Le musée de Grenoble, un écrin de 20 ans

sep article

Notre indépendance c

FOCUS – Trop à l’étroit dans l’ancien musée du XIXème siècle construit place de Verdun d’après les plans de Charles-Auguste Questel, les collections ont été déplacées il y a 20 ans. Le 29 janvier 1994, le musée ouvrait pour la première fois ses portes au public, place de Lavalette. Si celui-ci reste d’une étonnante modernité, il manque aujourd’hui à nouveau un peu d’espace.

 

 

 

 

SeriePhotoCreditMuseeGrenoble17
 
« Nous avions une col­lec­tion, l’une des toutes pre­mières de France et d’Europe. A par­tir de cette col­lec­tion, nous avons écrit le pro­gramme muséo­gra­phique et ensuite nous avons construit le bâti­ment » confiait, le 28 jan­vier 1994, Serge Lemoine, alors conser­va­teur du musée de Grenoble. L’humilité du pro­jet archi­tec­tu­ral, entiè­re­ment dévoué aux œuvres, ne doit tou­te­fois pas mas­quer la for­mi­dable per­for­mance des trois archi­tectes rete­nus, Olivier Félix-Faure, Antoine Félix-Faure et Philippe Macary.
 
L’utilisation des der­nières tech­no­lo­gies et l’a­gen­ce­ment com­plexe et judi­cieux des formes a donné lieu à la construc­tion d’un édi­fice moderne et adapté. Celui-ci per­met en effet de mettre en valeur et d’ex­po­ser lar­ge­ment les pièces les plus impor­tantes et les plus célèbres, tout en pré­ser­vant les chefs-d’œuvre pour les géné­ra­tions futures.
 
 SeriePhotoCreditMuseeGrenoble18
 
 

Une création artistique qui reste moderne

 
 
SeriePhotoCreditMuseeGrenoble19Le cli­mat, la lumière, la pol­lu­tion, les infes­ta­tions d’in­sectes… Tout devait être maî­trisé. Des mesures ont donc été prises pour réduire au maxi­mum le nombre et la gra­vité des dégra­da­tions que les fac­teurs envi­ron­ne­men­taux aidés par le temps ne manquent pas de pro­duire sur les œuvres expo­sées. De quoi limi­ter le tra­vail de res­tau­ra­tion qui fait par­tie des mis­sions du musée.
 
 
SeriePhotoCreditMuseeGrenoble11
Au-delà de son côté par­fai­te­ment fonc­tion­nel, cet édi­fice est réussi, sur­pre­nant. « C’est une créa­tion artis­tique qui n’a pas vieilli en vingt ans. Il suf­fit d’in­ter­ro­ger les visi­teurs pour se rendre compte immé­dia­te­ment du plai­sir que pro­cure cette archi­tec­ture avec sa lumière, ses espaces, ses ouver­tures sur l’ex­té­rieur et sa dimen­sion très vivante » assure Guy Tosatto, direc­teur et conser­va­teur du musée depuis 2002.
 
« L’architecture a per­mis de mon­trer la col­lec­tion au public comme on ne l’a jamais mon­trée jus­qu’a­lors ». Et le musée « per­met au visi­teur de trou­ver tout ce qu’il est en droit d’at­tendre d’un musée moderne digne de ce nom ». A savoir, en plus des salles d’ex­po­si­tion et d’un audi­to­rium, une biblio­thèque autour de l’his­toire de l’art, un centre de docu­men­ta­tion acces­sible aux cher­cheurs, une librai­rie et aussi, un res­tau­rant.
 
 

Un musée à l’étroit

 
 
Une loi fran­çaise inter­di­sant aux musées de vendre les œuvres ins­crites à l’in­ven­taire, les col­lec­tions s’a­gran­dissent inexo­ra­ble­ment. « Le bâti­ment a un petit peu atteint ses limites, après deux décen­nies d’exis­tence » juge ainsi Guy Tosatto. Les salles – 1 et – 2, consa­crées à l’art contem­po­rain, sont les plus pro­blé­ma­tiques, « compte tenu à la fois du for­mat des œuvres contem­po­raines, sou­vent assez impo­sant, et de la richesse de la col­lec­tion d’art contem­po­rain du musée de Grenoble » confie le conser­va­teur. Pour autant, l’a­gran­dis­se­ment du musée n’est pas d’ac­tua­lité. Ce n’est aujourd’­hui qu’un rêve.
 
 SeriePhotoCreditMuseeGrenoble05
 
Une repro­gram­ma­tion muséo­gra­phique a déjà été réa­li­sée il y a dix ans avec les archi­tectes du musée. « J’ai entiè­re­ment repris l’ac­cro­chage du XXème siècle pour lais­ser une place plus impor­tante à cer­tains mou­ve­ments de l’art contem­po­rain », explique Guy Tosatto. Le musée ne pré­voit tou­te­fois pas de repro­gram­ma­tion muséo­gra­phique à court terme. Aujourd’hui, en l’é­tat des col­lec­tions, cela néces­si­te­rait de faire des choix cor­né­liens.
 
« On a la néces­sité de mon­trer nos grands chefs-d’œuvre du XXème siècle. Sinon, toute une par­tie de notre public serait très frus­trée de ne pas voir un cer­tain nombre d’œuvres qu’il vient voir régu­liè­re­ment au musée ». Ainsi, la stra­té­gie adop­tée est-elle aujourd’­hui de renou­ve­ler l’ac­cro­chage assez régu­liè­re­ment, compte tenu de l’en­ri­chis­se­ment per­ma­nent des col­lec­tions, en par­ti­cu­lier dans l’art contem­po­rain. « Le renou­vel­le­ment de cet accro­chage per­met de mon­trer d’autres œuvres qui font par­ties de nos col­lec­tions ».
 
Une stra­té­gie qui per­met au musée de Grenoble de se pla­cer dans le pelo­ton de tête des musées régio­naux.
 
 
 Réalisation Véronique Magnin et JK Production
 
 
Texte : Véronique Magnin
Photographies : musée de Grenoble
 
 
Le Musée des sous-sols au pla­fond  
 
Le musée de Grenoble s’in­sère dans un cadre his­to­rique plus ancien, celui du parc où se côtoient quinze sculp­tures du XXème et des ves­tiges médié­vaux. Il est lui-même bâti sur des ruines gallo-romaines et érigé au des­sus d’un par­king de trois étages pré­ser­vant les col­lec­tions de tout risque d’i­non­da­tion en cas de crue excep­tion­nelle de l’Isère.
 
SeriePhotoCreditMuseeGrenoble24 SeriePhotoCreditMuseeGrenoble23En son centre, une large gale­rie bai­gnée de lumière natu­relle fait office de colonne ver­té­brale. Depuis cette vaste rue inté­rieure, s’ouvrent des pas­sages à gauche vers les col­lec­tions per­ma­nentes. A com­men­cer par les salles d’art ancien avec, au bout, les salles consa­crées à la sculp­ture du XIXème. Ces der­nières étaient « tota­le­ment absentes dans l’an­cien musée du XIXème, place de Verdun » tient à pré­ci­ser Guy Tosatto. Les ouver­tures à droite per­mettent d’accéder aux salles dédiées aux expo­si­tions tem­po­raires.
 
La gale­rie débouche sur un immense espace courbe, où se déploient les col­lec­tions du XXème. Et aux niveaux ‑1 et ‑2, les visi­teurs peuvent décou­vrir les der­nières pro­po­si­tions de l’art contem­po­rain. Il ne fau­drait pas oublier les pre­mières salles en sous-sol dédiées au fonds d’antiquités égyp­tiennes étu­dié et docu­menté par Champollion, lors de ses séjours à Grenoble.
 
Enfin, dans la tour de l’Isle, acces­sible par une pas­se­relle vitrée et aérienne, le cabi­net d’art gra­phique et ses des­sins anciens. Quant aux indis­pen­sables réserves du musée, elles per­mettent de conser­ver tous types d’œuvres, « du timbre poste jus­qu’à l’ins­tal­la­tion qui fait plus d’une cen­taine de mètres car­rés » pré­cise Guy Tosatto.
 
 
commentez lire les commentaires
5345 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. « Serge Lemoigne, conser­va­teur du musée de Grenoble » ????
    Sauf s’il y avait un pres­qu’­ho­mo­nyme, il ne s’a­gi­rait pas plu­tôt de
    Serge Lemoine : http://fr.wikipedia.org/wiki/Serge_Lemoine

    sep article