépor­ta­tion de l’Isère pro­pose au public de décou­vrir jusqu’au 19 mai pro­chain son expo­si­tion tem­po­raire “Automne 1943”. Grenoble bas­cule alors dans la guerre. Jusque-là pla­cée sous l’autorité du gou­ver­ne­ment de Vichy, puis occu­pée par les Italiens, la capi­tale des Alpes est enva­hie en sep­tembre par les troupes alle­mandes. Ce seront les années les plus sombres de la Seconde Guerre mon­diale pour la ville isé­roise, entre résis­tance et répres­sions. Rencontre avec Gilles Emprin, his­to­rien et cores­pon­sable du ser­vice édu­ca­tif du musée. Il revient pour nous sur cette période de l’Histoire.
 
 
 
L'exposition "Automne 1943 - résistance et répressions" est à découvrir jusqu'au 19 mai au Musée de la Résistance de Grenoble © Maïlys Medjadj

L’exposition « Automne 1943 – résis­tance et répres­sions » est à décou­vrir jus­qu’au 19 mai au Musée de la Résistance de Grenoble © Maïlys Medjadj

“Automne 1943, résis­tance et répres­sions” est la nou­velle expo­si­tion tem­po­raire du musée de la résis­tance et de la dépor­ta­tion de l’Isère. Pourquoi avoir choisi ce sujet ?
 
2014 est une grosse année de com­mé­mo­ra­tions, avec notam­ment le 70ème anni­ver­saire de la libé­ra­tion de Grenoble. Mais le vrai tour­nant dans l’histoire de l’Isère, c’est l’automne 1943, avec le début de l’occupation alle­mande. Une occu­pa­tion qui va chan­ger beau­coup de choses, aussi bien pour la résis­tance que pour la vie quo­ti­dienne et les Grenoblois en géné­ral. Au tra­vers de cette expo­si­tion, nous avons voulu mon­trer ce tour­nant his­to­rique pour la capi­tale des Alpes.
 
 
 
En quoi l’au­tomne 1943 repré­sente-t-il véri­ta­ble­ment un tour­nant dans l’his­toire de l’Isère ?
 

 

Les troupes allemandes à Grenoble © Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère

Les troupes alle­mandes à Grenoble © Musée de la résis­tance et de la dépor­ta­tion de l’Isère

Les Français ont vécu dif­fé­rents évé­ne­ments lors de cette période. Dès 1940, Paris est occu­pée par les Allemands. La situa­tion y est donc dif­fi­cile mais claire. Dans la zone sud, c’est plus com­pli­qué. Tout le Sud-Est de la France est une zone dite “libre”, pla­cée sous l’autorité du gou­ver­ne­ment de Vichy. Les habi­tants ont, pen­dant deux ans, l’impression d’une rela­tive tran­quillité. Le gou­ver­ne­ment de Vichy est en effet répres­sif contre cer­tains types de per­sonnes comme les com­mu­nistes, les francs-maçons, les Juifs et les étran­gers, mais l’Isérois moyen n’est pas direc­te­ment menacé.
 
A par­tir de novembre 1942, cette zone passe sous auto­rité ita­lienne, suite à des accords signés entre les Allemands et les Italiens. La zone libre dis­pa­raît alors tota­le­ment et s’ouvre une période d’occupation assez spé­ciale qui va durer neuf mois. L’armée ita­lienne n’est pas dans une logique de guerre mais de contrôle, d’affirmation. Quelques maquis sont atta­qués par des Italiens en Haute-Savoie mais, glo­ba­le­ment, le cli­mat est plu­tôt calme. A titre d’exemple, il n’y a eu qu’un seul mort en Isère et une cin­quan­taine d’arrestations durables durant cette période. Les Italiens partent fina­le­ment le 8 sep­tembre 1943 dans le plus grand désordre et sont immé­dia­te­ment rem­pla­cés par les Allemands. Et là, tout va chan­ger. Grenoble entre véri­ta­ble­ment dans la Seconde Guerre mondiale.
 
 
 
Qu’est-ce qui va chan­ger avec l’arrivée des troupes alle­mandes dans la capi­tale des Alpes ?
 
