Mois de la photo

sep article
Le Mois de la photo est de retour à l'Ancien musée de peinture de Grenoble pour une septième édition du 30 octobre au 24 novembre 2019.

MOIS DE LA PHOTO

 

 

« Murs et frontières », telle est la thématique de la nouvelle édition du Mois de la photo de Grenoble. Du 30 octobre au 24 novembre 2019, la Maison de l’image investit pour la septième année consécutive l’Ancien musée de peinture. Mais pas seulement, puisque le rendez-vous irradie à présent sur l’ensemble de la région Auvergne-Rhône-Alpes, fort de sa cinquantaine de partenaires institutionnels et privés.

 

Pourquoi « murs et frontières » ? La Maison de l’image n’oublie pas que 2019 célèbre le trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin. « Cet hommage (…) vise à tracer un lien entre l’événement historique et l’actualité perçante, afin de mener avec les artistes, les partenaires et les visiteurs une réflexion dirigée vers le futur », écrit l’association. Tout en interrogeant la place de la photographie au sein de la société… et de l’Histoire.

 

 

Kai Wiedenhöfer invité d’honneur

 

Invité d’honneur de cette septième édition : le photojournaliste allemand Kai Wiedenhöfer. Présent à Berlin en 1989, il compte parmi ceux qui ont immortalisé la chute du Mur. « Comme beaucoup de personnes à cette époque, il a cru que cela marquerait la fin de la construction de murs à des fins politiques et marquant des séparations anachroniques », note la Maison de l’image. Un espoir qui allait vite être détrompé.

 

Mais le Mois de la photo est aussi l’occasion de découvrir le travail des lauréats de l’appel à candidature lancé chaque année par la Maison de l’image. Cette année, 85 projets de par le monde ont été adressés à la structure grenobloise. « Cinq lauréats ont été sélectionnés par le jury de professionnels pour construire une exposition collective et offrir un contre-point au travail de Kai Wiedenhöfer », indique-t-elle.

 

À retrouver : la « frontière invisible » entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande, par Élisabeth Blanchet et Laurent Gontier. Les souterrains de la série « Nowhere » de Xavier Blondeau. Les portraits de chauffeurs de taxi palestiniens de Venera-Andrea Prenner. Les photographies de prototypes de murs frontaliers réclamés par Donald Trump de Jeremy Samuelson. Et enfin le « Périphérique » vu par Davis Siodos.

 

 

L’Ukraine et l’Italie également à l’honneur

 

Rendez-vous de toutes les images, le Mois de la photo propose encore une « carte blanche ukrainienne » autour de l’Oseda Photo Days festival, avec les œuvres d’Alexander Chekmenev et Yurko Dyachyshyn. Sans oublier les Rencontres franco-italiennes de la photographie, qui essaiment dans tout Grenoble, de la Galerie Ex Nihilo à la librairie Les Modernes en passant par l’École supérieure d’art et de design.

 

Sans oublier un festival “off”, assorti de nombreuses expositions en-dehors de l’Ancien musée de peinture pour cinq artistes. Les Grenoblois et Isérois pourront ainsi retrouver les œuvres d’Alain Doucé à l’Atelier Photo 38, de Michel Danner à la Bibliothèque municipale du Sappey-en-Chartreuse, d’Alberto Campi à l’atelier Canopé, de Delphine Balley au Vog à Fontaine, et de Thierry Boulgakoff à l’artothèque de la Bibliothèque du centre-ville de Grenoble.

 

 

Horaires, contacts et programme complet à retrouver sur le site de la Maison de l’image.

 

commentez lire les commentaires
634 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.