Arbres abattus place Victor-Hugo à Grenoble : Émilie Chalas demande à la Ville un rapport sur leur état sanitaire

sep article



 

FLASH INFO – Émilie Chalas, conseillère municipale à Grenoble et par ailleurs députée et élue métropolitaine, a réagi ce vendredi 29 janvier 2021 sur le récent abattage d’arbres de la place Victor-Hugo, actuellement en plein travaux de rafraîchissement. S’inquiétant de la pertinence de l’opération, l’élue demande à la Ville de Grenoble la transmission d’un rapport sur l’état sanitaire des arbres coupés.

 

 

Des arbres en bonne santé ? © Émilie Chalas

Les arbres cou­pés étaient-ils en bonne santé ? © Émilie Chalas

« Végétaliser nos rues, nos immeubles et nos parcs pour atté­nuer le chan­ge­ment cli­ma­tique. Créer des puits de fraî­cheur pour rendre la ville plus vivable, c’est faire de Grenoble une vraie ville nature. » Ainsi, Émilie Chalas intro­duit-elle son com­mu­ni­qué. Un leit­mo­tiv qu’elle n’a eu de cesse répé­ter durant toute la cam­pagne des muni­ci­pales.

 

Quant à Éric Piolle, le maire de Grenoble, il s’é­tait engagé, se sou­vient-elle « à plan­ter 15 000 arbres d’ici 2030. Soit plus de trois fois moins que l’am­bi­tion que nous nous étions fixée ».

 

L’occasion pour l’é­lue d’i­ro­ni­ser sur les contra­dic­tions du maire en la matière. « Celui qui, dans ses dis­cours, sanc­tua­rise à juste titre tout espace de nature, est aussi celui qui fait cou­per des arbres, en plein centre-ville, par souci d’a­mé­na­ge­ment urbain », le tance-t-elle. Émilie Chalas évoque ainsi, pho­tos à l’ap­pui, « des arbres vivants, en bonne santé, qui auraient pu contri­buer à la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique encore des années ». Ce alors que la muni­ci­pa­lité les a « diag­nos­ti­qués en évo­lu­tion néga­tive » pour jus­ti­fier leur abat­tage.

 

 

« Où sont aujourd’hui les militants perchés dans les arbres du Parc Paul-Mistral ? »

 

« Nous voilà donc tris­te­ment éton­nés, car il reste tou­jours dif­fi­cile de voir des arbres, en bonne santé, abat­tus », enchaîne Émilie Chalas. Avant d’en­fon­cer le clou. « Où sont aujourd’hui les mili­tants per­chés dans les arbres du Parc Paul-Mistral, au moment de la construc­tion du stade des Alpes ? », inter­roge-t-elle.

 

Plusieurs arbres étaient coupés ce 28 janvier 2021 place Victor-Hugo. © Émilie Chalas

Plusieurs arbres étaient cou­pés ce 28 jan­vier 2021 place Victor-Hugo. © Émilie Chalas

Très remon­tée, l’é­lue se sou­vient aussi de l’indignation de l’é­dile lors­qu’en 2019 EDF pré­voyait de cou­per plu­sieurs cen­taines d’arbres. « Où est-il aujourd’hui ? », s’in­digne-t-elle.

 

« Face à cette situa­tion une nou­velle fois dra­ma­tique et qui inter­roge, je demande la trans­mis­sion du rap­port sur la santé sani­taire des arbres de la place Victor-Hugo. Ce afin que le doute soit levé sur la légi­ti­mité de ces récents abat­tages », conclut Émilie Chalas.

 

JK

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
12939 visites | 10 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 10
  1. sep article
  2. sep article
  3. je com­prends pas .. la muni­ci­pa­lité disaient que les pla­tanes avaient un para­site trans­mis­sible ( ce para­site s’at­taque aux pla­tanes ) mais euh là ce sont pas des pla­tanes …

    sep article
  4. Elle a voté quoi qu conseil muni­ci­pal pour la demande d’un par­king silo à l’es­pla­nade en rem­pla­ce­ment des 500 places sup­pri­mées Emilie Chalas ? 🤔 Elle dit quoi à pro­pos de la cen­taine d’an­ciens pla­tanes qui vont être sup­pri­més sur l’es­pla­nade?? 🙄

    sep article
  5. excel­lente ques­tion

    sep article
  6. C’est fou comme les arbres tombent malades depuis que E. PPPiolle impose sa loi à Grenoble.
    Tous les arbres ont été cou­pés sur l’avenue Félix Viallet entre le cours Jean Jaurès et la gare, parce qu’ils étaient « condam­nés » et effec­ti­ve­ment ils l’étaient : condam­nés à mort par la muni­ci­pa­lité « verte ». Parce qu’ils appor­taient trop de « fraî­cheur » ? Les mêmes arbres, très exac­te­ment les mêmes, sont tou­jours là sur l’avenue entre Jean Jaurès et le centre-ville et se portent bien.
    Même chose rue Lesdiguières entre le bou­le­vard Gambetta et la place Championnet, où tous les arbres ont été rasés par qu’ils n’a­vaient soit disant plus grande espé­rance de vie. Les mêmes arbres sont debout en bien por­tant de l’autre côté de la rue entre Gambetta et Agutte Sembat.

    sep article
    • Vous avez oublié les arbres de la pis­cine Jean Bron main­te­nant dénuée d’ombre et ceux du square Silvestri voi­sin !

      sep article
  7. J’ai pas com­pris pour­quoi Mme Chalas n’a­vait pas pro­mis durant la cam­pagne élec­to­rale la plan­ta­tion de 100 000 arbres si elle était élue ?! Plus c’est gros, plus ça passe…

    sep article
    • Par ce que le finan­ce­ment doit se faire par le maire en place et comme vous avez choisi celui la, vous avez le résul­tat !

      sep article
      • Et les conseillers muni­ci­paux d’op­po­si­tion rasent gra­tis… Pas de souci.

        sep article