Les Allemands arrivent très rapi­de­ment après le départ des troupes ita­liennes, dès les 8 et 9 sep­tembre 1943. Et dès le mois d’octobre, ils pro­cèdent à des rafles dans les vil­lages isé­rois sus­cep­tibles d’abriter des réfu­giés juifs. Beaucoup d’entre eux se sont, en effet, réfu­giés en Isère au moment de l’occupation ita­lienne puisque toutes les dépor­ta­tions ont été stop­pées. La région était deve­nue, en quelque sorte, un refuge pour les per­sé­cu­tés de tous styles et, sur­tout, pour les Juifs. Mais ce refuge va deve­nir un piège.
 
 
L'explosion de la Caserne de Bonne le 2 décembre 1943 © Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère

L’explosion de la caserne de Bonne le 2 décembre 1943 © Musée de la résis­tance et de la dépor­ta­tion de l’Isère

 
 
 
La résis­tance était-elle alors déjà bien orga­ni­sée à Grenoble ?
 
Grenoble était un peu le centre névral­gique. Il ne faut tou­te­fois pas croire que la résis­tance se résu­mait à des jeunes armés se cachant dans les mon­tagnes et atta­quant les Allemands. Cette forme de résis­tance a existé mais lors de la phase finale du prin­temps 1944. La résis­tance com­mence bien avant. Elle prend d’abord une forme poli­tique et a pour objec­tif de réveiller les consciences, notam­ment contre le gou­ver­ne­ment de Vichy mené par le Maréchal Pétain.
C’est l’arrivée des Allemands qui va chan­ger la donne. Et l’évènement qui marque ce tour­nant, c’est l’assassinat le 6 octobre 1943 de l’ingénieur hydrau­li­cien André Abry, devant son domi­cile. Les Allemands vont alors mon­trer leur vrai visage. Cela va pro­vo­quer une entrée en résis­tance de bon nombre de Grenoblois comme les mili­taires, ce qui débou­chera notam­ment sur les explo­sions du dépôt d’artillerie du Polygone, le 14 novembre 1943, et de la Caserne de Bonne le 2 décembre 1943.
 
 
 
La “Saint-Barthélemy gre­no­bloise”, orga­ni­sée du 25 au 30 novembre 1943, est un autre moment capi­tal de l’histoire de la résis­tance à Grenoble. Onze principaux
Représentation des événements de la "Saint-Barthélémy grenobloise" du 25 au 30 novembre 1943 © Maïlys Medjadj

Représentation des évé­ne­ments de la « Saint-Barthélémy gre­no­bloise » du 25 au 30 novembre 1943 © Maïlys Medjadj

res­pon­sables seront assas­si­nés et huit mour­ront en déportation…
 
En effet, l’armée alle­mande va essayer de cou­per des têtes. Elle pense qu’arrêter les chefs va  désor­ga­ni­ser la résis­tance. Les ser­vices de ren­sei­gne­ment de l’armée alle­mande lancent alors l’opération de la “Saint-Barthélemy gre­no­bloise”, mais ils confient la tâche à des “col­la­bos” fran­çais, comme Francis André, dit “gueule tor­due”. Il y aura en Isère, envi­ron un mil­lier de miliciens.
 
 
 
Beaucoup d’Isérois ont-ils été déportés ?
 
11 novembre 1943 © Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère

11 novembre 1943 © Musée de la résis­tance et de la dépor­ta­tion de l’Isère

Pendant neuf mois, le temps de l’occupation ita­lienne, les dépor­ta­tions de Juifs sont peu nom­breuses. Évidemment, quand les troupes alle­mandes arrivent à Grenoble, les rafles reprennent. C’est notam­ment le cas à Saint-Pierre de Chartreuse, le 1er octobre 1943. Aloïs Brunner, l’un des plus grands cri­mi­nels de guerre nazi, vien­dra même à Grenoble au prin­temps 1944 pour pro­cé­der à l’arrestation de Juifs.
 
A tout cela, s’ajoute une vague de dépor­ta­tions de résis­tants. Ceux de la mani­fes­ta­tion du 11 novembre 1943, notam­ment. Entre 1 500 et 2 000 per­sonnes défilent, ce jour-là, dans les rues de la ville et entonnent la Marseillaise devant le monu­ment des Diables bleus. 370 hommes, dont beau­coup de jeunes, seront arrê­tés et envoyés dans les camps de concen­tra­tion de Dora-Mittelbau et Mauthausen. Seuls 120 en revien­dront. Au total, 1 700 résis­tants poli­tiques et un mil­lier de Juifs ont été dépor­tés durant cette période.
 
