Blocages d'établissements et manifestation de lycéens à Grenoble contre la tenue du baccalauréat

Blocages d’établissements et manifestation de lycéens à Grenoble contre la tenue du baccalauréat

Blocages d’établissements et manifestation de lycéens à Grenoble contre la tenue du baccalauréat

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

REPORTAGE – Suite à un nouvel appel lancé par l’Union nationale lycéenne (UNL), des blocages d’établissements se sont tenus lundi 10 mai dans l’agglomération grenobloise. Les lycéens mobilisés contestent une nouvelle fois le maintien des épreuves du baccalauréat. La mobilisation s’est poursuivie l’après-midi dans les rues de Grenoble, dans un climat tendu.

 

 

« On reven­dique un pas­sage en contrôle continu de toutes les épreuves ! Que ce soit pour les pre­mières, avec le bac de fran­çais, ou pour les ter­mi­nales avec l’épreuve de phi­lo­so­phie et le grand oral, pour lequel on n’est pas prêts », scande Marcel, mili­tant Fridays for Future. Élève au lycée du Grésivaudan à Meylan, il était mobi­lisé dès 7 heures du matin ce lundi 10 mai contre le main­tien des épreuves du bac­ca­lau­réat. Tout comme d’autres lycéens de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise, notam­ment des lycées des Eaux-Claires et Mounier.

 

La mobilisation s'est traduite par des blocages de plusieurs lycées de l'agglomération grenobloise © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

La mobi­li­sa­tion s’est tra­duite par des blo­cages dans plu­sieurs lycées de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net

 

Si le ministre de l’Éducation natio­nale Jean-Michel Blanquer a annoncé des assou­plis­se­ments dans les moda­li­tés d’examen, les lycéens ne déco­lèrent pas. Et leurs inquié­tudes sont tou­jours les mêmes, après une semaine de mobi­li­sa­tion. « On n’est pas égaux face à l’en­sei­gne­ment », explique Marcel. L’Union natio­nale lycéenne dénonce en effet les inéga­li­tés d’enseignements entre lycéens et des régle­men­ta­tions dif­fé­rentes selon les éta­blis­se­ments. Ainsi que le manque de pré­pa­ra­tion et le flou quant aux épreuves écrites et orales.

 

 

Des blocages dans le calme… sauf au lycée des Eaux-Claires

 

Si le blo­cage du lycée Mounier s’est déroulé dans le calme, celui des Eaux-Claires a sus­cité de vives ten­sions. « Un ensei­gnant qui vou­lait entrer de force a été mal­mené par des élèves », écrit la police natio­nale dans son rap­port. Le pro­vi­seur a, par la suite, demandé le déga­ge­ment de la place prin­ci­pale. Les forces de l’ordre ont alors fait usage de gaz lacry­mo­gène contre, indiquent-elles, des lycéens qui « venaient au contact ».

 

Une chaîne humaine pour demander la démission du ministre de l'Éducation nationale © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

Une chaîne humaine pour deman­der la démis­sion du ministre de l’Éducation natio­nale. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net

 

À Meylan, c’est la gen­dar­me­rie qui était sur place. Une cin­quan­taine de lycéens se sont ras­sem­blés devant l’en­trée du lycée du Grésivaudan, tout en lais­sant entrer ceux qui sou­hai­taient se rendre en classe. Outre un bac­ca­lau­réat basé sur le contrôle continu et des ses­sions de rat­tra­page pour tous les lycéens qui n’ob­tiennent pas le diplôme sur cette base, une chaîne humaine a réclamé la démis­sion du ministre de l’Éducation nationale.

 

Dans un com­mu­ni­qué, le rec­to­rat de Grenoble déplore de son côté les blo­cages des éta­blis­se­ments. « Exprimer ses opi­nions et reven­di­quer sont des droits fon­da­men­taux, qui ne peuvent s’exercer au détri­ment des liber­tés des autres élèves et per­son­nels d’un éta­blis­se­ment », écrit-il. Avant d’a­jou­ter : « Ce mode d’expression ne res­pecte pas les droits des élèves qui sou­haitent suivre les ensei­gne­ments ou com­po­ser pour un exa­men ».

 

 

Une mobilisation lycéenne très encadrée par les forces policières

 

La mobi­li­sa­tion lycéenne s’est pour­sui­vie à 14 heures, mal­gré la pluie bat­tante. Une soixan­taine de lycéens issus de dif­fé­rents éta­blis­se­ments se sont alors rejoints à Grenoble pour mani­fes­ter au départ de l’a­ve­nue Alsace-Lorraine. Encadré d’un impor­tant dis­po­si­tif poli­cier déployé sur tout le par­cours de la mani­fes­ta­tion, le cor­tège a ensuite pro­gressé dans un cli­mat tendu entre mani­fes­tants paci­fistes… et d’autres qui pro­vo­quaient les forces de l’ordre.

 

Après les blocages de la matinée, la manifestation de l'après-midi s'est déroulée dans un climat de tension avec les forces de l'ordre. © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

Après les blo­cages de la mati­née, la mani­fes­ta­tion de l’a­près-midi s’est dérou­lée dans un cli­mat de ten­sions avec les forces de l’ordre. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net

 

La police indique ainsi un jet de pro­jec­tile sur le lycée Champollion, puis de nou­veau un autre, cette fois contre les forces de l’ordre, au niveau de la rue Lesdiguières. Une per­sonne a alors été inter­pel­lée. Nouvelle inter­pel­la­tion quelques heures plus tard, suite à de nou­veaux jets de pro­jec­tiles contre des poli­ciers, alors que les lycéens se ras­sem­blaient devant le rec­to­rat de Grenoble. Une délé­ga­tion a été reçue par des repré­sen­tants de la rectrice.

 

Sarah krakovitch

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

SK

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Gare de Saint-Pierre-d'Albigny. Capture d'écran google
Une femme partie de Grenoble séquestrée dans un coffre de voiture par son ex-petit ami

  FLASH INFO - Un homme a enlevé son ex-petite amie partie en train de Grenoble, jeudi 6 mai dans la soirée. Suite à une Lire plus

Violences urbaines: deux candidats LREM aux départementales plaident pour le renforcement de la prévention
Un homme entre la vie et la mort, les secours pris à partie à Grenoble

  FLASH INFO - Un homme âgé de 36 ans est entre la vie et la mort après avoir été agressé dans la nuit de Lire plus

Un homme blessé par balle lors d’une rixe opposant plusieurs individus à Échirolles

  FLASH INFO - Un homme a été blessé par balle lors d'une rixe opposant plusieurs individus ce lundi 12 avril 2021 à Échirolles. Les Lire plus

Saint-Martin-d’Hères : l’organisateur d’une soirée clandestine condamné à 600 euros d’amende

  FLASH INFO - L'organisateur d'une soirée clandestine à Saint-Martin-d'Hères durant le couvre-feu, mi-janvier, a été condamné à 600 euros d'amende. Près de 200 personnes Lire plus

Flash Info

|

23/06

11h06

|

|

23/06

7h33

|

|

22/06

22h54

|

|

22/06

21h39

|

|

22/06

14h36

|

|

21/06

17h04

|

|

21/06

13h01

|

|

21/06

10h31

|

Ville de Grenoble - Anneau de vitesse

Les plus lus

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d'oiseaux

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin