Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Michel Destot : La pause du Lyon-Turin est “en complète contradiction avec les engagements du candidat Macron”

sep article

ENTRETIEN – Michel Destot ne s’en cache pas, il est un fervent partisan de la ligne ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin. Rapporteur du projet de loi entre la France et l’Italie, missionné par Manuel Valls pour trouver de nouvelles sources de financement pour les travaux du tronçon transfrontalier, l’ex-député socialiste de l’Isère ne décolère pas depuis qu’Élisabeth Borne, ministre déléguée aux Transports, a annoncé mettre projet sur « pause ». Pour l’ex-maire de Grenoble, le Lyon-Turin n’est pas seulement un projet environnemental ou économique. Il est d’abord stratégique.

 

 

Que pensez-vous de l’annonce du gouvernement de vouloir réexaminer les grands projets d’infrastructures de transport, dont le Lyon-Turin ?

 

De quoi s’agit-il au juste ? D’une décision concernant le tunnel de base ou de celle relative aux accès ? S’il s’agit de la section transfrontalière, dont certains travaux ont déjà été engagés et qui correspond à un engagement tripartite (UE, Italie et France) ratifié par les parlements nationaux, on est en droit de s’interroger sur une telle décision unilatérale. La part de l’investissement pour la France s’élèvera à environ 200 millions d’euros par an pendant la durée du chantier. Ce montant pourra être financé en bonne partie par l’eurovignette, ainsi que nous l’avions proposé, Michel Bouvard et moi, dans notre rapport parlementaire au Premier ministre.

 

Michel Destot © Nils Louna - placegrenet.fr

Michel Destot. © Nils Louna – placegrenet.fr

 

 

Cette décision vous surprend-elle ?

 

Elle est en tout cas en complète contradiction avec les engagements du candidat Macron pendant la campagne présidentielle, aussi bien concernant la politique européenne que celle relative aux déplacements. Il parlait alors avec force de relance de l’Europe à travers notamment des projets d’investissement comme le Lyon-Turin.

 

Il évoquait d’engager « en même temps », la montée en charge du fret ferroviaire (pour combler le retard considérable de la France en la matière), l’entretien du réseau ferré national et la réalisation de grandes infrastructures comme le Bordeaux-Toulouse, le canal Seine-Nord et surtout le projet Lyon-Turin.

 

Michel Destot © Nils Louna - placegrenet.fr

Michel Destot © Nils Louna – placegrenet.fr

Que devient cette politique « d’équilibre » ? Comment peut-on renier ses engagements en aussi peu de temps, surtout quand on se fait le chantre de la moralisation de la vie politique ? Et puis comment rendre efficientes des décisions ponctuelles sans les inscrire dans une politique d’ensemble à moyen et long terme ?

 

Nous assistons à une série d’annonces gouvernementales où l’on perd le fil de la cohérence économique, sociale et environnementale d’ensemble. Au nom de la réduction désordonnée, sinon désespérée, des déficits publics, on crée incompréhensions et malaises sur tous les fronts (défense nationale, collectivités territoriales, énergie, aide publique au logement…). Et les conséquences à terme rapproché de ces décisions, au-delà de l’impopularité et de l’inefficacité, seront de contrarier le redressement économique et social de notre pays.

 

 

Les raisons d’être de la ligne ferroviaire Lyon-Turin ont bien évolué avec le temps. D’abord dédiée au trafic voyageurs, puis au fret et désormais au report modal, cette nouvelle ligne semble naviguer au fil des critiques de ses opposants, sans véritable ligne directrice…

 

[…]

 

La suite de contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
3563 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. De 2 choses l’une;
    – Soit Destot est un gros mégalo et il pense que son nom restera lié dans l’Histoire à ce tunnel,
    – Soit il a là des intérêts financiers pas très clairs,
    – Soit les 2 …

    sep article
  2. C’est le mec qui a ruiné la ville et qui n’a jamais réussi à faire venir le TGV jusqu’à Grenoble qui ce permet ce genre de propos sur ce projet mégalomaniaque de tunnel transalpin entre Lyon et Turin ….
    Il faudrait surtout comprendre à qui profite le crime LGV et, là, l’éclairage sera complet.
    NON au tunnel Lyon-Turin.
    OUI à l’utilisation immédiate de la ligne existante.
    OUI à la rénovation des lignes TER.

    sep article
  3. Dommage de ne considérer le LGV que du côté économique grand capital. Les habitants pourraient y laisser leur santé et leur vie que les décideurs dans leur bunker n’en ont rien à faire.
    Du côté italien il faudrait creuser dans des montagnes qui contiennent de l’amiante et de l’uranium, par exemple, Mais les autochtones pourraient bien crever les passagers sous les tunnels ne les verraient pas. Et creuser ainsi mettrait à mal les nappes phréatiques. Plus d’eau pour les locaux ? Quelle importance ! Le fret et les voyageurs d’abord.

    http://www.humanite.fr/le-projet-de-ligne-tgv-lyon-turin-condamne-par-le-tribunal-permanent-des-peuples-619209

    L

    sep article
  4. A tous les petites comptables et écolos de services petits comptables encore pires, si vous ne comprenez pas que ce genre d’investissement devient rentable à très long terme, alors vous n’avez rien à faire en politique.

    Relier Lisbonne à Kiev par le rail est stratégique. C’est un axe fondamental qui aujourd’hui n’existe pas et c’est le seul moyen de traverser l’Europe géographique d’Ouest en Est. Par ailleurs, c’est fondamental pour la survie économique de l’arc alpin…

    Quand on a électrifié les campagnes, quand on y a tiré le téléphone, quand on a mis l’eau potable de partout etc. ce n’était pas rentable et ça a coûté beaucoup plus que le Lyon-Turin.

    Ces grands visionnaires ne verraient-ils pas plus loin que le bout de leurs souliers?

    sep article
    • Le monde peut-il encore se permettre ce type de développement…? Cette vision de « grands projets stratégiques » n’est-il pas la fin du mythe des politiques de développement des années ´70 – ’90…? À quoi servira cette liaison : à transporter plus vite des œufs contaminés à travers l’Europe ? À faire profiter l’agro-business sous serre espagnol qui assèche les réserves d’eaux locales ?
      Je voudrais croire que cela permette aux personnes de circuler librement, mais je doute qu’on y consacre 26 milliards d’€. Pour ça, on préfère des murs et des barbelés…

      sep article
    • Dans combien de temps sera-t-il rentable ?
      Quand les TGV seront obsolètes comme des Michelines ?
      Quand il n’y aura plus de ressources hydriques en Maurienne ?

      sep article