M‑C Tardy : “J’ai la conscience tranquille”

sep article
 
INTERVIEW – Mise en cause dans une affaire de prise illé­gale d’intérêts concer­nant l’octroi pré­sumé de mar­chés immo­bi­liers de la ville au cabi­net d’ar­chi­tec­ture de son mari, la mai­resse de Meylan revient  à l’issue d’un conseil muni­ci­pal cha­huté, sur les deux plaintes contre X qui ont été dépo­sées. Elle nie en bloc toutes les accu­sa­tions et en pro­fite pour annon­cer sa can­di­da­ture aux pro­chaines muni­ci­pales.
 
 
Marie-Christine Tardy revient sur le com­men­ce­ment de l’affaire, dont elle a appris l’exis­tence par la presse le 30 avril der­nier. « J’ai eu connais­sance de cette affaire cinq minutes avant que je n’entre au conseil muni­ci­pal, par le coup de fil d’un jour­na­liste. Et je peux vous dire que le conseil s’est très bien passé. Personne n’a vu que je pou­vais être ébran­lée par cette infor­ma­tion ».
 
Marie-Christine Tardy, qui assure ne pas avoir été encore contac­tée par les ins­ti­tu­tions judi­ciaires, a pris les devants. Dès le len­de­main de cette annonce, elle a réuni ses avo­cats, la juriste de la mai­rie, ainsi que des char­gés de pro­jets de la ville au sein de son cabi­net, afin de faire lumière sur ces accu­sa­tions. « J’ai demandé à ce que l’on m’explique les choses, au cas où j’aurais pu être écar­tée d’une déci­sion qui pour­rait être por­tée par un pré­sident de com­mis­sion d’appel d’offres ou d’urbanisme et qui aurait consisté à faire tra­vailler mon mari, payé par des fonds publics muni­ci­paux, dans mon dos. Or, il n’y a rien de cet ordre-là, rien », déclare la mai­resse, qui ajoute : « J’ai la conscience com­plè­te­ment tran­quille ».
 
Concernant des soup­çons selon les­quels la muni­ci­pa­lité aurait contraint l’un des plai­gnants à tra­vailler avec le cabi­net du mari de Marie-Christine Tardy, cette der­nière répond : « C’est tota­le­ment gra­tuit. Il y a des choses que je ne peux pas dévoi­ler aujourd’­hui car elles vont faire par­tie des élé­ments d’en­quête, mais vous ver­rez que cet argu­ment-là tombe tota­le­ment ».
 
Questionnée sur son absence de prise de parole dans la presse, la mai­resse dénonce « un achar­ne­ment » contre elle. « Je n’ai fait aucune inter­ven­tion car je ne veux pas don­ner de cré­dit à ces infor­ma­tions délé­tères et calom­nieuses », affirme-t-elle.
 
 
 « Je veux un plé­bis­cite et je l’au­rai »
 
 
Pour elle, cette affaire vient avant tout s’inscrire dans le contexte des muni­ci­pales et de la ran­cœur accu­mu­lée par ses adver­saires poli­tiques : « Vous avez vu leur manière d’être et de faire. On sent qu’ils sont en cam­pagne élec­to­rale et qu’ils se disent : s’il y avait une faille dans le sys­tème Tardy, on aurait une chance. Ils enfoncent des clous en per­ma­nence », rap­porte la mai­resse, à pro­pos de l’opposition.
 
 
 « Quand dans la plainte, on ose dire que Marie-Christine Tardy est payée en appar­te­ments, c’est faire insulte à tous les notaires de la place », tient-elle à sou­li­gner.
 
 
S’il y a quelques mois, Marie-Christine Tardy se mon­trait pru­dente à pro­pos d’une nou­velle can­di­da­ture, elle a désor­mais décidé de prendre les devants en annon­çant qu’elle se repré­sen­te­rait. « Bien sûr que je me repré­sente. Et je vais même vous dire, peut-être de façon un peu outre­cui­dante, que je veux un plé­bis­cite. Et je l’aurai », affirme la mai­resse. 
 
 
Elle se dirige ensuite vers son bureau et bran­dit une lettre : « J’ai reçu près de 200 lettres de sou­tien de la part de Meylanais qui me demandent com­ment ils pour­raient m’aider », pré­cise-t-elle. « Moi je vais vous dire, je suis excel­lente dans l’ad­ver­sité. Rien ne m’ar­rête. J’ai l’air d’une dépri­mée ? Je vais très bien ! »
 
Marie Lyan
 
 
Cet entre­tien a été réa­lisé à l’is­sue du conseil muni­ci­pal du lundi 27 mai der­nier, dans les bureaux de Mme Tardy. Il n’a pas été sou­mis à relec­ture.
 
 
La majo­rité se défend de toute pra­tique illé­gale
 
 
Alors qu’une élue éco­lo­giste a pris la parole pour deman­der que la mai­resse éta­blisse une liste de toutes les entre­prises, cabi­nets de conseils et d’architecture qui ont été impli­qués dans des mar­chés de Meylan, Damien Guiguet, son 5e adjoint, a tenu à pré­ci­ser : « C’est une obli­ga­tion légale de la com­mis­sion d’appels d’offres depuis 2011. A chaque fois que des entre­prises can­di­datent sur un mar­ché, tous leurs sous-trai­tants doivent être décla­rés. Sinon, l’offre n’est pas rece­vable », pré­cise M. Guiguet.
Il ajoute : « Vous ver­rez, lorsque la jus­tice aura fait ce qu’elle a à faire, que pas un des faits allé­gués ne concerne la com­mis­sion d’appels d’offres de Meylan ».
 
 
commentez lire les commentaires
6635 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.