Les dix-neuf sages-femmes de la Clinique des Cèdres, à Echirolles, ont lancé une grève d'une semaine reconductible, ce lundi 3 janvier 2022, dans le cadre d'un mouvement national des sages-femmes des maternités privées. © DR

Les sages-femmes de la Clinique des Cèdres en grève dans le cadre d’un mou­ve­ment natio­nal des mater­ni­tés privées

Les sages-femmes de la Clinique des Cèdres en grève dans le cadre d’un mou­ve­ment natio­nal des mater­ni­tés privées

FOCUS – Les sages-femmes de la Clinique des Cèdres, à Échirolles, ont lancé ce lundi 3 jan­vier 2022 une grève d’une semaine recon­duc­tible. Une mobi­li­sa­tion qui entre dans le cadre d’un mou­ve­ment natio­nal tou­chant les mater­ni­tés pri­vées. Ces sages-femmes réclament une reva­lo­ri­sa­tion des salaires, via un ali­gne­ment sur ceux du public, ainsi qu’une aug­men­ta­tion des effec­tifs dans les éta­blis­se­ments de santé privés.

Ce lundi 3 jan­vier 2022, les cou­loirs de la mater­nité de la Clinique des Cèdres, à Échirolles, son­naient bien creux. La rai­son ? Dix-huit des dix-neuf sages-femmes de l’é­ta­blis­se­ment avaient entamé une grève d’une semaine recon­duc­tible, le matin même. Et encore, pré­cise Laure1Le pré­nom a été modi­fié, sage-femme gré­viste, « la seule col­lègue non gré­viste ne la fait pas pour des rai­sons per­son­nelles mais elle sou­tient le mou­ve­ment ».

Les dix-neuf sages-femmes de la Clinique des Cèdres, à Echirolles, ont lancé une grève d'une semaine reconductible, ce lundi 3 janvier 2022, dans le cadre d'un mouvement national des sages-femmes des maternités privées. © DR

Dix-huit des dix-neuf sages-femmes de la Clinique des Cèdres, à Échirolles, ont lancé une grève d’une semaine recon­duc­tible, ce lundi 3 jan­vier 2022, dans le cadre d’un mou­ve­ment natio­nal dans les mater­ni­tés pri­vées. DR

Quant à leurs col­lègues de la Clinique Belledonne, à Saint-Martin-d’Hères, celles-ci ont « déjà effec­tué plu­sieurs jour­nées de grève [en 2021] mais n’ont pas suivi cette fois-ci », tout en « res­tant mobi­li­sées », assure Laure. Le mou­ve­ment de grève est en effet natio­nal et implique l’en­semble des sages-femmes sala­riées des éta­blis­se­ments de santé privés.

Ces der­nières alertent depuis des mois le gou­ver­ne­ment et la Fédération de l’hos­pi­ta­li­sa­tion pri­vée (FHP) au sujet de la dégra­da­tion de leurs condi­tions de tra­vail et se disent ulcé­rées par le manque de recon­nais­sance à leur égard. « Depuis un an, on a sur­tout répondu favo­ra­ble­ment aux sages-femmes de l’hô­pi­tal public mais, dans le privé, nous nous sommes sen­ties à la traîne », sou­ligne la sage-femme échirolloise.

« La dif­fé­rence de salaires entre public et privé est de 25 % en notre défaveur »

De fait, si nombre de reven­di­ca­tions sont com­munes aux mater­ni­tés publiques et pri­vées, les sages-femmes exer­çant dans les secondes font un peu office de parents pauvres de la pro­fes­sion. Illustration avec la ques­tion par­ti­cu­liè­re­ment sen­sible des salaires, pre­mier des deux gros points de fric­tion avec les auto­ri­tés de tutelle.

