Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Gilles Chabert : prise illégale d’intérêts ? Corinne Morel Darleux saisit le parquet

sep article

La conseillère régionale Corinne Morel Darleux a saisi le procureur de la République au titre de l’article 40 du code de procédure pénale. L’élue du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire (RCES) dénonce depuis plusieurs mois les multiples casquettes que porte Gilles Chabert (Les Républicains), le conseiller spécial montagne de Laurent Wauquiez, et les risques de conflit d’intérêt qui en découlent.

 

 

« Dans le cadre de sa délégation, Monsieur Chabert instruit un certain nombre de dossiers de financement pouvant relever de la prise illégale d’intérêt telle que décrite à l’article 432 alinéa 12 du Code pénal, souligne l’élue régionale, par ailleurs membre de la commission montagne. Il est également membre du bureau de l’association Montanea, président du syndicat national des moniteurs du ski français et était jusqu’au 31 janvier 2017 administrateur de la Compagnie des Alpes ».

 

 

Carole Montillet lui succèderait à la Compagnie des Alpes

 

Gilles Chabert a en effet quitté son poste d’administrateur du numéro un mondial des domaines skiables. Et devrait, si la décision est entérinée par les actionnaires le 9 mars, laisser son siège à Carole Montillet, elle aussi monitrice de ski à Villard-de-Lans et conseillère spéciale (aux sports) de Laurent Wauquiez.

 

Début février, le groupe EELV Rhône-Alpes réclamait déjà l’ouverture d’une information judiciaire. Le journal Acteurs de l’économie avait en effet révélé le 27 janvier dernier les soupçons de prise illégale d’intérêt qui pesaient sur le conseiller régional délégué à la montagne et président de la commission montagne à la Région, commission chargée d’instruire les demandes de subventions.

 

PC

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
965 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Sauf que le conflit d’intérêt n’est pas pénalisé en France, c’est sont résultat qui l’est, que ce soit une infraction formelle (trafic d’influence) ou une infraction matérielle (favoritisme, prise illégale d’intérêt, détournement de fonds publics etc.) et que ça, elle a intérêt à pouvoir le démontrer.
    Ensuite, le problème reste le même avec C. Montillet.
    C’est pourtant simple, faire comme en Belgique ou les mandataires de satellites ne peuvent avoir de mandats électifs mais doivent faire partie des listes électorales, ce qui permet d’avoir des mandataires compétents pouvant être tenus responsables par les assemblées, et non pas des barons ou des gloires locales responsables de rien.

    sep article