Berges de l’Isère et du Drac : des dizaines de milliers d’arbres menacés selon la Frapna Isère

sep article

Nouvelles formations au centre de formation des Charmilles pour la rentrée 2020

REPORTAGE VIDÉO – Des dizaines de milliers d’arbres sont menacés de disparition le long des berges de l’Isère et du Drac suite à une décision d’EDF et de l’association d’entretien des digues. La Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature tire la sonnette d’alarme.

 

 

200 000 arbres sont menacés de disparaître le long de l'Isère et du Drac, selon la Frapna. En cause, la surveillance des digues et les travaux sur l'A480.Voie sur berge - Elisa Montagnat

Voies sur berge © Élisa Montagnat – Place Gre’net

EDF qui possède un barrage à Saint-Égrève a engagé, avec l’association d’entretien des digues (Adidr), la suppression de dizaines de milliers d’arbres sur les berges de l’Isère et du Drac.

 

Les raisons invoquées ? Leurs racines déstabiliseraient les digues. Et cette végétation très fournie entraverait la bonne surveillance de ces dernières.

 

Le déboisement, qui a commencé l’année dernière et devrait se poursuivre durant encore dix ans, va en outre connaître une accélération avec les travaux prévus sur l’A480.

 

 

Pas moins de 200 000 arbres en sursis, selon la Frapna

 

Alors que l’agglomération grenobloise atteint de plus en plus souvent de hauts niveaux de pollution, la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (Frapna) s’insurge contre ce déboisement qui supprimerait 200 000 arbres. « Une usine anti-pollution gratuite et un corridor biologique », souligne l’association écologiste, qui demande ainsi que d’autres solutions soient étudiées.

 

Jean-François Noblet, fondateur de la Frapna Isère, revient sur les motivations d’EDF et nous explique la nécessité de préserver cette réserve de biodiversité de l’agglomération grenobloise.

 

 

 

Élisa Montagnat

 

 

commentez lire les commentaires
3549 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. je ne suis pas technique donc je ne peux juger l’argument pour les couper – un peu comme les « arbres malades » pour le stade ou les cours Jean Jaures / lesdiguière plus récemment ou un vrai besoin.
    En tant qu’usager c’était joli et agréable d’être sous les arbres, en plein soleil ça ne va pas avoir le mème gout de faire son footing l’été jusqu’au barrage.
    Quelques remarques: l’agglo nous bassine avec la qualité de l’air et laisse couper des arbres? -je ne parle pas de « poumon vert » mais ça reste une belle ligne boisée.
    Sans être écoterroriste il y a quand même toute une vie, tout un écosystème (poissons, canards, cygnes…) et tout le monde s’en fout? Je n’ai rien contre les travaux, et il en faut. Mais autant que ce soit pour des sujets utiles / grandes infrastructures. Il y a besoin de réseaux routier / énormément de ferroviaire ou câble mais là le rapport bénéfice / cout ne m’a pas l’air franchement positif.
    Intéressé pour en savoir plus.

    sep article