Actualité

"Racisme d'État": l'élue grenobloise Christine Garnier revient sur ses propos, les occupations d'écoles se poursuivent

« Racisme d’État » : l’é­lue gre­no­bloise Christine Garnier revient sur ses pro­pos, tan­dis que les occu­pa­tions d’é­coles se poursuivent

« Racisme d’État » : l’é­lue gre­no­bloise Christine Garnier revient sur ses pro­pos, tan­dis que les occu­pa­tions d’é­coles se poursuivent

FLASH INFO – Rétropédalage de l’é­lue gre­no­bloise Christine Garnier ? Face aux occu­pa­tions d’é­coles à Grenoble pour évi­ter que des enfants ne dorment à la rue (voir enca­dré), l’ad­jointe avait déclaré, et assumé, qu’un « racisme d’État » était à l’œuvre en France, au tra­vers d’une « volonté poli­tique de ne pas accep­ter d’héberger des per­sonnes parce que ce sont des migrants, des exi­lés ».

Dans un com­mu­ni­qué en date du lundi 19 décembre 2022, Christine Garnier, l’ad­jointe gre­no­bloise en charge des écoles, tem­père sa for­mule employée quelques jours plus tôt. « Mes pro­pos sur le “racisme d’État” pou­vaient lais­ser entendre que le racisme était consub­stan­tiel aux ins­ti­tu­tions fran­çaises dans leur ensemble et qu’il gui­dait ses actions. Ce n’était pas le sens que je vou­lais don­ner à mon pro­pos », indique l’ad­jointe. Tout en recon­nais­sant une « expres­sion pas adap­tée ».

C'est dans le cadre des occupations d'école pour empêcher que des enfants ne dorment à la rue que Christine Garnier avait évoqué un "racisme d'État". © Collectif Berriat Anthoard

C’est dans le cadre des occu­pa­tions d’é­cole pour empê­cher que des enfants ne dorment à la rue que Christine Garnier avait évo­qué un « racisme d’État ». © Collectif Berriat Anthoard

L’élue gre­no­bloise explique avoir voulu expri­mer « [son] indi­gna­tion devant la situa­tion d’extrême pré­ca­rité subie par des familles, des enfants, en grande majo­rité de natio­na­li­tés étran­gères ». Et « dénon­cer cette inac­tion du gou­ver­ne­ment qui affecte insuf­fi­sam­ment de moyens pour les poli­tiques de loge­ment et d’hébergement d’urgence sur le ter­rain ». Avec, en fin de compte, « une prio­ri­sa­tion opé­rée par les ser­vices de l’État en fonc­tion des sta­tuts des per­sonnes », au détri­ment des étrangers.

Une réunion avec le CCAS sans grands résultats ?

Alors que les occu­pa­tions d’é­coles se pour­suivent à Grenoble, des parents d’é­lèves et un repré­sen­tant du Dal (Droit au loge­ment) ont par­ti­cipé à une réunion orga­ni­sée par le CCAS de Grenoble, lundi 19 décembre. Résultat ? Le Dal indique à Place Gre’net que seules la Ville et la Métropole de Grenoble ont répondu pré­sentes, le Département et la pré­fec­ture de l’Isère n’ayant pas pris part à l’échange.

L'école maternelle Nicolas-Chorier fait partie des écoles occupées à Grenoble. © Collectif de soutien des parents de l'école maternelle Nicolas-Chorier

L’école mater­nelle Nicolas-Chorier fait par­tie des écoles occu­pées à Grenoble. © Collectif de sou­tien des parents de l’é­cole mater­nelle Nicolas-Chorier

Une repré­sen­tante de l’Éducation natio­nale aurait éga­le­ment par­ti­cipé à la réunion, en visio­con­fé­rence. De fait, l’é­change se serait conclu… par la volonté d’or­ga­ni­ser une nou­velle réunion à la mi-jan­vier 2023, afin de trou­ver une solu­tion pour les familles concer­nées. La Ville espère en effet une “libé­ra­tion” des écoles le plus rapi­de­ment pos­sible, d’a­près le Dal.

