Près de 300 personnes ont défilé à Grenoble pour des mesures concrètes pour le climat et contre la précarité

sep article

 

REPORTAGE VIDÉO – Près de 300 personnes, principalement des jeunes, ont marché pour le climat à Grenoble, ce vendredi 19 mars 2021. Une nouvelle mobilisation à  l’initiative du mouvement Fridays for future Grenoble pour réclamer des actions urgentes contre le changement climatique. Mais aussi pour dénoncer la détresse de la jeunesse face à la précarité étudiante amplifiée par la crise sanitaire.

 

 

« Et un, et deux et trois degrés, c’est un crime contre l’humanité ! », a‑t-on à nou­veau entendu dans les rues de Grenoble. Après une année en dor­mance due à la crise sani­taire, la jeu­nesse s’est à nou­veau mobi­li­sée pour le cli­mat par­tout en France ce ven­dredi 19 mars 2021.

 

À Grenoble, le mou­ve­ment Fridays for future (FFF) Grenoble1La branche gre­no­bloise du mou­ve­ment mon­dial Youth for Climate / Fridays for Future ini­tié en 2018 par la lycéenne sué­doise Greta Thunberg. avait appelé à mani­fes­ter dans le cadre d’une jour­née mon­diale d’action pour le cli­mat. Ainsi, près de 300 per­sonnes ne dépas­sant pas pour la plu­part la ving­taine d’an­nées se sont-elles ras­sem­blées devant la gare de Grenoble en début d’a­près-midi.

 

Près de 300 personnes ont marché pour le climat ce 19 mars à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Près de 300 per­sonnes ont mar­ché pour le cli­mat ce 19 mars à Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Au-des­sus de la petite foule, flot­taient les dra­peaux des asso­cia­tions, syn­di­cats et orga­ni­sa­tions venus sou­te­nir la jeu­nesse récla­mant des actions urgentes et concrètes pour « une jus­tice sociale et cli­ma­tique ». Mais aussi pour dénon­cer « le sac­cage des mesures de la Convention citoyenne pour le cli­mat » par le gou­ver­ne­ment. Et faire entendre sa voix sur « la détresse de la jeu­nesse face à la pré­ca­rité étu­diante ampli­fiée par la crise sani­taire ».

 

 

Projet de loi contre le dérèglement climatique : « le gouvernement cherche à nous berner ! »

 

Après quelques prises de parole sur le par­vis de la gare, le cor­tège s’est mis en route en direc­tion du parc Paul-Mistral. Dans les rangs des mani­fes­tants, beau­coup avaient pré­paré des pan­cartes avec des mes­sages sou­vent drôles et per­cu­tants. « Quand c’est fondu, c’est foutu ! », « Papa, maman, désolé, je sèche comme la pla­nète », ou encore « Célibataire cherche cli­mat stable pour rela­tion durable », pou­vait-t-on lire sur cer­taines d’entre elles.

 

Beaucoup de manifestants avaient préparé des pancartes avec des messages souvent drôles et percutants. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Beaucoup de mani­fes­tants avaient pré­paré des pan­cartes avec des mes­sages sou­vent drôles et per­cu­tants. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Pour Justine, « le cli­mat, c’est très impor­tant. Il faut agir dès main­te­nant ! Notre mes­sage s’a­dresse aux poli­ti­ciens, à nos parents, aux entre­prises, bref, à tout le monde ! »

 

Reste que la décep­tion des jeunes mani­fes­tants est grande quant au pro­jet de loi Climat et rési­lience qui sera dis­cuté à l’Assemblée natio­nale à par­tir du 29 mars pro­chain.

 

Simon, étu­diant, se déclare com­plè­te­ment désa­busé par l’im­mo­bi­lisme du gou­ver­ne­ment. « Il cherche à nous ber­ner en nous fai­sant croire qu’il met des mesures concrètes en place. Il se moque de nous, il n’y a clai­re­ment aucune avan­cée dans son pro­jet », cri­tique-t-il.

 

Retour en images sur cette mani­fes­ta­tion « plus chaude que le cli­mat ». Qui, si l’on excepte la fougue propre à la jeu­nesse, s’est dérou­lée dans le plus grand calme.

 

 

 

Joël Kermabon

 

 

1 La branche gre­no­bloise du mou­ve­ment mon­dial Youth for Climate / Fridays for Future ini­tié en 2018 par la lycéenne sué­doise Greta Thunberg.

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
1614 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. sep article
  2. Ils n’ont pas essayé d’aller tra­vailler ? Pour le cli­mat, si ça les excite tel­le­ment ?

    sep article