De gauche à droite : Gilles Namur, adjoint au maire, Ana Soto, biologiste, Éric Piolle, maire de Grenoble et André Cicolella, président de Réseau environnement santé. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Grenoble : scien­ti­fiques, ONG et poli­tiques ont lancé un appel solen­nel pour l’é­mer­gence d’un « Giec de la santé environnementale »

Grenoble : scien­ti­fiques, ONG et poli­tiques ont lancé un appel solen­nel pour l’é­mer­gence d’un « Giec de la santé environnementale »

FOCUS – Le Réseau envi­ron­ne­ment santé, la Ville de Grenoble et Capitale Verte euro­péenne 2022 orga­ni­saient, ce samedi 19 mars 2022, une ren­contre entre scien­ti­fiques inter­na­tio­naux, ONG et res­pon­sables poli­tiques. Ce à l’occasion de la célé­bra­tion du 30e anni­ver­saire de la confé­rence de Wingspread (1991) qui a vu la nais­sance du concept de per­tur­ba­teur endo­cri­nien. L’occasion de lan­cer « L’appel de Grenoble » pré­co­ni­sant la créa­tion d’un « Giec de la Santé envi­ron­ne­men­tale ». L’objectif ? Établir une syn­thèse des connais­sances scien­ti­fiques et éclai­rer les déci­sions publiques pour remettre la santé envi­ron­ne­men­tale au cœur du débat politique.

« Il y a trente ans à Wingspread (Wisconsin), 21 scien­ti­fiques se sont réunis et c’est là que le concept de per­tur­ba­teurs endo­cri­nien est né », explique Gilles Namur, adjoint gre­no­blois à la Nature en ville, aux espaces publics, à la bio­di­ver­sité, à la fraî­cheur et aux mobi­li­tés. Aussi, pour­suit l’élu, « le Réseau envi­ron­ne­ment santé (Res), la Ville de Grenoble et Grenoble capi­tale verte euro­péenne 2022 ont-t-ils voulu remettre la ques­tion de la santé envi­ron­ne­men­tale au cœur des poli­tiques publiques ».

Gilles Namur fai­sait office, ce samedi 19 mars 2022, d’a­ni­ma­teur de la ren­contre réunis­sant des scien­ti­fiques inter­na­tio­naux, des orga­ni­sa­tions non gou­ver­ne­men­tales (ONG), des res­pon­sables poli­tiques et des repré­sen­tants de la société civile au sein du grand amphi­théâtre de Grenoble école de mana­ge­ment (Gem).

Gilles Namur, adjoint à la Nature en ville, aux espaces publics, à la biodiversité, à la fraîcheur et aux mobilités. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Gilles Namur, adjoint à la Nature en ville, aux espaces publics, à la bio­di­ver­sité, à la fraî­cheur et aux mobi­li­tés. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Il s’a­gis­sait en l’oc­cur­rence, expose Gille Namur, de « sol­li­ci­ter les états, l’Europe, les citoyens à se mobi­li­ser, au même titre que le Giec1 Groupe d’ex­perts inter­gou­ver­ne­men­tal sur l’é­vo­lu­tion du cli­mat pour le cli­mat ou l’IPBES2La pla­te­forme inter­gou­ver­ne­men­tale scien­ti­fique et poli­tique sur la bio­di­ver­sité et les ser­vices éco­sys­té­miques. pour un réseau de scien­ti­fiques qui viennent éclai­rer les déci­deurs publics sur les pro­blé­ma­tiques de santé envi­ron­ne­men­tale. » À l’ap­pui, de nom­breuses inter­ven­tions et dif­fu­sions de vidéos d’associations, toutes appe­lant à la néces­sité d’une syn­thèse des connais­sances en santé environnementale.

L’Appel de Grenoble pour un « Giec de la santé environnementale »

Une mobi­li­sa­tion d’au­tant plus impor­tante, estime André, Cicolella, chi­miste et pré­sident de l’as­so­cia­tion Res, « qu’une grande par­tie des mala­dies chro­niques – obé­sité, dia­bète, mala­dies car­dio-vas­cu­laires, can­cers – sont des mala­dies liées à l’en­vi­ron­ne­ment ». Notamment, ajoute le chi­miste, « par l’in­ter­mé­diaire de conta­mi­na­tions de type per­tur­ba­teurs endo­cri­niens. L’im­por­tant n’est pas d’en faire le seul constat mais il s’a­git bien d’agir ».

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 51 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Photo prise par un habitant de La Tronche des feux de câbles électriques provenant de l'aire de gens du voyage située à côté de l'usine Athanor. © HD
Brûlages sau­vages de câbles élec­triques : La Tronche et France nature envi­ron­ne­ment dénoncent le « laxisme » des autorités

DÉCRYPTAGE - La Ville de la Tronche et France nature environnement Isère ont dénoncé, ce mercredi 9 mars 2022, le laxisme des pouvoirs publics face Lire plus

"Donut" social et environnemental ou "usine à gaz"? La Ville de Grenoble lance la démarche Grenoble 2040
« Donut » social et envi­ron­ne­men­tal ou « usine à gaz » ? La Ville de Grenoble lance la démarche Grenoble 2040

FOCUS — La Ville de Grenoble a lancé la démarche Grenoble 2040 à l'occasion du conseil municipal du 7 février. Non sans rencontrer les critiques Lire plus

© CSUG
Décollage immi­nent pour ThingSat, nano­sa­tel­lite “made in Grenoble” dédié à la sur­veillance de l’environnement

EN BREF – Ce jeudi 13 janvier 2022, ThingSat, le deuxième nanosatellite développé par le Centre spatial universitaire de Grenoble (CSUG), décollera de Cape Canaveral Lire plus

La SDH inaugure un logement pédagogique à Échirolles, sur fond de réhabilitations de 547 logements du secteur
La SDH et France nature envi­ron­ne­ment Isère renou­vellent leur conven­tion de partenariat

FLASH INFO — La Société dauphinoise pour l'habitat (SDH) et France nature environnement Isère (FNE) ont signé mercredi 27 octobre 2021 le renouvellement de leur Lire plus

La jeune asso­cia­tion Vallée de la Gresse en tran­si­tion veut “faire de la poli­tique autre­ment” en faveur de l’environnement

  EN BREF - L'association Vallée de la Gresse en transition a vu le jour en octobre 2020. Ses membres souhaitent mener des actions concrètes Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !