Stations : fuite en avant pour l’or blanc

sep article

DÉCRYPTAGE – Première destination ski au monde, la France continue d’exploiter le filon de l’or blanc malgré les embûches. Car le ski, c’est d’abord un chiffre d’affaires de 7 milliards d’euros.

 
 

 

© Sarah Ginet Paradiski or blanc

Première destination ski au monde, la France continue d’exploiter le filon de l’or blanc. © Sarah Ginet Paradiski

Seulement 7 % des Français partent aux sports d’hiver, comme le relevait déjà en 2006 Philippe Bourdeau de l’Institut de géographie alpine de Saint-Martin-d’Hères, dans le journal du CNRS.
 
Plus récemment, une enquête du Credoc (Centre de recherches pour l’étude et l’observation des conditions de vie) estimait à 8 % la proportion de personnes partant skier au moins une année sur deux. 
 
Et si la fréquentation est en hausse de 5 % en 2012-2013 (avec une moyenne de 1 % ces dernières années), l’or blanc ne profite pas à tout le monde. Dans une économie en circuit fermé où les profits vont à quelques sociétés et grands groupes privés, où les investissements et joies de la glisse bénéficient à une clientèle plutôt aisée, le Français lambda a de quoi se sentir exclu. 
 
Car une semaine pendant les vacances d’hiver dans les Alpes revient en moyenne à 900 euros par personne. De quoi en refroidir plus d’un, malgré les bons plans et autres opérations de promotion lancés par les stations de ski.
 
 
25 % de clients étrangers
 
 
Dans ces conditions, de nombreuses stations chouchoutent la clientèle étrangère. En France, celle-ci représente 25 % des skieurs, contre 66 % en Autriche et 50 % en Suisse. Mais à Val d’Isère ou aux 3 Vallées, un skieur sur deux est tout de même étranger.
 
Une clientèle convoitée – car fortunée – que les stations tentent de satisfaire, quitte à faire monter les enchères. Avec des domaines skiables plus grands, de plus en plus interconnectés, afin de proposer plus de kilomètres de pistes. Mais aussi avec de plus en plus d’équipements et d’animations.
 
© David André or blanc

© David André

 
Après une pause dans les années quatre-vingt dix, les projets d’extension des domaines skiables ont repris. Prochain en vue ? La jonction entre l’Alpe d’Huez et Les 2 Alpes, voire jusqu’aux Sybelles.
 
D’après les chiffres de Domaines skiables de France, 300 millions d’euros sont chaque année investis pour entretenir et renouveler le parc de remontées mécaniques en France. Avec au final, une hausse du prix des forfaits
 
Mais le jeu en vaut la chandelle. Car le ski, c’est la poule aux œufs d’or. Le chiffre d’affaires des stations de sports d’hiver s’élève ainsi à 7 milliards d’euros, soit 18 % de l’économie du tourisme en France. Une manne qu’il s’agit d’alimenter.
 
Jusqu’à quel point ? Car plutôt que de réhabiliter le parc ancien, les stations construisent sans cesse de nouveaux lits. Val Thorens a ainsi ouvert 2 000 lits touristiques ces trois dernières années et le confort de ses hôtels et résidences atteint des sommets. Deux nouveaux hôtels 5 étoiles ont été inaugurés en 2013 et un nouveau Club Med de 750 lits verra le jour en décembre 2014.
 
Fuite en avant ? En septembre 2011, le préfet de Savoie s’en inquiétait*. « La construction de nouveaux lits a ses limites, soulignait-il. Leur nombre a augmenté en Tarentaise de 21 % entre 1997 et 2009 pour 7 % de fréquentation en plus. »
 
 
Patricia Cerinsek
 
 
* Le Dauphiné Libéré édition Savoie du 20 septembre 2011.

 

 
Découvrez l’intégralité du dossier spécial ski :
 
Credit Nils louna

Ski de fond/ ski de piste : quel avenir ? – © Photo Nils Louna / Place Gre’net

 
➝ Palmarès – Les stations des Alpes au sommet
➝ Focus – Vers des stations vert…ueuses ?
➝ Décryptage – Au ski, on ne skie (presque) plus
➝ Décryptage – Les sites nordiques cherchent une piste
➝ Focus – Sites nordiques : un label pour bien choisir
 
 
 
commentez lire les commentaires
2383 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.