Haoues Seniguer, maître de conférences à Sciences-Po Lyon et spécialiste de la politisation de l'islam, était l'invité de l'Alliance Citoyenne, lundi 6 décembre 2021, à la Maison du tourisme, pour une conférence sur le thème "Islamisme et Frères Musulmans en France: entre fantasmes et réalités". © DR

« Les isla­mistes sont contre le bur­kini », selon le poli­to­logue Haoues Seniguer, invité à Grenoble par l’Alliance citoyenne

« Les isla­mistes sont contre le bur­kini », selon le poli­to­logue Haoues Seniguer, invité à Grenoble par l’Alliance citoyenne

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

ENTRETIEN - Haoues Seniguer, maître de conférences en science politique à Sciences-Po Lyon, chercheur au laboratoire Triangle (UMR 5206) et spécialiste de la politisation de l'islam, était l'invité de l'Alliance citoyenne pour une conférence-débat à la Maison du tourisme de Grenoble, le 6 décembre 2021. Le thème ? "Islamisme et Frères musulmans en France : entre fantasmes et réalités". L'occasion pour ce fin connaisseur du sujet de dépassionner le débat sur la place réelle de l'islamisme en France.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler sur l’islam et l’islamisme ?

Haoues Seniguer - La raison principale, c’est un évènement majeur : le 11 septembre 2001. C’est un évènement planétaire qui a sidéré nombre de gens et qui a été commis au nom de l’islam. Surtout, ces attentats venaient percuter mes deux représentations de l’islam.

D’une part, celle venant de mon héritage et mes ascendants d’origine algérienne : un islam pratiqué simplement, paisiblement et pacifiquement, comme c’était toujours le cas dans la première génération d’immigrés – et c’est encore le cas de bien des musulmanes et musulmans.

Haoues Seniguer, maître de conférences en science politique à l'IEP de Lyon, était l'invité d'une conférence-débat organisée par l'Alliance citoyenne à la Maison du tourisme de Grenoble, le 6 décembre 2021. © ICFM

Haoues Seniguer, maître de conférences en science politique à l'IEP de Lyon, était l'invité d'une conférence-débat organisée par l'Alliance citoyenne à la Maison du tourisme de Grenoble, le 6 décembre 2021. © ICFM

D’autre part, ces attentats, et l’idéologie mortifère qui les justifia, entraient en contradiction avec mes enseignements reçus en philosophie arabe, dispensés par Michel Fattal, à l’université Pierre-Mendès-France2Ancienne université qui a disparu avec la création de l'Université Grenoble Alpes. Ce dernier, en mobilisant les apports de grands philosophes arabes de confession chrétienne et musulmane, démontrait l’accord et la conciliation possibles entre raison et foi, théologie et philosophie.

D’où vient l’islamisme ? Dans quel contexte historique est-il né ?

Les origines de l’islamisme remontent à la première moitié du XXe siècle. La date fondatrice, c’est 1928, avec la naissance des Frères musulmans fondés par Hassan al-Banna, en Égypte.

Deux éléments ont conduit à cela. D’abord, l’abolition du califat ottoman par Mustapha Kemal en 1924, qui a provoqué une onde de choc importante dans le monde arabe, au nom d’une hypothétique union. Ensuite, et concomitamment, la colonisation occidentale et britannique, vécue comme une agression culturelle, politique et économique. Les Frères musulmans se sont constitués dans ce contexte anticolonial.

Néanmoins, il n’y a pas que ça. On ne peut pas se limiter à cette lecture anti-impérialiste. Hassan al-Banna réclamait en effet l’application stricte de la charia et nourrissait la volonté de soumettre les musulmans à une pratique rigoriste de l’islam avec, par ailleurs, l’idée de servir de guide pour l’humanité.

"Musulmans de France, l'ex-UOIF, a une filiation réelle avec les Frères musulmans mais cela n'explique pas tout. Ils s’en écartent en effet par bien des aspects."

En France, l'islamisme est-il dominé par les Frères musulmans ?

Haoues Seniguer - Les premiers mouvements islamistes de France, apparus à la fin des années 1970 et au début des années 1980, étaient influencés par la pensée frériste. Mais l’origine, comme l’affirme l’historien Marc Bloch, n’est pas une explication. Je préfère, s'agissant des islamistes français, parler de néo-frérisme et néo-islamisme. L'héritage ne dit en effet pas tout de ce qu'ils sont réellement car ils sont tenus par les contraintes institutionnelles et culturelles du lieu où ils évoluent.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 77 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Alliance Citoyenne, Mois décolonial... Alain Carignon fustige une Grenoble "capitale de l'islamo-gauchisme"
Alliance Citoyenne, Mois déco­lo­nial… Alain Carignon fus­tige une Grenoble « capi­tale de l’islamo-gauchisme »

FLASH INFO — Alors que le maire de Grenoble adresse un courrier au chef de l'État pour alerter sur "l'ultra-droite", le groupe d'opposition municipale de Lire plus

L'observatoire isérois de la parité entre les femmes et les hommes se déclare "contre le burkini dans les piscines"
Pétition pro-bur­qini dans les pis­cines de Grenoble : l’Alliance citoyenne joue la carte de la démo­cra­tie participative

REPORTAGE – Après leurs actions chocs pro-burqini dans les piscines municipales de Grenoble, les militants de l'Alliance citoyenne  jouent, cette fois, la carte de la Lire plus

L'Association des femmes élues de l'Isère condamne les actions burkini de l'Alliance citoyenne à Grenoble
L’Association des femmes élues de l’Isère condamne les actions bur­kini de l’Alliance citoyenne à Grenoble

FLASH INFO — "Ne rien lâcher face aux tentatives de force ou d’intimidation des pro-burkini". C'est ainsi que l'Association des femmes élues de l'Isère (AEFI) Lire plus

Opérations burkini: la Ville de Grenoble dénonce des "provocations déplorable"... et l'Alliance citoyenne la "répression policière"
Opérations bur­qini : la Ville de Grenoble dénonce des « pro­vo­ca­tions déplo­rables »… et l’Alliance citoyenne la « répres­sion policière »

EN BREF - La question du burqini portée par l'Alliance citoyenne de l'agglomération grenobloise continue d'agiter les bassins grenoblois. Alors que la Ville de Grenoble Lire plus

Naëm Bestandji, qui se définit comme militant féministe universaliste et laïc, était l'invité de la conférence sur la laïcité d'Emilie Chalas - prévue le 9 décembre 2021 et finalement reportée - où il devait présenter son livre "Le linceul du féminisme" consacré au voile islamique, outil selon lui "au service du patriarcat islamiste". © DR
Naëm Bestandji, mili­tant laïque : « Les isla­mistes pres­crivent le voile pour apai­ser leur obses­sion sexuelle »

ENTRETIEN - L'écrivain isérois Naëm Bestandji, fondateur du comité grenoblois de "Ni putes ni soumises", interviendra à la conférence sur la laïcité organisée par Émilie Lire plus

Émilie Chalas organise une conférence à l'occasion de la Journée de la laïcité à l'école le 9 décembre
Émilie Chalas orga­nise une confé­rence à l’oc­ca­sion de la Journée de la laï­cité à l’é­cole le 9 décembre

FLASH INFO — À l'occasion de la Journée de la laïcité à l'école le jeudi 9 décembre, la députée de l'Isère Émilie Chalas organise une Lire plus

Flash Info

|

13/08

8h35

|

|

13/08

1h08

|

|

12/08

20h21

|

|

12/08

17h28

|

|

12/08

13h07

|

|

11/08

17h55

|

|

11/08

16h56

|

|

11/08

16h19

|

|

11/08

15h45

|

|

11/08

11h00

|

Les plus lus

Environnement| L’incendie dans le sec­teur Voreppe – La Buisse devient cri­tique avec l’ou­ver­ture d’un front de flammes atti­sées par le vent

Environnement| Canicule : le dépar­te­ment de l’Isère passe en alerte jaune à comp­ter du samedi 6 août 2022

Environnement| Un incen­die dû à la foudre ravage une ving­taine d’hec­tares de végé­ta­tion assé­chée à La Buisse près de Voreppe

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin