Le tourisme 4 saisons, c’est pour quand ?

sep article



Saint Pierre en Chartreuse

 
 
DIVERSIFICATION – Leurs dameuses à peine ran­gées, les sta­tions de moyenne mon­tagne doivent déjà mettre le cap sur la sai­son esti­vale qui repré­sente sou­vent une part impor­tante de leur chiffre d’affaires annuel. De plus en plus confron­tées au défi du tou­risme 4 sai­sons, elles redoublent de créa­ti­vité pour pro­po­ser de nou­velles acti­vi­tés et s’adapter aux demandes du public.
 
 
C’était l’une des prin­ci­pales annonces du prin­temps : la sta­tion d’Autrans a décidé de lan­cer un appel aux por­teurs de pro­jets pour déve­lop­per son cata­logue d’activités pour la sai­son esti­vale 2014.
 
« Cette démarche est très inno­vante. Habituellement, ce sont les élus qui lancent une étude de diver­si­fi­ca­tion et qui vont ensuite recher­cher des exploi­tants. Là, ils ont choisi de faire l’inverse et de recueillir les idées des por­teurs de pro­jets afin de voir quels seraient les amé­na­ge­ments à réa­li­ser pour déve­lop­per leur acti­vité », explique Eric Bouchet, gérant du bureau d’études Alterespaces qui a accom­pa­gné la com­mune d’Autrans dans sa démarche.
 
Il faut dire que le vil­lage-sta­tion, célèbre pour avoir accueilli les JO de 1968, a bien changé : il a été contraint en 2011 d’abandonner son attrac­tion prin­ci­pale, l’Aventure Parc, en rai­son du vieillis­se­ment de ses arbres. Depuis, la com­mune se cherche un second souffle, et sur­tout, une nou­velle acti­vité qui lui per­mette d’attirer les vacan­ciers. Car Autrans ne peut pas faire l’impasse sur la période esti­vale qui repré­sente 48 % du chiffre d’affaires annuel généré par les héber­ge­ments tou­ris­tiques. Les can­di­dats ont donc jusqu’au 13 sep­tembre pour dépo­ser leurs pro­po­si­tions concer­nant l’exploitation de six sites : Les Prés de Gève, La Sure, Le Belvédère de la Quoi, Les trem­plins, le Claret et la Maison des sports.
 
 
AutransA la recherche de la sta­tion de demain
 
 
« Les élus ont bien cadré leurs sou­haits : ils aime­raient que les acti­vi­tés soient les moins sai­son­nières pos­sibles, qu’elles créent des emplois sur la com­mune et qu’elles s’insèrent dans l’esprit du ter­ri­toire. Les pro­jets qui par­le­ront du prin­temps et de l’automne, en offrant pour­quoi pas un pro­duit des­tiné à une clien­tèle spé­ci­fique, auront un avan­tage ! » ajoute Eric Bouchet.
 
Comme beau­coup de sta­tions de sports d’hiver, Autrans a déve­loppé de manière his­to­rique tout un panel d’activités autour du ski (alpin, nor­dique) et de la ran­don­née (raquettes, ran­don­née à pied ou en vélo…). Mais aujourd’hui, les pro­fes­sion­nels du sec­teur constatent que les attentes du public ont évo­lué :
 
« Depuis une dizaine d’années, la clien­tèle est plus large et plus diver­si­fiée. Il en faut pour les familles, mais aussi les ados et les 20 – 35 ans qui attendent des acti­vi­tés ori­gi­nales et fes­tives », résume Eric Bouchet.
 

 

 

En vertu de ces constats, les sta­tions tentent de mul­ti­plier les pro­po­si­tions déca­lées pour séduire plu­sieurs seg­ments de clien­tèle : chasses au tré­sor, par­cours aven­ture, sauts dans le vide, sauts à ski ou en « big­ger bags », acro­ba­ties aériennes, VTT grand public… Des sen­sa­tions fortes, mais sans effort, ou presque ! Dans le mas­sif des Bauges par exemple, le par­cours ReWild de la Grande Traversée des Alpes surfe sur cette ten­dance en pro­po­sant depuis l’an der­nier un jeu de piste high-tech qui amène le public à résoudre des énigmes. Le tout grâce à une appli­ca­tion télé­char­geable sur un smart­phone.
  
Gresse-en-Vercors
 
Remplir les lits froids
 
 
De son côté, la com­mune de Gresse-en-Vercors a décidé de miser sur une acti­vité grand public en déve­lop­pant un ensemble de sen­tiers sus­pen­dus à tra­vers le bois de Fayolles, en par­te­na­riat avec l’ONF. Là encore, l’objectif reste de conce­voir un pro­duit tou­ris­tique qui dif­fé­ren­cie le vil­lage des autres ter­ri­toires. Le maire, Henri Benoist, a tout de suite été séduit par l’idée : « Ce pro­jet doit per­mettre d’attirer, de main­te­nir et d’occuper les per­sonnes sur place quand la neige fait défaut », estime-t-il. Le bud­get, qui s’élevait à 500 000€, a été pris en charge par l’Europe (43 %), le Conseil Général de l’Isère (27 %), la com­mune de Gresse-en-Vercors (20 %), enfin la Région et l’Etat (10 %).
Lancée en juin 2012, l’Odyssée Verte® a déjà enre­gis­tré près de 6 000 visi­teurs pour sa pre­mière sai­son esti­vale. « 2013 sera un peu notre année test », estime le maire, qui n’écarte pas l’idée de pro­lon­ger l’ou­ver­ture d’avril à décembre. Son prin­ci­pal défi ? Remplir les 2 500 lits tou­ris­tiques de cette muni­ci­pa­lité de mon­tagne qui compte seule­ment 400 rési­dents per­ma­nents.
 
« Pour toutes les sta­tions, l’enjeu des 10 pro­chaines années est de rem­plir les lits froids. Dans cer­taines com­munes, leur pour­cen­tage atteint 40 à 60 % ! » rap­pelle Eric Bouchet, à Alterespaces.
 
 
Ce n’est donc pas un hasard si l’un des défis des héber­geurs comme Gîtes de France est aussi de convaincre les pro­prié­taires de rési­dences secon­daires de louer leurs biens en sai­son. « Nous avions amorcé une ini­tia­tive nova­trice il y a trois ans qui consis­tait à démar­cher les pro­prié­taires de mai­sons sur les sec­teurs que nous jugions inté­res­sants. Cela nous avait per­mis d’obtenir 30 ren­dez-vous, dont 10 concré­ti­sa­tions », affirme le direc­teur de Gîtes de France Isère, Bruno Bernabé. Car même si l’essor des réser­va­tions de der­nière minute a bou­le­versé le visage des réser­va­tions esti­vales, l’été n’en reste pas moins une période déter­mi­nante pour l’activité de Gîtes de France. « Le panier moyen en été est de 628 €, contre 573 € en hiver. Cette dif­fé­rence s’ex­plique notam­ment par le fait que les séjours en été sont sou­vent plus longs », reprend M. Bernabé.
 
 
Saint Hugues de Chartreuse - Vue sur le Grand Som
Un nou­veau souffle avec les entre­prises ?
 
 
En Chartreuse, la com­mu­nauté de com­munes a trouvé une solu­tion ori­gi­nale pour dyna­mi­ser son ter­ri­toire : accom­pa­gner l’installation d’entreprises telles que le spé­cia­liste de l’équipement de trail, Raidlight. Un par­te­na­riat gagnant-gagnant que la com­mune a su sai­sir en 2011 : « Cette entre­prise avait contacté plu­sieurs ter­ri­toires et c’est la Chartreuse qui a été la plus rapide à répondre à leur demande », se sou­vient Denis Sejourné, vice-pré­sident de la com­mu­nauté de com­munes Chartreuse-Guiers.
 
Et pour cause, en venant s’installer à Saint-Pierre-de-Chartreuse, Raidlight a obtenu des fonds régio­naux à tra­vers le Contrat de déve­lop­pe­ment des mas­sifs. De quoi bâtir une sta­tion de trail com­pre­nant des sen­tiers, des équi­pe­ments (ves­tiaires, douches, sauna, bornes inter­net…) ainsi que la pos­si­bi­lité de tes­ter gra­tui­te­ment une cin­quan­taine de pro­duits, sous réserve que les par­ti­ci­pants retournent ensuite un ques­tion­naire qua­lité par email. Un pari qui a per­mis de faire venir en Chartreuse près de 6 000 visi­teurs en 2011, 10 000 en 2012.
 
« Cette année, nous atten­dons 12 000 à 15 000 per­sonnes. L’avantage, c’est que la com­mune a com­pris ce que nous vou­lions faire. Ils n’ont pas eu peur de s’associer dans le cadre d’un par­te­na­riat public-privé », affirme Benoît Laval, le pré­sident de l’entreprise.
 
 
Si Raidlight emploie 30 sala­riés à Saint-Pierre-de-Chartreuse, c’est l’association « Station de trail de Chartreuse », regrou­pant le Parc natu­rel régio­nal, la com­mune et l’entreprise, qui est char­gée de l’exploitation. Et donc, de la dupli­ca­tion du modèle sur d’autres mas­sifs. Car depuis l’an der­nier, deux nou­velles sta­tions Raidlight se sont ins­tal­lées à Villard-de-Lans et Saint-Martin-de Vésubie, tan­dis que quatre autres devraient voir le jour d’ici fin 2013 dans l’Oisans, les Ecrins, les Vosges et les Couserans. « La sta­tion de trail est un outil qui a per­mis de faire connaître la Chartreuse et qui a même créé un effet boule de neige puisque, depuis, un com­plexe de res­tau­rant et de bal­néo s’est ouvert », affirme Benoît Laval.
 
Ce type de par­te­na­riat public-privé pour­rait-il ouvrir la voie à une nou­velle façon de pen­ser et gérer les acti­vi­tés de mon­tagne ? L’initiative a en tous les cas déjà ins­piré d’autres pro­jets à Saint-Pierre-de-Chartreuse. En marge de son ins­tal­la­tion, en 2011, l’entreprise pari­sienne K‑124 Koxx spé­cia­li­sée dans le vélo trial a éga­le­ment déve­loppé une piste de com­pé­ti­tion aux normes euro­péennes, le Chartreuse Bike Park. Le tout financé en lien avec les col­lec­ti­vi­tés locales et les fédé­ra­tions de cyclisme.
 
Marie Lyan 
 
 
Retrouvez « l’in­ter­view » du direc­teur de la sta­tion de Autrans et notre « info­gra­phie » sur les chiffres clés de la mon­tagne esti­vale.
 
commentez lire les commentaires
5357 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.