Hommage hété­ro­clite à Clément Méric

Hommage hété­ro­clite à Clément Méric

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
REPORTAGE – 200 per­sonnes envi­ron étaient ras­sem­blées, jeudi soir, place Félix Poulat en hom­mage à Clément Méric, battu à mort par des skin­heads pari­siens. Une foule com­po­sée de mili­tants venus d’horizons poli­tiques divers, d’é­lus et de « simples citoyens heurtés ».
© Victor Guilbert

© Victor Guilbert

Ce devait être un ras­sem­ble­ment silen­cieux. Le Mouvement des jeunes socia­listes (MJS), à l’initiative du ras­sem­ble­ment, enten­dait ainsi ne pas poli­ti­ser le drame. Mais les habi­tués du méga­phone et de la cause anti­fas­ciste n’ont pas résisté à l’en­vie de prendre la parole depuis les marches de l’église Saint-Louis. Jo Briant, fon­da­teur du Centre d’in­for­ma­tion inter-peuples (CIIP), a intro­duit la suc­ces­sion de rapides dis­cours, en sou­li­gnant « l’indignation qui devait être celle de tous les citoyens fran­çais face à une agres­sion fas­ciste mortelle ».
Victime d’une rixe à Paris dans la nuit de mer­credi à jeudi, Clément Méric, 19 ans, avait été laissé dans un état de mort céré­brale. Cet étu­diant de Sciences-Po Paris, syn­di­ca­liste et mili­tant anti­fas­ciste, est fina­le­ment décédé jeudi après-midi à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Une agres­sion qui, selon le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, por­te­rait « la marque de l’extrême droite ». Ce que semble confir­mer la mise en garde à vue de sept per­sonnes dans la jour­née de jeudi, dont cer­taines « gra­vi­te­raient » autour du « noyau dur » des Jeunesses natio­na­listes révo­lu­tion­naires. Le lea­der du grou­pus­cule pari­sien, Serge Ayoub, a cepen­dant démenti dans la matinée.
Dissolution des groupes radi­caux 
© Victor Guilbert

© Victor Guilbert

En fond de tri­bune impro­vi­sée, ce jeudi soir à Grenoble, de jeunes mili­tants anti­fas­cistes tendent une ban­de­role sur laquelle est ins­crit « De Paris à Grenoble, no pasa­ran ! ». Ils ne pas­se­ront pas. Le slo­gan répu­bli­cain espa­gnol est devenu dans la nuit celui de la mobi­li­sa­tion et de l’indignation natio­nale sur les réseaux sociaux, alors que cir­cu­laient les pre­mières infor­ma­tions liées à l’agression. C’est d’ailleurs sur ces réseaux qu’ont germé dans la jour­née les pré­mices du ras­sem­ble­ment grenoblois.
Dans la valse des prises de paroles des repré­sen­tants poli­tiques, mili­tants et syn­di­caux, une reven­di­ca­tion se démarque des dis­cours de stu­peur. Celle d’un appel una­nime à la dis­so­lu­tion des groupes d’extrême droite radi­cale. La semaine der­nière, le Président du Conseil régio­nal de Rhône-Alpes avait éga­le­ment for­mulé ce vœu dans un cour­rier adressé à Manuel Valls, sur demande des groupes poli­tiques de la majo­rité de gauche. Le grou­pus­cule des Jeunesses Nationalistes du conseiller régio­nal Alexandre Gabriac, exclu du Front National, fai­sait par­tie de la liste.
Une assem­blée hété­ro­clite 
© Victor Guilbert

