Élections législatives: Reconquête Isère se déchire en interne sur fond de conflit Éric Zemmour - Marion Maréchal

Élections légis­la­tives : Reconquête Isère se déchire en interne sur fond de conflit Éric Zemmour – Marion Maréchal

Élections légis­la­tives : Reconquête Isère se déchire en interne sur fond de conflit Éric Zemmour – Marion Maréchal

FOCUS – Drôle d’am­biance au sein de Reconquête Isère. Alors que le 15 juin 2024, le mou­ve­ment d’Éric Zemmour annon­çait ne pré­sen­ter aucun can­di­dat en Isère à l’oc­ca­sion des légis­la­tives, un second com­mu­ni­qué le 17 juin annon­çait au contraire cinq can­di­da­tures sur le dépar­te­ment. La consé­quence des divi­sions au sein du parti, entre par­ti­sans d’Éric Zemmour et défen­seurs de Marion Maréchal.

Les Républicains ne sont pas le seul parti à droite de l’é­chi­quier poli­tique à avoir connu un épi­sode fra­tri­cide à la faveur de la dis­so­lu­tion de l’Assemblée natio­nale. Le mou­ve­ment d’Éric Zemmour Reconquête a en effet été tra­versé par de vives divi­sions, sur fond de désac­cord entre le fon­da­teur du parti et Marion Maréchal. Des divi­sions qui ont pris forme en Isère, où les deux camps se sont affron­tés… à coups de com­mu­ni­qués de presse contradictoires.

Éric Zemmour, fondateur du mouvement Reconquête. DR

Éric Zemmour, fon­da­teur du mou­ve­ment Reconquête. DR

Ainsi, le samedi 15 juin, soit 24 heures avant la date limite de dépôt des can­di­da­tures aux élec­tions légis­la­tives, un com­mu­ni­qué de Reconquête annon­çait qu’en Isère, le parti ne pré­sen­te­rait aucun can­di­dat, ceci en sou­tien « de la coa­li­tion incar­née par Marine Le Pen, Marion Maréchal, Jordan Bardella, Éric Ciotti et Nicolas Dupont-Aignan ». 48 heures plus tard, un second com­mu­ni­qué annon­çait pour sa part… que cinq can­di­dats avaient bel et bien été investis.

« Reconquête n’est plus un parti poli­tique », juge Stéphane Blanchon

Explication ? Le pre­mier com­mu­ni­qué éma­nait de Stéphane Blanchon, délé­gué dépar­te­men­tal Reconquête Isère, qui ne cache pas ses affi­ni­tés poli­tiques avec la ligne de « coa­li­tion des droites » de Marion Maréchal. Ceci en incluant plu­sieurs membres du bureau du mou­ve­ment isérois.

À leurs yeux, celle qui a mené la cam­pagne de Reconquête aux euro­péennes avant de prendre ses dis­tances avec Éric Zemmour, a été vic­time d’un res­ser­re­ment du fon­da­teur du mou­ve­ment sur sa propre per­sonne, et celle de sa com­pagne Sarah Knafo.

Marine Chiaberto ne sera pas (de nouveau) candidate Reconquête dans la première circonscription de l'Isère... mais dans la première circonscription de Paris. © Manuel Pavard - Place Gre'net

Marine Chiaberto ne sera pas (de nou­veau) can­di­date Reconquête dans la pre­mière cir­cons­crip­tion de l’Isère… mais dans la pre­mière cir­cons­crip­tion de Paris. © Manuel Pavard – Place Gre’net

« C’est en train de rede­ve­nir le cercle très res­treint des amis d’Éric Zemmour, ce n’est plus un parti poli­tique », affirme Stéphane Blanchon pour enfon­cer le clou. Avant de faire réfé­rence au pas­sage sur BFMTV du pré­sident de Reconquête, au cours duquel ce der­nier a dénoncé un « record du monde de la tra­hi­son ». Puis a annoncé l’ex­clu­sion de Guillaume Peltier et de Nicolas Bay. « Les gens sont virés en direct à la télé­vi­sion, ce n’est pas comme ça que fonc­tionne un parti poli­tique », s’é­trangle encore le conseiller régional.

La lec­ture des com­men­taires sur X accom­pa­gnant le com­mu­ni­qué émis par Stéphane Blanchon en dit long sur l’am­biance au sein du parti entre les deux sen­si­bi­li­tés. Sans aucun ména­ge­ment (et aucune modé­ra­tion), le “marion­net­tiste” se fait trai­ter de « traître », de « lâche », de « pour­ri­ture », de « sinistre inconnu », de « sou­mis à la bou­tique fami­liale Le Pen » ou encore « d’enc…é ». Mais des mes­sages favo­rables se font éga­le­ment connaître. « L’intérêt de la France doit pas­ser au des­sus de celui des par­tis », estime ainsi un inter­naute, résu­mant la pen­sée géné­rale des soutiens. 

Reconquête pré­sente bien cinq can­di­dats en Isère

Le second com­mu­ni­qué éma­nait pour sa part de Marine Chiaberto, adjointe de Stéphane Blanchon chez Reconquête Isère… et proche de la ligne Zemmour. Celle qui était can­di­date en 2022 sur la pre­mière cir­cons­crip­tion de l’Isère est aujourd’­hui dési­gnée par Stéphane Blanchon comme une « dame pari­sienne man­da­tée par Reconquête ». Il est vrai que l’a­vo­cate ne se repré­sente pas en Isère, mais annonce en revanche sa can­di­da­ture sur la pre­mière cir­cons­crip­tion de Paris.

Quand Marine Chiaberto et Stéphane Blanchon se tenaient côte à côte lors d'un rassemblement à Grenoble en mémoire du jeune Thomas tué à Crépol. © Joëll Kermabon - Place Gre'net

Quand Marine Chiaberto et Stéphane Blanchon se tenaient côte à côte lors d’un ras­sem­ble­ment à Grenoble en mémoire du jeune Thomas tué à Crépol. © Joëll Kermabon – Place Gre’net

Le mes­sage du second com­mu­ni­qué ? « Soucieux de sou­te­nir l’u­nion des droites chère à notre parti, [nous avons] fait le choix de reti­rer cinq de nos dix can­di­dats en Isère ». Reconquête s’ef­face ainsi dans les pre­mière, sixième, sep­tième, hui­tième et dixième cir­cons­crip­tions. « Mais on ne veut pas non plus notre sui­cide col­lec­tif, il était hors de ques­tion que Reconquête ne pré­sente aucune can­di­da­ture, on l’a fait de manière intel­li­gente », explique Marine Chiaberto.

La “zem­mou­riste” insiste sur le fait que le com­mu­ni­qué de Stéphane Blanchon a été émis « sans pas­ser par le pro­ces­sus de vali­da­tion interne du parti », et a été décou­vert « avec stu­peur » par les militants.

Stupeur peut-être rela­tive, puisque la mili­tante indique que l’am­biance s’é­tait déjà for­te­ment dégra­dée depuis plu­sieurs jours, à la faveur des évé­ne­ments natio­naux. Et Marine Chiaberto de s’é­ton­ner que Stéphane Blanchon n’ait pas pré­senté sa démis­sion, alors « qu’il n’œuvre plus pour Reconquête depuis le 9 juin ».

Les can­di­dats Reconquête en Isère : Bruno Lafeuille (deuxième cir­cons­crip­tion), Isabelle Fassion (troi­sième cir­cons­crip­tion), David Babut (qua­trième cir­cons­crip­tion), Béatrice Lacrouts (cin­quième cir­cons­crip­tion) et Salvador Vero (neu­vième cir­cons­crip­tion). Le parti d’Éric Zemmour se retire donc au pro­fit d’Alexandre Lacroix (LR-RN) sur la pre­mière cir­cons­crip­tion, d’Alexis Jolly (RN) sur la sixième cir­cons­crip­tion, de Benoît Auguste (RN) sur la sep­tième cir­cons­crip­tion, d’Hanane Mansouri (LR-RN) sur la hui­tième cir­cons­crip­tion et de Thierry Perez (RN) sur la dixième circonscription.

Florent Mathieu

Auteur

Une réflexion sur « Élections légis­la­tives : Reconquête Isère se déchire en interne sur fond de conflit Éric Zemmour – Marion Maréchal »

  1. Il faut vite virer [modéré, pro­pos insul­tants] Stéphane Blanchon qui n’a abso­lu­ment rien fait pour la 9ème cir­cons­crip­tion de l’Isère.
    Ce mon­sieur a sim­ple­ment voulu jouer au che­faillon et laissé les mili­tants œuvrer pour lui sans aucune consi­dé­ra­tion et en virant sur un seul appel télé­pho­nique les per­sonnes qui ne lui conve­nait pas.

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Muriel Burgaz, ex-candidate aux législative pour Reconquête, lors du rassemblement en mémoire de Thomas, tué à Crépol. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : 80 per­sonnes ras­sem­blées à l’ap­pel de Reconquête en mémoire du jeune Thomas

EN BREF - Près de 80 personnes se sont rassemblées à 19 heures, place Saint-André lundi 27 novembre 2023 à Grenoble, en mémoire du jeune Lire plus

Quentin Feres, candidat investi par Reconquête pour les législatives 2022 sur la cinquième circonscription de l'Isère. Il est aussi conseiller municipal de la majorité divers droite de Domène en Isère DR
Pas de can­di­dat LR sur la 5e circo de l’Isère : Quentin Feres investi par Reconquête s’au­to­pro­clame can­di­dat de « l’u­nion des droites »

FOCUS - C'est assez inattendu pour être souligné, la cinquième circonscription de l'Isère se retrouve sans candidat Les Républicains (LR) puisque Céline Burlet a déclaré Lire plus

Reconquête se proclame "premier parti de droite" et présente ses dix candidats aux législatives en Isère
Reconquête, « pre­mier parti de droite », pré­sente ses dix can­di­dats aux légis­la­tives en Isère

FOCUS - Malgré une contre-performance, au regard de ses ambitions, lors de la présidentielle, le parti Reconquête d'Éric Zemmour se proclame aujourd'hui le "premier parti Lire plus

Propos d’Éric Ciotti sur des alliances avec le RN : Jean-Pierre Barbier quitte LR, Yannick Neuder refuse « toute compromission »

FLASH INFO - Le président des Républicains Éric Ciotti a choqué jusque dans ses propres rangs en appelant, mardi 11 juin 2024 sur l'antenne de Lire plus

Troisième circonscription: le PS 38 ne soutient pas Élisa Martin... ni la candidature “dissidente” de Stéphane Gemmani
Troisième cir­cons­crip­tion : le PS 38 ne sou­tient pas Élisa Martin… ni la can­di­da­ture “dis­si­dente” de Stéphane Gemmani

FOCUS - L'union de la gauche en vue des élections législatives des 30 juin et 7 juillet connaît quelques ratés sur la troisième circonscription de Lire plus

Nathalie Béranger, candidate "pour la droite et le centre républicains" sur la première circonscription de l'Isère:
Nathalie Béranger, can­di­date « pour la droite et le centre répu­bli­cains » sur la pre­mière cir­cons­crip­tion de l’Isère

FLASH INFO - La conseillère municipale d'opposition de Grenoble et conseillère régionale Nathalie Béranger annonce avoir déposé sa candidature Les Républicains pour les élections législatives Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !