Denis Bonzy : l’outsider décomplexé

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

PORTRAIT INTERACTIF – Disparu du paysage politique local depuis 2001 après plusieurs mandats publics, Denis Bonzy travaille son retour depuis trois ans. Ancien élu RPR et collaborateur d’Alain Carignon, il se présente désormais sous l’étiquette de la « société civile » et mise sur un « coup de balai électoral » pour conquérir le 11 boulevard Jean Pain. 

 

 
Les muni­ci­pales : un scru­tin de listes mais un bul­le­tin de cœur. Plus qu’une équipe, c’est sur­tout le nom d’un maire qui sera glissé dans l’urne les 23 et 30 mars pro­chains. Place Gre’net vous fait décou­vrir un can­di­dat chaque dimanche jusqu’au pre­mier tour. Son par­cours poli­tique, mais aussi ses attaches per­son­nelles et son tem­pé­ra­ment pour faire votre choix avec conscience et convic­tion.
 

Passez votre sou­ris sur l’i­mage et cli­quez sur les vignettes pour les ani­mer. Photo : Nils Louna  / Interactivité : Victor Guilbert  © placegrenet.fr

 

 
7 ave­nue Félix-Viallet. 1er étage. Le local de cam­pagne est net­te­ment plus dis­cret que ceux des listes concur­rentes mais l’accueil plus enthou­siaste aussi, ponc­tué d’allusions à des dis­cus­sions inache­vées. Cette mémoire inal­té­rable des détails carac­té­rise Denis Bonzy. « Une orga­ni­sa­tion ingé­nieu­riale et un opti­misme conta­gieux », ajoute Elizabeth Zitoun qui figure en deuxième place de la liste. « Susceptible », tem­po­rise – après plu­sieurs éloges – une autre connais­sance, qui s’amuse de le voir réagir immé­dia­te­ment à chaque attaque ciblée sur les réseaux sociaux ou ailleurs, « avec pon­dé­ra­tion mais rigueur ».
 
La contre-attaque, il la mène effec­ti­ve­ment tou­jours lui-même. Parce qu’il est le prin­ci­pal inté­ressé, certes. Mais aussi en rai­son d’une équipe plus limi­tée que les grandes for­ma­tions et mul­tiples « ras­sem­ble­ments » rivaux. Les rangs se sont clair­se­més avec le temps. Parmi la quin­zaine de membres du comité de pilo­tage qui l’accompagnaient depuis jan­vier 2012 pour la pré­pa­ra­tion du pro­jet, plu­sieurs ont fait défec­tion durant l’été 2013.
 
« Des UMPistes pour la plu­part », pré­cise sa numéro 2. Désillusionnés, aga­cés par la réti­cence que Denis Bonzy ne man­quait pas d’exprimer envers leur parti ou appe­lés par d’autres can­di­dats à la pri­maire de la droite. Chacun avait ses rai­sons. « Un épi­sode qui reste dou­lou­reux » pour le pré­sident du Club20, nom d’époque de cette équipe res­ser­rée.
 
 
Reconnaissant envers Alain Carignon
 
 
La suite n’est pas plus repo­sante. À la ren­trée, il adhère à la dyna­mique d’union de l’opposition en pos­tu­lant aux pri­maires ouvertes de l’UMP. Il y retrouve quelques connais­sances. Comme Alain Carignon, dont il fût le jeune direc­teur de cam­pagne, puis celui de cabi­net à la mai­rie de Grenoble, de 1983 à 1986.
 
Ses rivaux d’aujourd’hui ne manquent jamais de lui rap­pe­ler cette proxi­mité d’antan, ce qui n’est pas sans l’agacer. C’est le but. Confirmation de la sus­cep­ti­bi­lité ? « Vous ne pou­vez pas résu­mer trente ans d’activité à une rela­tion de trois ans », réplique-t-il. « Je lui suis recon­nais­sant de m’avoir fait confiance, mais nous avons des diver­gences de fond. Les débats des pri­maires l’ont démon­tré ».
 

 

 Passez votre sou­ris sur l’i­mage et cli­quez sur les vignettes pour les ani­mer. Photo : Nils Louna – Interactivité : Victor Guilbert  © placegrenet.fr
 
Indisposé par la tour­nure que prennent les pri­maires – sus­pen­dues puis fina­le­ment annu­lées en rai­son de désac­cords internes sur le mode de scru­tin – Denis Bonzy jette l’éponge le pre­mier et se lance seul dans la course, avant le feuille­ton des listes édic­tées par le bureau d’investiture de l’UMP. Il n’est pas effrayé par les cam­pagnes élec­to­rales. Il est d’ailleurs le seul des têtes de liste aujourd’hui en lice à avoir rem­porté des élec­tions en son nom propre.
 
 
Féru de poli­tique amé­ri­caine
 
 
Ce coup de sang de marin soli­taire lui per­met d’étoffer son équi­page. Séduites par cet acte d’indépendance et de déter­mi­na­tion, des per­son­na­li­tés – ainsi que de « nom­breux citoyens qui frappent aujourd’hui à la porte » – lui apportent leur sou­tien lors de cette deuxième vague de recru­te­ment. Pierre de Villard, ancien vice-pré­sident de la CCI, ancien conseiller géné­ral et ancien conseiller muni­ci­pal de Grenoble. Mais aussi Elizabeth Zitoun, du parti chré­tien-démo­crate de Christine Boutin et orga­ni­sa­trice en Isère du mou­ve­ment contre le mariage homo­sexuel. « Il m’a accep­tée comme j’étais, avec mes valeurs et mes enga­ge­ments », appré­cie-t-elle. Dernier sou­tien en date, le très libé­ral et plus modé­ré­ment média­tique Denis Payre estam­pille la liste de son label « Nous Citoyens » pour encou­ra­ger le renou­vel­le­ment de la vie poli­tique que pro­pose ce mou­ve­ment.
 
