Actualité

Entrée de Crépol, village où a été tué Thomas - Capture d'écran Google Map

Mort de Thomas à Crépol : neuf hommes mis en exa­men pour meurtre en bande orga­ni­sée et ten­ta­tive de meurtre

Mort de Thomas à Crépol : neuf hommes mis en exa­men pour meurtre en bande orga­ni­sée et ten­ta­tive de meurtre

FOCUS – Les neuf sus­pects pré­sen­tés au par­quet de Valence samedi 25 novembre 2023 ont été mis en exa­men, notam­ment pour meurtre et ten­ta­tives de meurtres en bande orga­ni­sée, après la mort de Thomas, 16 ans, sur­ve­nue le dimanche 19 novembre à la fin d’un bal à Crépol (Drôme), mais aussi les bles­sures graves subies par d’autres per­sonnes ce jour-là. Une affaire dont l’en­quête a été confiée aux gen­darmes de la sec­tion de recherches de Grenoble. Six sus­pects sont en déten­tion pro­vi­soire et trois pla­cés sous contrôle judiciaire.

« Neuf per­sonnes défé­rées ont été mises en exa­men confor­mé­ment aux demandes du par­quet », a fait savoir, samedi 25 novembre 2023 au soir, Laurent de Caigny, pro­cu­reur de la République de Valence, à l’oc­ca­sion d’un point détaillé sur l’en­quête fai­sant notam­ment suite au meurtre de Thomas. Une enquête cri­mi­nelle confiée aux gen­darmes de la sec­tion de recherches de Grenoble (cf. enca­dré) sur les meurtre et ten­ta­tives de meurtres en bande orga­ni­sée com­mis à Crépol dans la nuit du 18 au 19 novembre 2023.

« Six per­sonnes dont deux mineurs ont été incar­cé­rées en déten­tion pro­vi­soire par le juge des liber­tés et de la déten­tion. Trois per­sonnes dont un mineur ont été pla­cées sous contrôle judi­ciaire », a par ailleurs pré­cisé le procureur.

© RC Romans-Péage / Facebook

Thomas, 16 ans, qui a reçu un coupde cou­teau mor­tel à la fin d’un bal à Crépol. © RC Romans-Péage / Facebook

Alors que neuf per­sonnes avaient été inter­pel­lées mardi 21 novembre 2023 à Toulouse et dans le sec­teur de Romans-sur-Isère, une dixième s’é­tait spon­ta­né­ment pré­sen­tée à la gen­dar­me­rie de la com­mune drô­moise pour s’ex­pli­quer sur sa pré­sence à Crépol lors des faits.

« À ce stade, l’é­lu­ci­da­tion des faits com­mis à Crépol n’est pas ache­vée », a indi­qué le pro­cu­reur. Et pour cause : le témoin qui avait au départ dési­gné sur une planche photo le dénommé Chaïb A. comme l’au­teur du coup de cou­teau mor­tel ne l’a fina­le­ment pas reconnu lors d’une parade d’identification.

La sec­tion de recherches de la gen­dar­me­rie de Grenoble en pre­mière ligne

Plus d’une cen­taine de gen­darmes ont déjà concouru à l’en­quête et aux inter­pel­la­tions, selon le pro­cu­reur. Vingt enquê­teurs spé­cia­li­sés de la sec­tion de recherches de la gen­dar­me­rie de Grenoble ont conduit la pro­cé­dure pénale, dont trois ana­lystes criminels.

En moins d’une semaine, 103 per­sonnes témoins ou vic­times ont par ailleurs été enten­dues, don­nant lieu à 140 audi­tions. « Avec les dix gardes-à-vue et les inves­ti­ga­tions tech­niques, plus d’un mil­lier de pro­cès-ver­baux dont cer­tains dépassent plu­sieurs dizaines de feuillet ont été trans­mis au par­quet qui a mobi­lisé trois magis­trats et un juriste assis­tant spé­cia­lisé pour trai­ter cette seule affaire », pour­suit Laurent de Caigny.

Le tra­vail d’en­quête oriente, dès lors, les soup­çons vers un autre inter­pellé. « Pour autant, il convient de dire qu’à l’is­sue de leurs audi­tions, aucun des gar­dés à vue ne recon­naît avoir porté de coups de cou­teau, a for­tiori le coup mor­tel », prend soin de pré­ci­ser le pro­cu­reur. Et ce bien qu’il soit éta­bli que plu­sieurs d’entre eux en ont porté, selon les témoins.

Les sus­pects pla­cés en garde à vue pré­sentent par ailleurs « des traces consta­tées médi­ca­le­ment com­pa­tibles avec la par­ti­ci­pa­tion à une rixe ». L’un deux s’est même pré­senté à l’hô­pi­tal de Valence pour y faire sutu­rer une plaie, à « un horaire com­pa­tible après son départ de Crépol ».

Les sus­pects ne donnent en outre aucune ver­sion concor­dante, que ce soit sur le moment de leur arri­vée, en com­pa­gnie de qui et sur leur départ. D’après les témoins, plu­sieurs d’entre eux sont arri­vés un peu plus tôt dans la soi­rée et sont entrés dans la salle de bal. Parmi eux, le fameux Chaïb A., âgé de 20 ans et par ailleur inter­dit judi­ciai­re­ment de déten­tion d’arme, a remis un cou­teau au vigile. Certains de ces jeunes venus de l’ex­té­rieur du vil­lage auraient alors dansé, d’autres non.

Tous les indi­vi­dus « exté­rieurs à Crépol » auraient porté des coups

L’élément poten­tiel­le­ment déclen­cheur ? « Un motif futile qui, selon cer­tains, serait lié à une remarque sur sa coupe de che­veux » aurait déclén­ché une alter­ca­tion avec un indi­vidu reconnu parmi les sus­pects : « il sort alors avec celui qui l’au­rait impor­tuné, clai­re­ment dans l’in­ten­tion de se battre », relate le procureur.

Alors que la soi­rée tou­chait à sa fin, l’al­ter­ca­tion s’est pour­sui­vie à l’ex­té­rieur. « La per­sonne judi­ciai­re­ment inter­dite de port arme au moment où [elle] sort de la salle est vue par une per­sonne sor­tant un cou­teau de sa sacoche en ban­dou­lière ». Selon d’autres témoins, un ou deux véhi­cules seraient alors arri­vés à vive allure avec des per­sonnes à bord jugées « hos­tiles » par certains.

Tous les indi­vi­dus “exté­rieurs à Crépol” auraient porté des coups, « cer­tains des coups de cou­teau, jetant des pierres ou des bar­rières, s’en pre­nant indis­tinc­te­ment aux gens de Crépol », pré­cise Laurent de Caigny. Neuf témoins ou vic­times sur les 104 audi­tion­nés ont entendu des pro­pos hos­tiles « aux blancs », douze « ça plante » et cinq des menaces de morts. Un indi­vidu aurait par ailleurs exhibé une arme à feu à la fenêtre d’un véhi­cule et tiré plu­sieurs coups de feu. Le groupe s’est ensuite enfui à bord de plu­sieurs véhi­cules, lais­sant quatre bles­sés par arme blanche en urgence abso­lue, dont Thomas qui allait décé­der lors de son trans­port à l’hôpital.

Neuf per­sonnes mises en examen

Parmi les dix per­sonnes inter­pel­lées, un indi­vidu majeur ori­gi­naire de Toulouse, qui n’é­tait fina­le­ment pas pré­sent à Crépol lors des faits, a été laissé libre de se reti­rer. « Son impli­ca­tion secon­daire dans la pré­sence à Toulouse de mis en cause dans les faits de Crépol, sera exa­mi­née ulté­rieu­re­ment par la jus­tice », pré­cise le pro­cu­reur. Les neuf autres per­sonnes, six majeurs et trois mineurs, ont été défé­rées samedi 25 novembre au par­quet de Valence, en vue de l’ou­ver­ture d’une infor­ma­tion judi­ciaire criminelle.

Les infrac­tions rete­nues par le par­quet contre l’en­semble de ces per­sonnes sont : meurtre en bande orga­ni­sée com­mis sur la per­sonne du mineur décédé d’un coup de cou­teau lui cau­sant une plaie au cœur ; ten­ta­tives de meurtres1Pour ces crimes, la peine encou­rue est la réclu­sion cri­mi­nelle à per­pé­tuité. en bande orga­ni­sée com­mises sur trois vic­times ayant reçu des coups de cou­teau au niveau du tho­rax ; vio­lences volon­taires com­mises en réunion avec usage ou sous la menace d’armes notam­ment des cou­teaux, des tes­sons de bou­teilles, des pierres, des bar­rières ayant entraîné une inca­pa­cité totale de tra­vail supé­rieure à huit jours2La peine maxi­male pour ce délit étant de 7 ans d’emprisonnement sur trois vic­times à ce jour et une inca­pa­cité totale de tra­vail n’ex­cé­dant pas huit jours3La peine maxi­male étant de 5 ans sur treize vic­times iden­ti­fiées à ce jour ; et, enfin, vio­la­tion de l’in­ter­dic­tion judi­ciaire de por­ter une arme4Deux années d’emprisonnement encou­rues. Le par­quet a requis la mise en déten­tion pro­vi­soire de l’en­semble des déférés.

Place Gre'net

Auteur

Une réflexion sur « Mort de Thomas à Crépol : neuf hommes mis en exa­men pour meurtre en bande orga­ni­sée et ten­ta­tive de meurtre »

  1. Tiens, on n’en­tend plus le mot « racisé » que les antifa et anti-racistes nous servent d’ha­bi­tude à toutes occasions.

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

© RC Romans-Péage / Facebook
Meurtre de Thomas : la sec­tion de recherches de Grenoble enquête sur les sus­pects qui vont être pré­sen­tés au par­quet de Valence

FOCUS - L'enquête des gendarmes de la section de recherches de Grenoble se poursuit sur le meurtre de Thomas, 16 ans, poignardé lors d'un bal Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Tirs de balles, coups de tour­ne­vis, vio­lences contre des poli­ciers… un week-end chargé dans l’ag­glo­mé­ra­tion grenobloise

FLASH INFO - Le week-end du samedi 18 et dimanche 19 novembre 2023 a été émaillé de violences dans l'agglomération grenobloise. À commencer par un Lire plus

Flash Info

|

19/06

17h16

|

|

19/06

11h28

|

|

19/06

8h08

|

|

18/06

21h58

|

|

18/06

14h24

|

|

18/06

10h25

|

|

14/06

8h26

|

|

13/06

18h43

|

|

13/06

16h07

|

|

13/06

15h43

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF : Des élec­tions légis­la­tives… sous le signe de la confusion ?

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF : L’affaire Piolle-Martin sur fond de dissolution

Politique| Hugo Prévost, can­di­dat Nouveau Front popu­laire sur la pre­mière cir­cons­crip­tion de l’Isère : « une démons­tra­tion de force républicaine »

Agenda

Je partage !