Le maire de Grenoble se serait éga­le­ment engagé à faire remon­ter les situa­tions des familles au ministre du Logement.

[enca­dré modi­fié le 22 décembre 2022 suite à des pré­ci­sions appor­tées par le Dal]

Florent Mathieu

Auteur

Une réflexion sur « « Racisme d’État » : l’é­lue gre­no­bloise Christine Garnier revient sur ses pro­pos, tan­dis que les occu­pa­tions d’é­coles se poursuivent »

  1. Elle est la Sardine Ruisseau grenobloise.

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Grenoble : les écoles Chorier et Berriat occu­pées à leur tour par des parents d’é­lèves pour mettre à l’a­bri des enfants dor­mant à la rue

FOCUS - Suivant l'appel lancé cet automne par plusieurs organisations, des parents d'élèves des écoles maternelles Chorier et Berriat, à Grenoble, occupent respectivement les deux Lire plus

Plusieurs organisations (Cisem, Cimade, Collectif Malherbe, Dal 38, Ecole ici et maintenant, Intersyndicale enfants migrants, RESF 38) ont lancé, mercredi 2 novembre 2022, à l'école Malherbe, un appel à occuper les écoles pour mettre à l'abri les enfants à la rue. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : plu­sieurs orga­ni­sa­tions lancent un appel à occu­per les écoles pour mettre à l’a­bri les enfants dor­mant à la rue

FOCUS - Plusieurs associations et collectifs ont organisé, ce mercredi 2 novembre 2022, une conférence de presse à l'école Malherbe à Grenoble, occupée depuis le Lire plus

Marche contre les violences policières ce samedi 4 juillet 2020 à Grenoble© Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Près de 300 mani­fes­tants ont mar­ché contre les “vio­lences poli­cières” et le “racisme d’État” à Grenoble

  REPORTAGE VIDÉO - Près de 300 personnes ont manifesté "contre les violences policières" ce samedi 4 juillet 2020 à Grenoble. Une marche à l'initiative Lire plus

Rassemblement contre l'impunité et les violences policières. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Plusieurs cen­taines de per­sonnes ont dénoncé à Grenoble le racisme, l’im­pu­nité et les vio­lences policières

  FOCUS - Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant le palais de justice de Grenoble, ce mardi 9 juin vers 19 heures. Une Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
« Une fleur dans l’Isère » en mémoire des Algériens mas­sa­crés en 1961 et contre le racisme et la xénophobie

FOCUS - Un rassemblement en mémoire des manifestants algériens massacrés le 17 octobre 1961 à Paris était organisé ce mercredi 17 octobre devant la plaque commémorative Lire plus

Saisi par Alain Carignon, le préfet de l'Isère ne voit "à ce stade" aucune illégalité dans le budget 2022 de la Ville de Grenoble
Nouvelle édi­tion du Mois déco­lo­nial, sur fond de polé­mique autour d’une sub­ven­tion de la Ville de Grenoble

FOCUS - Sans surprise, la nouvelle édition du Mois décolonial à Grenoble, annoncée pour mars 2022, n'est pas sans susciter une nouvelle polémique. Cette fois, Lire plus

Flash Info

|

30/05

12h59

|

|

30/05

10h51

|

|

30/05

0h08

|

|

27/05

19h07

|

|

26/05

21h42

|

|

24/05

18h53

|

|

24/05

15h25

|

|

24/05

11h13

|

|

21/05

17h41

|

|

21/05

11h27

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF : La colère de la MJC – Théâtre Prémol

Culture| Le Street Art Fest Grenoble-Alpes est-il en dif­fi­culté à cause du « désen­ga­ge­ment » des col­lec­ti­vi­tés publiques ?

Politique| Tribune libre : « De la “culture” du tag à la “souillure” par­tout dans Grenoble, jusqu’à la violence »

Agenda

Je partage !