 
 
Dans le cadre de cette expo­si­tion, une nou­velle col­lec­tion inti­tu­lée “Parcours de résis­tants” est édi­tée par le musée de la résis­tance. Vous en avez rédigé le pre­mier ouvrage, inti­tulé “Gaston Valois, la République à en mou­rir”. Pourquoi avoir choisi ce personnage ? 
 
 
Le Docteur Gaston Valois, responsable des Mouvements Unis de la Résistance fut assassiné lors de la "Saint-Barthélémy grenobloise" © Maïlys Medjadj

Le Dr Gaston Valois, res­pon­sable des Mouvements Unis de la Résistance, fut assas­siné lors de la « Saint-Barthélémy gre­no­bloise » © Maïlys Medjadj

Gaston Valois est l’un des per­son­nages mar­quant de cette époque. Il est ouver­te­ment anti-Vichy et résis­tant. Chef régio­nal des Mouvements unis de la Résistance, il est l’ancien maire et conseiller géné­ral de Tullins. Pendant les deux pre­mières années de la guerre, il est intou­chable car il a une vie sociale extrê­me­ment déve­lop­pée. Quand arrivent les Allemands, il est évident qu’il doit quit­ter le dépar­te­ment mais, au lieu de cela, il s’installe à Grenoble. Ce geste était comme une sorte de défi. Il sera fina­le­ment assas­siné lors de la “Saint-Barthélemy grenobloise”.
 
 
 
Maïlys Medjadj
 
 
Automne 43 – Résistance et répressions
 
Musée de la résis­tance et de la dépor­ta­tion de l’Isère, 14 rue Hébert, à Grenoble.
Exposition à décou­vrir jus­qu’au 19 mai 2014, du lundi au ven­dredi de 9h à 18h, le mardi de 13h30 à 18h, le samedi et le dimanche de 10h à 18h (fermé le 1er mai).
 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

MM

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Cérémonie commémorative Appel du 18 juin 1940, jeudi 18 juin 2020 au Monument de la Résistance, place de la Résistance © Léo Aguesse – Place Gre’net
Grenoble commémore l’appel du 18 juin devant le Mémorial de la Résistance

FLASH INFO — La Ville de Grenoble commémore l'appel du 18 juin du Général de Gaulle devant le Mémorial de la Résistance, vendredi 18 juin Lire plus

Décès de l'historien Marc Ferro, ancien étudiant grenoblois, engagé dans la Résistance dans le Vercors
Décès de l’historien Marc Ferro, ancien étudiant grenoblois, engagé dans la Résistance dans le Vercors

FLASH INFO — L'historien français Marc Ferro est décédé dans la nuit du mercredi 21 au jeudi 22 avril, à l'âge de 96 ans. Ce Lire plus

Commémoration de la libération de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Cérémonies, projections, concert… Grenoble a commémoré le 76e anniversaire de sa libération

  REPORTAGE VIDÉO - Grenoble a commémoré, ce 22 août 2020, le 76e anniversaire de sa libération le 22 août 1944. Plusieurs temps ont ponctué Lire plus

Grenoble commémore la Résistance mercredi 27 mai à 11 heures

  FLASH INFO – À l'occasion de la Journée nationale de la Résistance mercredi 27 mai, la Ville de Grenoble annonce commémorer « les femmes Lire plus

Affiche de l'Union française pour le suffrage des femmes. Coll. Archives départementales de l'Isère.
Les “Femmes des années 40” mises en lumière au Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère

  FOCUS - Avec l’exposition « Femmes des années 40 », présentée jusqu’au 18 mai 2020, le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère Lire plus

Le 75e anniversaire des combats du Vercors sera commémoré dimanche 21 juillet à Vassieux-en-Vercors

  FIL INFO – Soixante-quinze années se sont écoulées depuis l’assaut de la Wehrmacht sur le maquis du Vercors. Et le massacre de plus de Lire plus

Flash Info

|

28/07

16h27

|

|

28/07

12h09

|

|

28/07

9h40

|

|

27/07

20h21

|

|

27/07

12h00

|

|

27/07

10h43

|

|

26/07

10h46

|

|

25/07

12h06

|

|

22/07

19h24

|

|

16/07

23h31

|

Les plus lus

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin