Grenoble reformule son arrêté anti-pesticides pour passer outre une décision du Conseil d’État

sep article



 

EN BREF — Afin de contourner la décision du Conseil d’État, et son refus d’autoriser les maires à interdire les pesticides sur le territoire de leurs communes, le maire de Grenoble annonce une nouvelle mouture de son arrêté anti-pesticides… en choisissant de les traiter comme des déchets polluants.

 

 

Nouvelle mou­ture pour l’ar­rêté anti-pes­ti­cides adopté par la Ville de Grenoble au mois de sep­tembre 2019. Suivant l’exemple de la com­mune de La Montagne (Loire-Atlantique), le maire de Grenoble Éric Piolle choi­sit de consi­dé­rer les pro­duits phy­to­sa­ni­taires comme des « déchets ». Et de se don­ner ainsi toute com­pé­tence pour en inter­dire le rejet « hors de la par­celle à laquelle ils sont des­ti­nés ».

 

Rassemblement des Coquelicots en 2018. Le mouvement anti-pesticides avait rencontré le succès auprès des Grenoblois © Florent Mathieu - Place Gre'net

Rassemblement des Coquelicots en 2018. Le mou­ve­ment anti-pes­ti­cides avait eu du suc­cès auprès des Grenoblois. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
1253 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.