Le collectif de sages-femmes présentes dans le cortège pour protester contre leurs conditions de travail. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net

Les sages-femmes des mater­ni­tés publiques et pri­vées se sont déjà mobi­li­sées plu­sieurs fois en 2021 (comme ici, en juin) pour leurs condi­tions de tra­vail. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net

Naturellement, Laure se féli­cite de la reva­lo­ri­sa­tion sala­riale consen­tie par le minis­tère de la Santé en novembre 2021 et effec­tive à par­tir du 1er février 2022. « Tout le monde sera payé 500 euros de plus », se réjouit-elle. Mais « si on com­pare les grilles sala­riales hors cette aug­men­ta­tion, la dif­fé­rence entre public et privé est en moyenne de 25 % en notre défa­veur », déplore-t-elle. « Notre grosse demande, c’est de com­bler cet écart et d’a­li­gner nos salaires sur ceux du public. »

L’amertume des gré­vistes est d’au­tant plus pro­non­cée qu’à par­tir de trente ans d’an­cien­neté, leur rému­né­ra­tion « ne bouge plus du tout, même pas d’un cen­time ». « Notre grille sala­riale date de 2002 et n’a pas changé en vingt ans, mal­gré l’in­fla­tion et la hausse du coût de la vie », pointe ainsi Laure.

Les effec­tifs sont fixés par le décret de péri­na­ta­lité de 1998

La deuxième reven­di­ca­tion concerne quant à elle l’aug­men­ta­tion des effec­tifs de sages-femmes au sein des mater­ni­tés pri­vées fran­çaises. Car ceux-ci, fixés par le décret de péri­na­ta­lité de 1998, n’ont « pas bougé depuis ». Et ce, alors que le tra­vail a, lui, consi­dé­ra­ble­ment évo­lué, que ce soit avec « les demandes des parents, le déve­lop­pe­ment des tâches admi­nis­tra­tives ou l’in­for­ma­ti­sa­tion des dos­siers ».

La clinique des Cèdres à Échirolles. © Clinique des Cèdres

Le pro­blème de sous-effec­tif des sages-femmes ne touche heu­reu­se­ment pas encore la cli­nique des Cèdres à Échirolles, même si la mater­nité ne dis­pose néan­moins d’au­cune marge de manœuvre. © Clinique des Cèdres

Laure l’ad­met, le pro­blème ne touche pas spé­ci­fi­que­ment la Clinique des Cèdres où les sages-femmes sont – du moins pour l’ins­tant – en nombre suf­fi­sant. Mais à l’é­chelle natio­nale, c’est un réel souci, avec une « pénu­rie de per­son­nel formé » et un manque crois­sant de rem­pla­çantes disponibles.

« Le nombre d’étu­diants choi­sis­sant la filière maïeu­tique a bru­ta­le­ment dimi­nué de 20 % depuis deux ans », regret­taient ainsi les sages-femmes des mater­ni­tés pri­vées, dans un com­mu­ni­qué, le 26 novembre 2021. Rappelant que « la durée d’exercice des sages-femmes de mater­nité est en moyenne de cinq ans », elles jugeaient « urgent de retrou­ver de l’attractivité pour [leur] métier ».

Des consé­quences poten­tiel­le­ment dra­ma­tiques pour les patientes et leur bébé

Même à la Clinique des Cèdres, pour­tant pas la plus mal lotie, « le moindre grain de sable suf­fi­rait à déré­gler la machine », témoigne Laure. Avant de pré­ci­ser un peu sa pen­sée : « Pour l’ins­tant, le Covid n’a pas eu un énorme impact sur nous, d’au­tant qu’on est toutes vac­ci­nées. Mais si demain, par exemple, on a des cas contacts, c’est simple, le ser­vice ne tourne plus ! »

Illustration de sages-femmes et nouveau-né en salle d'accouchement. © DR

Le sous-effec­tif et la dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail des sages-femmes dans les mater­ni­tés pri­vées pour­raient avoir de lourdes consé­quences sur la santé des patientes et de leurs nou­veau-nés, alerte le per­son­nel. © Shutterstock

Les sages-femmes insistent en outre sur les consé­quences poten­tiel­le­ment dra­ma­tiques de cette dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail, cou­plée à une sur­charge cer­taine. Les effec­tifs actuels, assurent-elles, « ne per­mettent plus un accom­pa­gne­ment des patientes et de leurs nou­veau-nés en toute sécu­rité ».

