Après la chasse à la voiture, la Ville de Grenoble veut faire le ménage dans le chauffage au bois

sep article

 

FIL INFO – Après avoir longtemps fait la chasse à la voiture, la Ville de Grenoble entend faire le ménage dans les appareils de chauffage au bois, en grande partie responsables des épisodes de pollution aux particules fines. Elle annonce, pour cet automne, la mise en place d’une aide financière pour compléter la prime air-bois de la Métropole.

 

 

La Ville de Grenoble se conver­tit à la prime air-bois, après avoir long­temps foca­lisé ses efforts pour lut­ter contre la pol­lu­tion de l’air sur la voi­ture. DR

La Ville de Grenoble change de bra­quet. Après avoir long­temps donné la prio­rité à la lutte contre la pol­lu­tion auto­mo­bile, la Ville a décidé de s’at­ta­quer aux émis­sions émises par le chauf­fage au bois. « La pre­mière source d’émission de par­ti­cules fines sur notre ter­ri­toire pro­vient de la mau­vaise com­bus­tion du bois (de che­mi­née et des déchets verts) », sou­ligne-t-elle dans un com­mu­ni­qué. Dans le col­li­ma­teur ? Les che­mi­nées et poêles à bois à foyers ouverts ou insuf­fi­sam­ment per­for­mants qui relarguent trop de pous­sières dans l’air.

 

Depuis 2015, la Métropole de Grenoble a mis en place une prime air-bois pour inci­ter les ménages à chan­ger leurs équi­pe­ments. C’est à ce jour, d’a­près Atmo, le dis­po­si­tif le plus effi­cace sur le ter­ri­toire pour lut­ter contre la pol­lu­tion de l’air. Mais un dis­po­si­tif qui peine encore à pro­duire tous ses poten­tiels effets. De fait, rien que sur la ville de Grenoble, on estime le nombre d’ap­pa­reils au bois à 2 100, dont la moi­tié serait pas assez per­for­mants.

 

 

Une aide financière dont le montant n’est pas encore précisé

 

À son tour, et avec un cer­tain retard à l’al­lu­mage, la Ville de Grenoble emboîte donc le pas à la Métro. Et annonce pour cet automne la mise en place d’une aide finan­cière pour inci­ter les ménages à chan­ger leur équi­pe­ment. Une aide dont le mon­tant n’est pour l’heure pas pré­cisé. Mais l’ob­jec­tif, indique le com­mu­ni­qué, est de « garan­tir la gra­tuité totale du chan­ge­ment d’ap­pa­reil pour les ménages modestes et très modestes ».

 

Chauffage au bois dans cheminée. © Maïlys Medjadj - Place Gre'net

Chauffage au bois dans che­mi­née. © Maïlys Medjadj – Place Gre’net

« L’aide finan­cière qui sera pro­po­sée au conseil muni­ci­pal est une mesure de jus­tice sociale et envi­ron­ne­men­tale », sou­ligne Pierre-André Juven, adjoint à la Santé et à l’Urbanisme à la Ville de Grenoble. « Il est éga­le­ment pri­mor­dial de faire connaître les aides exis­tantes à l’ensemble des foyers concer­nés afin de sup­pri­mer l’intégralité des dis­po­si­tifs non per­for­mants et donc dan­ge­reux pour la santé d’ici cinq ans. »

 

Le 12 mars 2021, la Métropole de Grenoble a adopté un vœu sans les voix des éco­lo­gistes gre­no­blois. Il récla­mait de l’État plus de moyens pour lut­ter contre la pol­lu­tion émise par le chauf­fage au bois.

 

Patricia Cerinsek

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
20371 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Pour une fois, les gau­cho facho font la bonne chose. Arrêteront ils d’emmerder les auto­mo­bi­listes ?

    sep article
  2. sep article
  3. Pour le chauf­fage urbain et la cen­trale Biomax (une inep­tie envi­ron­ne­men­tale) qui crament du bois par mil­liers de tonnes à tour de bras, ça se passe com­ment ?

    Quand à « chas­ser » les pol­lueurs au bois, il s’a­git là de spon­so­ri­ser le chan­ge­ment de leur sys­tème de chauf­fage à contra­rio des uti­li­sa­teurs de véhi­cules qui sont à Grenoble har­ce­lés et dis­cri­mi­nés alors qu’ils n’emettent que 14% des PM10 et & PM2,5 = 13 % des PM 2.5 alors que le chauf­fage au bois émet 55% des PM 10 et 69% des PM 2,5 !

    D’ailleurs cette chasse aux véhi­cules contre-pro­duc­tive a fait explo­ser les embou­teillages, le top ! 🙄

    sep article
    • la Centrale Biomax émet 8 000 kg des PM2,5 par an, reje­tés dans l’air de Grenoble. C’est une CALAMITE

      sep article
  4. Alors là pour le coup, c’est utile.

    sep article