Grenoble : les acteurs culturels, toujours en lutte, ont célébré les « Victoires de la colère 2021 »

sep article

 

REPORTAGE VIDÉO – Des professionnels du spectacle et de la culture se sont rassemblés devant le musée de Grenoble ce jeudi 4 mars 2021 pour célébrer les « Victoires de la colère 2021 ». Répondant à un appel unitaire national, ces acteurs culturels durement frappés par la crise sanitaire tenaient à exprimer leur grande impatience face à un gouvernement « sourd à leurs revendications ». 

 

 

Plus d'une centaine d'acteurs de la culture et du spectacle rassemblés devant le musée de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Plus d’une cen­taine d’ac­teurs de la culture et du spec­tacle ras­sem­blés devant le musée de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« L’art et la culture sont essen­tiels » ont voulu rap­pe­ler plus d’une cen­taine d’ac­teurs du spec­tacle et de la culture ras­sem­blés sur le par­vis du musée de Grenoble ce jeudi 4 mars 2021.

 

Un ras­sem­ble­ment par­ti­ci­pa­tif et fes­tif orga­nisé par le col­lec­tif Culture en lutte regrou­pant plu­sieurs orga­ni­sa­tions dont le Syndicat natio­nal des arts vivants (Synavi) et la CGT spec­tacle.

 

Tous répon­daient à l’ap­pel uni­taire d’or­ga­ni­sa­tions du spec­tacle, dans le cadre d’une jour­née d’ac­tion natio­nale sui­vie un peu par­tout en France. À Grenoble, le col­lec­tif Culture en lutte avait fait le choix de célé­brer les « Victoires de la colère 2021 ». Et invi­tait ainsi les par­ti­ci­pants « à faire le plus grand cri et barouf col­lec­tif de colère » face à un gou­ver­ne­ment « sourd à leurs reven­di­ca­tions ». Après la pro­ces­sion paro­dique pour la réou­ver­ture des lieux cultu­rels, ce ras­sem­ble­ment repré­sen­tait la qua­trième mobi­li­sa­tion en un an des acteurs cultu­rels mal­me­nés par la crise sani­taire.

 

 

Le « triste anniversaire » des restrictions imposées aux acteurs de la culture et du spectacle

 

« Venez avec vos ins­tru­ments, votre voix ou tout objet de votre choix », avait pro­posé le col­lec­tif Culture en lutte. Lequel invi­tait les par­ti­ci­pants à expri­mer leur colère « à leur manière », notam­ment en orga­ni­sant une « expo­si­tion éphé­mère » de textes, pho­tos ou des­sins accro­chés  sur des cimaises impro­vi­sées. Parmi elles, des pho­to­gra­phies prises sur le vif de per­sonnes en colère ayant accepté de se prê­ter au jeu.

 

Les acteurs de la culture et du spectacle ont crié leur colère.Le réalisateur Michel Szempruch lors de sa prise de parole. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le réa­li­sa­teur Michel Szempruch lors de sa prise de parole. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Cependant, l’heure était aussi à la gra­vité devant toutes les res­tric­tions impo­sées à ces pro­fes­sion­nels dont ce 4 mars mar­quait « le triste anni­ver­saire ».

 

De fait, les artistes et tech­ni­ciens, inter­mit­tents ou pas, sont depuis pri­vés d’une grande part de leurs acti­vi­tés et de leurs reve­nus. Et ce mal­gré les « incon­tes­tables et indis­pen­sables » mesures de sou­tien prises par le gou­ver­ne­ment et les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales, indique le Synavi.

 

 

Le prolongement de « l’année blanche » pour les intermittents du spectacle

 

C’est tout cela qu’ont voulu expri­mer depuis une tri­bune ins­tal­lée sur les marches du musée dif­fé­rents inter­ve­nants. Parmi eux, le réa­li­sa­teur Michel Szempruch, du col­lec­tif Culture en lutte, a insisté sur les reven­di­ca­tions du sec­teur cultu­rel qui n’ont guère évo­lué depuis un an. Notamment, la crise per­du­rant, la demande du pro­lon­ge­ment de « l’an­née blanche » au-delà du 31 août 2021 pour les inter­mit­tents du spec­tacle.

 

 


En fin de ras­sem­ble­ment, les par­ti­ci­pants ont évo­qué au cours d’une assem­blée géné­rale les suites qu’ils comptent don­ner à la mobi­li­sa­tion. Ainsi, les acteurs cultu­rels n’é­cartent-ils pas la pos­si­bi­lité d’ac­tions plus radi­cales dont « l’oc­cu­pa­tion de lieux sym­bo­liques du pou­voir. » Quoi qu’il en soit, « nous ne vou­lons plus d’effets d’annonce, nous vou­lons des enga­ge­ments ! », pré­vient le Syndicat natio­nal des arts vivants.

 

Joël Kermabon

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
1457 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.