« Ce sera au pré­fet de déci­der s’il nous réquisitionne »

Afin d’en­clen­cher une réac­tion, 2049 sages-femmes de toute la France (soit 92 % des pro­fes­sion­nels du sec­teur privé) ont co-signé une lettre adres­sée, le 26 novembre 2021, au pré­sident de la FHP. Faute de réponse, un second cour­rier de relance a été envoyé le 24 décembre, sus­ci­tant cette fois un retour laco­nique du des­ti­na­taire. Les sages-femmes ont donc passé la vitesse supé­rieure en dépo­sant, à par­tir de ce lundi 3 jan­vier 2022, des pré­avis de grève recon­duc­tible ou illi­mi­tée selon les maternités.

Quid de la suite ? Sans pro­po­si­tion du minis­tère de la Santé ou de la FHP, le mou­ve­ment devrait se pour­suivre. « Après, ce sera au pré­fet de déci­der s’il nous réqui­si­tionne ou si on ferme les salles d’ac­cou­che­ment », explique Laure.

Sollicitée par nos soins, la direc­tion de la Clinique des Cèdres, à Échirolles, n’a­vait pu être jointe au moment de la publi­ca­tion de cet article.

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le collectif de sages-femmes présentent dans le cortège pour protester contre leurs conditions de travail. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net
Grenoble : les sages-femmes en colère reçues par la dépu­tée Camille Galliard-Minier

  EN BREF - Les sages-femmes étaient en grève lundi 8 mars pour dénoncer le manque de reconnaissance de leur profession. À Grenoble, une centaine Lire plus

Le mouvement pour l’accouchement à domicile groupe informel de parents et de sage-femmes à l'origine de plusieurs rassemblements dans des villes en France dont Grenoble
Les sages-femmes plantent le piquet

REPORTAGE - Au CHU de Grenoble, des sages-femmes, en grève depuis le 6 novembre dernier, ont passé leur cinquième nuit sous la tente. Une manière Lire plus

La cli­nique des Cèdres ouvre un pôle de trai­te­ment de l’obésité

FOCUS – La clinique des Cèdres a annoncé, fin novembre, l’ouverture d’un nouveau pôle de traitement de l’obésité à Échirolles. L’objectif ? Mieux suivre les patients Lire plus

La 1ère Journée de chirurgie "live" orthopédique organisée par la Clinique des Cèdres située à Échirolles a rassemblé 250 professionnels de la santé.
Interventions en direct à la Clinique des Cèdres pour la jour­née « Live surgery »

REPORTAGE VIDÉO - La Clinique des Cèdres, acteur majeur de la région en orthopédie et en traumatologie organisait, ce samedi 26 novembre, la première Journée Lire plus

Devanture de l'hôpital couple enfant du CHUGA
Un poste de sage-femme en moins à l’hô­pi­tal couple-enfant de Grenoble ?

FLASH INFO - Dans un courrier en date du 20 octobre 2021 adressé directement au ministre de la Santé Olivier Véran, l’équipe de sages-femmes de Lire plus

Grève du personnel soignant de la clinique Belledonne de Grenoble, lundi 13 septembre 2021 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Clinique Belledonne : bras de fer entre la direc­tion et le per­son­nel soi­gnant, en grève contre des condi­tions de tra­vail « dégradées »

REPORTAGE - Depuis le vendredi 10 septembre 2021, les opérations chirurgicales de la clinique Belledonne de Grenoble sont déprogrammées, et cela va continuer jusqu’à mercredi Lire plus

Flash Info

|

30/11

0h38

|

|

29/11

17h12

|

|

29/11

12h00

|

|

28/11

10h48

|

|

26/11

9h37

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

|

23/11

10h07

|

|

22/11

19h39

|

|

22/11

19h30

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Culture| Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

Agenda

Je partage !