Berges de l’Isère et du Drac : des dizaines de milliers d’arbres menacés selon la Frapna Isère

sep article



REPORTAGE VIDÉO – Des dizaines de milliers d’arbres sont menacés de disparition le long des berges de l’Isère et du Drac suite à une décision d’EDF et de l’association d’entretien des digues. La Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature tire la sonnette d’alarme.

 

 

200 000 arbres sont menacés de disparaître le long de l'Isère et du Drac, selon la Frapna. En cause, la surveillance des digues et les travaux sur l'A480.Voie sur berge - Elisa Montagnat

Voies sur berge © Élisa Montagnat – Place Gre’net

EDF qui pos­sède un bar­rage à Saint-Égrève a engagé, avec l’as­so­cia­tion d’en­tre­tien des digues (Adidr), la sup­pres­sion de dizaines de mil­liers d’arbres sur les berges de l’Isère et du Drac.

 

Les rai­sons invo­quées ? Leurs racines désta­bi­li­se­raient les digues. Et cette végé­ta­tion très four­nie entra­ve­rait la bonne sur­veillance de ces der­nières.

 

Le déboi­se­ment, qui a com­mencé l’an­née der­nière et devrait se pour­suivre durant encore dix ans, va en outre connaître une accé­lé­ra­tion avec les tra­vaux pré­vus sur l’A480.

 

 

Pas moins de 200 000 arbres en sursis, selon la Frapna

 

Alors que l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise atteint de plus en plus sou­vent de hauts niveaux de pol­lu­tion, la Fédération Rhône-Alpes de pro­tec­tion de la nature (Frapna) s’in­surge contre ce déboi­se­ment qui sup­pri­me­rait 200 000 arbres. « Une usine anti-pol­lu­tion gra­tuite et un cor­ri­dor bio­lo­gique », sou­ligne l’as­so­cia­tion éco­lo­giste, qui demande ainsi que d’autres solu­tions soient étu­diées.

 

Jean-François Noblet, fon­da­teur de la Frapna Isère, revient sur les moti­va­tions d’EDF et nous explique la néces­sité de pré­ser­ver cette réserve de bio­di­ver­sité de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise.

 

 

 

Élisa Montagnat

 

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
4024 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. je ne suis pas tech­nique donc je ne peux juger l’ar­gu­ment pour les cou­per – un peu comme les « arbres malades » pour le stade ou les cours Jean Jaures / les­di­guière plus récem­ment ou un vrai besoin.
    En tant qu’u­sa­ger c’é­tait joli et agréable d’être sous les arbres, en plein soleil ça ne va pas avoir le mème gout de faire son foo­ting l’été jus­qu’au bar­rage.
    Quelques remarques : l’ag­glo nous bas­sine avec la qua­lité de l’air et laisse cou­per des arbres ? ‑je ne parle pas de « pou­mon vert » mais ça reste une belle ligne boi­sée.
    Sans être éco­ter­ro­riste il y a quand même toute une vie, tout un éco­sys­tème (pois­sons, canards, cygnes…) et tout le monde s’en fout ? Je n’ai rien contre les tra­vaux, et il en faut. Mais autant que ce soit pour des sujets utiles / grandes infra­struc­tures. Il y a besoin de réseaux rou­tier / énor­mé­ment de fer­ro­viaire ou câble mais là le rap­port béné­fice / cout ne m’a pas l’air fran­che­ment posi­tif.
    Intéressé pour en savoir plus.

    sep article