© Victor Guilbert

La reven­di­ca­tion poli­tique prend ainsi le pas sur l’émotion sus­ci­tée par l’agression. Un émoi exprimé digne­ment par une minute de silence, au terme de laquelle une quin­zaine de jeunes anti­fas­cistes gre­no­blois scandent en cœur « Clément », le pré­nom de la vic­time. « L’un des nôtres », confie l’un des mili­tants « puisqu’à Grenoble, l’antifascisme est très ancré ». Les jeunes socia­listes entre­prennent de lan­cer le chant des par­ti­sans mais aban­donnent, faute de sym­pa­thi­sants pour reprendre avec eux. Drapeaux en berne à la main, des adhé­rents du Front de Gauche ont fait le dépla­ce­ment. Tout comme les membres d’Europe Ecologie les Verts et du Rassemblement citoyen de Grenoble qui viennent gros­sir les rangs.
Eux n’ont pas pris la parole publi­que­ment, mais écoutent néan­moins atten­ti­ve­ment celles des autres. Un groupe d’élus s’est formé d’un coté du demi-cercle com­po­sant l’assistance. Les séna­teurs socia­listes de l’Isère Jacques Chiron et André Vallini sont côte à côte, à quelques pas de Jérome Safar, pre­mier adjoint au maire de Grenoble. Le député-maire Michel Destot a, quant à lui, fait une fur­tive appa­ri­tion, avant d’être rapi­de­ment invec­tivé, en pleine inter­view, par plu­sieurs per­sonnes sur la poli­tique d’austérité menée par le gou­ver­ne­ment… Comme une limite de la proxi­mité politique.
Victor Guilbert
Découvrez les pho­tos de Victor Guilbert, dans le dia­po­rama ci-dessous.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

VG

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Journée de grève nationale des agents territoriaux ce 31 mars 2022 : rassemblement à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Très faible mobi­li­sa­tion à Grenoble pour la jour­née natio­nale de grève des agents territoriaux

FOCUS - Ce jeudi 31 mars 2022, journée de grève nationale des agents territoriaux, guère plus de 70 personnes se sont rassemblées vers 10 heures Lire plus

Les syndicats Sud-Solidaires, FSU, Unsa, Unef et MNL organisaient ce jeudi 17 mars 2022 un rassemblement sur la place de Verdun, dans le cadre de la journée nationale d'action pour les salaires et le pouvoir d'achat. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : un ras­sem­ble­ment inter­pro­fes­sion­nel et inter­syn­di­cal, place de Verdun, pour l’aug­men­ta­tion des salaires

FOCUS - Sud-Solidaires, la Fédération syndicale unitaire (FSU), l'Union nationale des syndicats autonomes (Unsa), l'Union nationale des étudiants de France (Unef) et le Mouvement national Lire plus

Grenoble : plu­sieurs cen­taines de per­sonnes ras­sem­blées contre la guerre en Ukraine, aux cris de « Poutine, assassin »

REPORTAGE - Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées contre la guerre en Ukraine ce samedi 5 mars 2022, à Grenoble, défilant de la rue Lire plus

Rassemblement contre la guerre en Ukraine à Grenoble, le 26 février 2022. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : entre 650 et 1 000 per­sonnes ont mani­festé leur sou­tien à l’Ukraine et dénoncé l’in­va­sion « cri­mi­nelle » de Vladimir Poutine

REPORTAGE VIDÉO - Entre 650 et 1 000 personnes se sont rassemblées rue Félix-Poulat ce samedi 26 février 2022 à 15 heures à Grenoble en Lire plus

Rassemblement organisé par la section, grenobloise d'Amnesty International contre les exactions exercées par la Chine contre la minorité musulmane des Ouïghours. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Droits humains : Amnesty inter­na­tio­nal dénonce à Grenoble les exac­tions de la Chine

EN BREF - La section grenobloise d'Amnesty international organisait, ce mardi 25 janvier 2022, un rassemblement rue Félix-Poulat à Grenoble pour dénoncer les atteintes aux Lire plus

Rassemblement des étudiants contre les suppressions d'emploi et la réforme "Trouver mon Master" le 16 décembre 2021 devant la Présidence de l'Université Grenoble Alpes
Université Grenoble Alpes : des étu­diants pro­testent contre les sup­pres­sions de postes et la pla­te­forme « Trouver mon Master »

EN BREF - Une vingtaine d’étudiants et de militants syndicaux se sont rassemblés devant la présidence de l’Université Grenoble Alpes, ce jeudi 16 décembre 2021. Lire plus

Flash Info

|

18/05

8h02

|

|

16/05

16h29

|

|

16/05

15h22

|

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

|

10/05

12h06

|

|

10/05

10h08

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 31 : « Le bur­kini tou­jours à la une de l’ac­tua­lité à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin