Christophe Férrari, président de la Métro, lors du conseil métropolitain du 3 février 2023.

Grenoble : Christophe Ferrari entendu en garde à vue sur les soup­çons d’u­ti­li­sa­tion per­son­nelle de sa voi­ture de service

Grenoble : Christophe Ferrari entendu en garde à vue sur les soup­çons d’u­ti­li­sa­tion per­son­nelle de sa voi­ture de service

FOCUS - La président de la Métropole de Grenoble Christophe Ferrari a été entendu sous le régime de la garde à vue, le 30 novembre 2023, dans le cadre de l'enquête ouverte en septembre 2022 pour "détournement de bien par personne dépositaire ou chargée d’une mission de service public", a indiqué le parquet de Grenoble, samedi 9 décembre, confirmant une information du Dauphiné libéré. À l'origine, un signalement - révélé par Le Postillon - de son ancien chef de cabinet, évoquant une utilisation personnelle de sa voiture de service. Le procureur entend par ailleurs demander le dépaysement de l'affaire.

L'information, confirmée à Place Gre'net par le procureur de la République Éric Vaillant, a été révélée, samedi 9 décembre 2023, par Le Dauphiné libéré. Visé depuis plus d'un an par une enquête portant sur des soupçons d'utilisation personnelle de sa voiture de service, Christophe Ferrari, président de la Métropole de Grenoble, a été entendu sous le régime de la garde à vue, jeudi 30 novembre 2023, par les policiers du service de police judiciaire de Grenoble.

Métropole de Grenoble : Christophe Ferrari entendu en garde à vue

Visé depuis 2022 par une enquête sur l'utilisation personnelle de sa voiture de service, Christophe Ferrari a été entendu en garde à vue par la PJ, le 30 novembre 2023. © Agathe Bréchemier - Place Gre'net

Le parquet leur a en effet confié une enquête préliminaire ouverte le 30 septembre 2022 pour "détournement de bien par personne dépositaire ou chargée d’une mission de service public". Ceci à la suite d'un signalement adressé au procureur, deux semaines auparavant, par l'ancien chef de cabinet de Christophe Ferrari à Grenoble-Alpes Métropole.

C'est un article du Postillon, paru dans son édition d'automne 2022, qui avait dévoilé publiquement les faits reprochés au président de la Métropole et maire de Pont-de-Claix. Son titre ? "Ferrari se fait flasher". Le journal satirique de la cuvette grenobloise s'appuyait sur le témoignage de cet ex-chef de cabinet dénommé "Pascal" - en l'occurrence Pascal Harder.

Déplacements personnels, amendes et heures sup' du chauffeur

Dans un long entretien, complété par des documents étayant ses propos, ce dernier dénonçait l'utilisation par Christophe Ferrari de sa voiture de service, avec chauffeur, pour des déplacements personnels. Il citait ainsi ses trajets jusqu'à Polytech, où il donnait des cours, ou encore des soirées au restaurant et d'autres activités de loisirs. Autant de rendez-vous ne figurant pas sur son agenda institutionnel.

C'est Le Postillon qui avait révélé les faits, dans son édition d'automne 2022, avec un article relatant le témoignage de l'ancien chef de cabinet de Christophe Ferrari. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Au total, selon Pascal Harder, près de 2 500 euros de péage auraient ainsi été réglés par la Métropole depuis 20142jusqu'en 2022 donc pour des déplacements effectués le week-end ou lors de périodes de vacances du président. Le tout avec un chauffeur dépassant le quota d’heures supplémentaires autorisées et un véhicule régulièrement garé devant le domicile de Christophe Ferrari, chose pourtant interdite.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 43 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Manuel Pavard

Auteur

Une réflexion sur « Grenoble : Christophe Ferrari entendu en garde à vue sur les soup­çons d’u­ti­li­sa­tion per­son­nelle de sa voi­ture de service »

  1. C’est tel­le­ment bon la voi­ture avec chauf­feur que c’est ainsi que notre roi du vélo l’exem­plaire Eric BurqiniTaxes va à la gare prendre le TGV. Faites ce que je dis, pas ce que je fais.

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Constituée autour de la présidence de Christophe Ferrari, l'association Territoires singuliers prône la "réconciliation"
Christophe Ferrari, le pré­sident de la métro­pole gre­no­bloise, accusé d’a­bu­ser de sa voi­ture de fonc­tion avec chauffeur

FOCUS - Le journal satirique de la "cuvette grenobloise" Le Postillon publie un article dénonçant des pratiques jugées contraires à l'éthique du président de la Lire plus

Face aux accusations sur l'utilisation de son véhicule de fonction, Christophe Ferrari "plaide la bonne foi"
Face aux accu­sa­tions sur l’u­ti­li­sa­tion de son véhi­cule de fonc­tion, Christophe Ferrari « plaide la bonne foi »

FOCUS - Deux jours après le début de la polémique, le président de Grenoble-Alpes Métropole Christophe Ferrari adresse un communiqué aux "rédactions" pour répondre aux Lire plus

Face aux accusations d'Éric Piolle sur ses indemnités, Christophe Ferrari réplique en dénonçant des "propos de caniveau"
Face aux accu­sa­tions d’Éric Piolle sur ses indem­ni­tés, Christophe Ferrari réplique en dénon­çant des « pro­pos de caniveau »

FOCUS - Le torchon n'a pas fini de brûler entre le maire de Grenoble et le président de la Métropole. En affirmant que Christophe Ferrari Lire plus

"Tout ceci est flou est opaque"... La réponse acerbe de Christophe Ferrari au président de Grenoble Habitat
« Tout ceci est flou est opaque »… La réponse acerbe de Christophe Ferrari au pré­sident de Grenoble Habitat

FOCUS - Après la réception d'un courrier du président de Grenoble Habitat l'appelant à déposer une proposition de reprise des actions de la Ville de Lire plus

Nicolas Pinel, Conseiller municipal d'opposition. Conseil municipal du 30 janvier 2023.
Grenoble : l’élu d’op­po­si­tion Nicolas Pinel défi­ni­ti­ve­ment condamné à deux ans de pri­son ferme et à une peine d’inéligibilité

FOCUS - Condamné en janvier 2022 pour escroquerie et faux, Nicolas Pinel, élu d'opposition de droite à Grenoble, devait être jugé en appel à Versailles, Lire plus

L'investissement de la Région Auvergne Rhône-Alpes dans un fonds franco-chinois interroge. D'autant que Laurent Wauquiez a, sur Fosun, retourné sa veste.
Accusé de détour­ne­ment de fonds publics, Laurent Wauquiez porte plainte

Laurent Wauquiez, le président de la Région Auvergne Rhône-Alpes a annoncé vendredi 31 mars au soir qu'il portait plainte pour dénonciation calomnieuse à l'encontre du Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !