Un espace Samuel-Paty voit le jour à Voreppe, en face du collège André-Malraux

sep article

 

FIL INFO – Si les plaques de l’espace Samuel-Paty de Voreppe ont été posées dans une relative discrétion, elles ont attiré l’œil d’usagers des réseaux sociaux. Décidé en octobre 2020, l’espace Samuel-Paty est aujourd’hui réalité, juste devant le collège André-Malraux. Une cérémonie officielle sera organisée lorsque les conditions sanitaires le permettront, indique la municipalité.

 

 

« Espace Samuel Paty, pro­fes­seur assas­siné par un ter­ro­riste le 16 octobre 2020 parce qu’il ensei­gnait la liberté d’ex­pres­sion ». La pho­to­gra­phie com­mence à se dif­fu­ser sur les réseaux sociaux, notam­ment sur la page Facebook de la radio asso­cia­tive RKS. La Ville de Voreppe a en effet nommé l’un de ses espaces du nom du pro­fes­seur d’his­toire-géo­gra­phie, tué après avoir mon­tré des cari­ca­tures de Mahomet dans le cadre d’un cours. Les plaques ont été posées au début de l’an­née 2020.

 

Plaque de l'espace Samuel-Patty à Voreppe © Ville de Voreppe

Plaque de l’es­pace Samuel-Patty à Voreppe © Ville de Voreppe

La créa­tion d’un espace Samuel-Paty avait été approu­vée à l’u­na­ni­mité par le conseil muni­ci­pal de Voreppe le 29 octobre 2020. « Par cette déci­sion, le conseil muni­ci­pal entend mani­fes­ter col­lec­ti­ve­ment son sou­tien sans faille, sa soli­da­rité envers toutes celles et ceux dont le métier est de dif­fu­ser les valeurs et les savoirs et rap­pe­ler sa volonté d’a­gir contre celles et ceux qui s’y opposent, y com­pris par la vio­lence », indique la déli­bé­ra­tion.

 

« Au-delà d’une simple minute de silence, j’ai sou­haité qu’un hom­mage plus mar­quant et sur­tout durable soit rendu à ce jeune pro­fes­seur qui a payé de sa vie l’enseignement à ses élèves des prin­cipes essen­tiels de la liberté d’expression », expli­quait encore le maire de Voreppe, Luc Rémond, dans le bul­le­tin muni­ci­pal de novembre 2020.

 

 

Un espace en face du collège André-Malraux

 

Tout un sym­bole : c’est l’es­pace situé en face du col­lège André-Malraux de Voreppe qui a été choisi pour por­ter le nom de Samuel Paty. Un empla­ce­ment « en réfé­rence au métier de Samuel Paty et en hom­mage à l’homme qu’il était », écrit Luc Rémond. Et même… double sym­bole ? Les ensei­gnants du même col­lège André-Malraux avaient choisi de faire grève à la ren­trée de novembre 2020, par refus de « bâcler » l’hom­mage envers leur col­lègue assas­siné.

 

Collège André-Malraux de Voreppe © FSU

Collège André-Malraux de Voreppe © FSU

 

L’arrêt de tra­vail avait été consa­cré à pré­pa­rer digne­ment l’hom­mage en ques­tion. « Un copain s’est fait assas­si­ner : on ne va pas aller voir les élèves pour faire des mathé­ma­tiques à 8 heures comme si de rien n’était ! », s’a­ga­çait ainsi un membre du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion du col­lège. La Ville de Voreppe pré­cise qu’une céré­mo­nie sera orga­ni­sée dès que la situa­tion sani­taire le per­met­tra, impli­quant les habi­tants ainsi que les élèves et les ensei­gnants du col­lège.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
1875 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. @ Bruno FERRAND : Bien d’ac­cord avec votre excel­lente pro­po­si­tion.
    Mais atten­tion à ce que la men­tion « pro­fes­seur assas­siné par un ter­ro­riste parce qu’il ensei­gnait la liberté d’ex­pres­sion » ne devienne : vic­time d’une « école broyée par la logique néo­li­bé­rale » comme a osé dire E. PPPiolle.
    https://www.placegrenet.fr/2020/10/18/grenoble-hommage-de-1500-personnes-a-samuel-paty-decapite-pour-avoir-montre-des-caricatures-de-mahomet/370252

    sep article
  2. La Ville de Grenoble va-t-elle imi­ter celle de Voreppe ?

    Par exemple, en rame­nant un peu de concorde
    sur le dis­cor­dant par­vis du Plateau
    en don­nant le nom de Samuel Paty à la place
    pro­vi­soi­re­ment appe­lée Mistral Eaux-Claires ?

    sep article