Économiquement de droite, avec pour pro­gramme social la « cha­rité de cœur » (touche chré­tiens-démo­crates), conser­va­teur sur les ques­tions de société, inflexible sur le volet éthique, pré­voyant le non-cumul de man­dats dans le temps et un pou­voir de révo­ca­tion de la part des citoyens, son iden­tité poli­tique détonne. De ce côté de l’Atlantique seule­ment. Car c’est de Boston à Toronto que ce féru de « poli­tique US » l’a matu­rée. Idem pour les tech­niques de veille numé­rique. « C’est ma véri­table per­ma­nence de cam­pagne. Celle-ci est ouverte 24 heures sur 24 ».
 
 
Victor Guilbert 
 
 
MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
6677 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Bonjour Denis,
    C’est tou­jours avec pas­sion que je suis ton che­min poli­tique (depuis les muni­ci­pales 1983) même si je com­mu­nique peu.
    Tu es un réfé­rence pour moi et je ne peux dire que RESPECT et ADMIRATION pour ton enga­ge­ment sur le fond et sur la forme.
    Cordialement Jacques

    sep article
  2. Mr Denis Bonzy a ruiné la com­mune de St Paul de Varces pen­dant qu’il était maire avec des tra­vaux pha­rao­niques. Ses suc­ces­seurs à la mai­rie de St Paul ont du épon­ger ses dettes.

    De plus pour un RPR se faire pas­ser pour « société civile » c’est assez fort.

    Je sou­haite bien du cou­rage aux gre­no­blois qui vote­ront pour lui.

    Je vois bien Mr Denis Bonzy faire liste com­mune avec Chamussy au 2e tour pour être sur une place éli­gible…

    sep article
  3. PORTRAIT DE DENIS BONZY RELATIVEMENT FIDELE .….
    mais qui manque de pré­ci­sions qui me semblent inté­res­santes à dévoi­ler aux élec­teurs :
    * C’est un infa­ti­gable tra­vailleur qui cumule plu­sieurs fonc­tions sans faillir un seul ins­tant (père de famille, ensei­gnant dans une école d’in­gé­nieurs, chef d’en­tre­prise – consul­ting -, blo­gueur insa­tiable- ali­mente quo­ti­dien­ne­ment au moins 5 sites -, twee­teur redou­table, chef de file incon­testé au sein de son équipe élec­to­rale et globe-trot­teur infa­ti­gable depuis un an – il a par­couru toutes les rues de Grenoble, à pieds et tou­jours seul). C’est un atout indé­niable pour faire face au tra­vail à assu­mer pour bien gérer une muni­ci­pa­lité comme Grenoble.
    * Il est l’im­pa­tient qui fait preuve de patience : il sait attendre et don­ner du temps pour per­mettre à ceux qui l’en­tourent de répondre à sa demande mais il ne lais­sera pas une seconde à ses détrac­teurs pour leur voler dans les plumes, et ce aussi bien lors­qu’il est face à eux ou der­rière son écran PC. Sa réac­ti­vité est aussi une preuve de capa­cité à réagir en cas de crise au sein d’une muni­ci­pa­lité : il ne lais­sera pas les situa­tions « pour­rir » comme cer­tains.
    * Il est intel­li­gent et très cultivé : au point de lais­ser bouche bée de nom­breux inter­lo­cu­teurs lors­qu’il s’a­git de débattre sur n’im­porte quel sujet et face à face sans note. C’est aussi une qua­lité indé­niable que doit pos­sé­der un lea­der pour que Grenoble soit bien gou­ver­née.
    * Il est docu­menté comme aucune autre per­sonne que je connais : en plus de sa mémoire phé­no­mé­nale – au point de se sou­ve­nir du jour et l’heure pré­cise d’une ren­contre ou d’un évè­ne­ment qui s’est déroulé il y a de très nom­breuses années -, il est avide de curio­sité et connais­sance – il lit chaque soi­rée avant d’al­ler se cou­cher -. Il étonne par sa connais­sance non seule­ment des faits divers mais aussi de poli­tique fran­çaise et nord amé­ri­caine, et de presque tout se qui se passe dans notre dépar­te­ment.
    Et enfin c’est une « plume » (comme on le disait de Henri Guaino pour Nicolas Sarkozy): une plume si pré­cise qu’elle me rap­pelle un pro­verbe chi­nois qui dit « un écri­vain adroit est capable de tuer (au sens figuré bien entendu) plus effi­ca­ce­ment qu’un tireur expé­ri­menté ! ». Sa plume peut donc être très inci­sive, mor­dante et sou­vent très docu­men­tée pour vous « tailler un cos­tume sur mesure » ! Alors il faut nous attendre à des échanges écrits pas­sion­nants durant ces 2 mois avant le 1er tour des muni­ci­pales.

    sep article